Accueil Finance La BCE de Lagarde dit  » au revoir  » à la fameuse...

La BCE de Lagarde dit  » au revoir  » à la fameuse  » forward guidance « , à quoi faut-il s’attendre maintenant ?

619
0

L’été de Boris Johnson et de la démission de Mario Draghi, des températures record et des incendies en Europe. De l’inflation, des craintes de récession et de la parité euro/dollar, la Banque centrale européenne (BCE) de Christine Lagarde n’en démord pas et s’est fixé un hausse historique des taux d’intérêta produit un nouveau programme d’achat d’actifs pour protéger la dette des pays périphériques et a mis fin à la fameuse « forward guidance ».que l’ancien premier ministre italien et ancien président de la BCE a introduit en 2013 dans le cadre de la politique monétaire.

Les analystes, en général, ont célébré la la force de frappe de la banque centrale et qu’il a été détaché d’un outil devenu obsolète face à l’incertitude actuelle et à la volatilité du marché. « Ce n’est pas une mauvaise chose. Se lier les mains dans un environnement aussi changeant n’avait aucun sens », déclare Franck Dixmier, responsable mondial des investissements pour les titres à revenu fixe chez Allianz Global Investors.

Mais ce n’est pas un secret que la banque centrale a trahi la quintessence de sa volonté de transparence.. La façon dont elle a préparé le marché à une hausse des taux de 0,50 % – au lieu des 0,25 % attendus, selon les prévisions de juin – n’a pas été bien accueillie. C’est une fuite à la presse, à peine 48 heures avant et presque par surprise, qui a averti qu’un doublement de l’augmentation prévue était à venir. « Est-ce la nouvelle façon de communiquer de la BCE ? », s’est plaint un journaliste économique qui a préféré rester anonyme.

Il est clair que la banque centrale ne veut pas être liée et s’est donné une marge de manœuvre suffisante pour agir en fonction des données actuelles et non en fonction de ce qu’elle promet de faire d’un mois à l’autre. Cependant, certains pensent que l’impact de ces décisions et l’incertitude de ne pas savoir quand elle finira de resserrer sa politique monétaire ont laissé la banque centrale un peu en retrait. arrière-goût amer à la suite de la réunion du Conseil des gouverneurs de juillet. « Jusqu’où et pendant combien de temps la BCE augmentera-t-elle les taux avant de réaliser que la récession imminente entraînera des pressions inflationnistes d’origine interne sans qu’il soit nécessaire de resserrer davantage la politique monétaire ? », demande Berenberg.

Lire aussi:  Inditex augmente ses prix de 5% pour la saison automne/hiver

125 POINTS EN 2022… OU PLUS ?

La tâche des prévisions est devenue plus difficile. D’une manière générale, le marché estime qu’il y aura une augmentation cumulée de 1,5 milliard d’euros. 125 points de base d’ici la fin de l’année. Cela peut se produire en même temps pour les trois taux de la banque centrale, comme ce fut le cas en juillet, ou la banque centrale peut décider de mettre l’accent sur certains taux plus que d’autres. Cependant, Berenberg estime que le taux de refinancement de la BCE clôturera l’année 2022 à 1,5 %. par rapport au taux actuel de 0,50 %. Les deux autres taux, à savoir les taux d’intérêt de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt, sont actuellement de 0,75 % et de 0,00 %, respectivement, de sorte que si nous suivons le consensus actuel, ils finiront à 1,5 % et 0,75 %.

La firme hanséatique souligne que « l’accord unanime de la BCE sur une nouvelle défense contre les turbulences du marché rend plus certain que la banque centrale agira plus rapidement dans les mois à venir ». En outre, « elle a relevé le niveau de départ des hausses de taux supplémentaires plus tard dans l’année, en relevant les taux de 50 points de base au lieu des 25 points de base précédemment annoncés le 21 juillet », ce qui laisse la porte ouverte à en septembre pour procéder à une nouvelle augmentation du même montant.

Hugo Le Damany et François Cabau, économistes chez AXA Investment Managers, s’attendent à une nouvelle hausse de 50 points de base dans deux mois, mais soulignent « le risque que la hausse de septembre ou d’octobre soit de 25 points de base (au lieu de 50) en raison des inquiétudes concernant la croissance ». Les experts de Bank of America sont plus audacieux et voient des options pour « …un autre 50 points de base dans deux mois ».la hausse pourrait être plus rapide, de 75 points de base en septembre.Il se peut aussi qu’elle doive s’arrêter plus tôt et qu’il n’y ait aucun mouvement en décembre.

Lire aussi:  La Banque d'Espagne confirme la hausse de l'Euribor à 4,16% en octobre

Le site . À court terme, l’impact progressif de la hausse des prix du gaz naturel pourrait pousser l’inflation encore plus haut. Dans le même temps, une saison touristique prometteuse après deux étés gâchés par Covid-19 retardera probablement le début de la récession dans la zone euro jusqu’au quatrième trimestre.

Par conséquent, dans les mois à venir, l La BCE devrait se concentrer davantage sur l’inflation actuelle que sur les risques de récession.. « Nous nous attendons à ce que les données d’août – les dernières disponibles lors de la réunion de septembre de la BCE – montrent une inflation de 9 %. Nous nous attendons donc à ce que la BCE relève ses taux de 50 points de base le 8 septembre, puis de 25 points de base le 10 octobre et le 15 décembre », spécule Berenberg.

Cependant, il commence à être admis que la BCE reconnaîtra finalement en décembre que. la récession n’est pas un risque mais la nouvelle réalité.. Pour l’instant, Mme Lagarde cache la tête sous son aile et proclame qu' »il n’y a pas de récession », mais celle-ci est attendue et les experts signalent une importante révision à la baisse des perspectives de la BCE concernant le PIB réel, qui devrait abaisser son évaluation des risques d’inflation.

 » En décembre, la BCE prolongera également l’horizon de ses projections d’un an. Le site Les nouvelles projections pour 2025 deviendront le baromètre de l’orientation de la politique à moyen terme de la BCE.« Berenberg met en garde. Après la récession et en plus du retour progressif de l’inflation vers l’objectif de 2 %, que la BCE prévoit de toute façon, « les modèles de la BCE pourraient suggérer que l’inflation reviendra à 2 % en 2025. Si tel est le cas, les colombes de la BCE pourraient ne pas voir la nécessité de nouvelles hausses » et la banque centrale mettra fin à sa série de hausses en 2023 et 2024.

Article précédentLa première extension de Dying Light 2 tournera autour d’un thème inattendu, et ce n’est pas la seule surprise.
Article suivantDiscord arrive sur la Xbox One et la Xbox Series avec le programme Insiders – voici comment lier votre compte