Accueil Business La crise énergétique pèse sur le pouvoir d’achat, mais l’impact réel reste...

La crise énergétique pèse sur le pouvoir d’achat, mais l’impact réel reste à venir

170
0

La croissance de salaires les salaires réels dans la zone euro baissent à un rythme jamais vu depuis des décennies. La faute en revient à la crise énergétique et aux prix élevés qui font grimper l’inflation à des niveaux record. Cependant, nous n’avons pas encore vu ou subi le pire: une grande partie de l’impact de l’augmentation des prix de l’essence se fera sentir dans le secteur de l’énergie. le pouvoir d’achat dans les mois à venir.

Du point de vue du consommateur, la flambée des prix de l’énergie est une une baisse importante du pouvoir d’achat. La croissance des salaires réels dans la zone euro a chuté à un rythme jamais vu depuis au moins le début des années 1970. Et le l’inflation énergétique joue un rôle clé dans ce domaine. Sans cela, la croissance des salaires réels aurait été à peu près nulle au troisième trimestre de 2021.

C’est ce que souligne ING Research, qui s’attend à ce que la croissance des salaires réels reste négative au moins pendant le premier semestre de 2022.  » Cela s’ajoute à une réduction considérable du pouvoir d’achat des consommateurs et réduit les perspectives de croissance« , disent-ils.

Ils estiment que l’inflation liée à l’énergie restera élevée pendant un certain temps dans la zone euro, « car les prix élevés du gaz naturel n’ont pas encore été pleinement pris en compte par les consommateurs ». Cet effet est généralement retardé d’environ cinq mois, ce qui signifie que le début de 2022 sera caractérisé par une forte inflation énergétique. Pourtant, si l’on considère les marchés à terme, nous prévoyons une baisse de l’inflation énergétique tout au long de l’année 2022. « cela ne signifie pas une réduction à des niveaux normaux, loin de là »..

Lire aussi:  La guerre entrave la transition énergétique : "La consommation de charbon va augmenter".

En ce qui concerne les consommateurs, ils ne ressentent pas encore la pression réelle des prix élevés. Jusqu’à présent, ils considèrent leur situation financière actuelle comme très favorable, « ce qui indique que la hausse des prix de l’énergie ne causent pas encore de problèmes financiers généralisés qui ferait dérailler de manière significative d’autres consommations. Toutefois, une grande partie de l’impact de la hausse des prix de l’essence se fera sentir dans les mois à venir. Il n’est donc pas surprenant que les consommateurs s’attendent à ce que leur situation financière se détériore au cours des 12 prochains mois et que la consommation privée soit rapidement affectée », indiquent les analystes de la banque.

Comme ils l’expliquent, dans le passé, les consommateurs avaient tendance à compenser la hausse des prix de l’énergie en dépensant moins pour d’autres services ou biens. Maintenant, la différence avec les épisodes précédents est que économies excédentaires en raison des confinements et des restrictions dus à la pandémie de Covid-19.

« Il est tout à fait possible que les citoyens consomment leur épargne excédentaire pour payer au moins une période de hausse des prix de l’énergie. Dans un tel scénario, la consommation privée dans la zone euro pourrait être relativement épargnée pendant la période actuelle, mais la réduction de l’excès d’épargne se traduirait par une baisse de la consommation plus tard dans l’année. D’une manière ou d’une autre, les prix élevés de l’énergie pèsera sur la consommation privée« , disent-ils.

Lire aussi:  Le pétrole ralentit son rebond après les sanctions de l'UE contre le charbon russe

D’autre part, ils soulignent que les mesures prises par les différents gouvernements sont complètes, mais pas suffisantes pour atténuer l’impact. « Les gouvernements ont conçu des mesures palliatives pour atténuer le choc pour les consommateurs. Ils sont relativement similaires et se concentrent principalement sur la protection des revenus des groupes vulnérables et la réduction des impôts pendant une période donnée », notent-ils.

Sur Allemagnele gouvernement précédent avait décidé de baisser la taxe de transition écologique, qui fait partie des prix de l’énergie, depuis le début de cette année. L’allègement pour les ménages à faible revenu est en cours de discussion, mais n’a pas encore été décidé. France a plafonné les prix du gaz à la consommation jusqu’à la fin de l’année et a accordé une compensation de 100 euros à un grand nombre de ménages. Elle travaille également sur des changements réglementaires pour les fournisseurs d’énergie. Italie y Espagne ont introduit un large éventail de mesures, notamment la réduction des taux de TVA sur l’énergie. Ces mesures sont déjà en place depuis quelques mois, mais ne se sont avérées que partiellement utiles pour réduire les coûts pour les consommateurs, estime-t-on chez ING.

Article précédentLes résultats de la Serie A : L’AC Milan prend la tête du championnat grâce au but d’Olivier Giroud à Naples
Article suivantLe point sur la blessure de Weston McKennie : l’USMNT et la Juventus manqueront le reste de la saison.