Accueil Santé & Bien-être « Je ne veux pas être visiblement transgenre 24 heures sur 24 ».

« Je ne veux pas être visiblement transgenre 24 heures sur 24 ».

514
0

Catalogne dispose d’un modèle de soins de santé pour les personnes transgenres qui fait figure de pionnier en Espagne et en Europe. Trànsit, l’unité collective de référence en matière de soins primaires, ne demande pas de diagnostic psychiatrique sur les personnes transsexuelles d’accéder à la chirurgie de confirmation du sexe, ce qui signifie ne plus traiter la transsexualité comme un problème de santé publique. la maladie mentale. C’est ce qui ressort de l’instruction 14/2017 du Servei Català de la Salut (CatSalut), qui a modifié l’ paradigme des soins de santé au secteur le plus discriminé et stigmatisé de l’ensemble de la population. Collectif LGTBI.

Cependant, les personnes transgenres se plaignent aujourd’hui de ce modèle, qu’elles défendent elles-mêmes, n’est pas mis en œuvre. Les longues listes d’attente pour l’accès à la interventions chirurgicales (il n’y a que trois hôpitaux en activité : Can Ruti, Bellvitge et Clínic, et au total, ils pratiquent 50 vaginoplasties par an et 15 mastectomies) laissent de nombreux utilisateurs sans accès à ceux-ci. C’est le l’histoire de deux personnes qui racontent dans EL PERIÓDICO leur voyage et leurs années d’attente du la reconnaissance de leurs droits.


Èlia Surrell : « Il n’y a pas d’issue, à moins de payer le secteur privé ».

Il a 27 ans et attend depuis 2018 de subir une orchidectomie (l’ablation d’un ou des deux testicules). Èlia Surrell se plaint non seulement que n’a pas encore été opéré de cette chirurgie, qui est incluse dans l’instruction 14/2017 du Servei Català de la Salut (CatSalut), mais plutôt le système n’effectue même pas cette intervention. « En août, Trànsit m’a appelé parce que j’étais sur la liste d’attente pour une opération depuis 2018 et que c’était mon tour, mais… ». la seule intervention pratiquée dans la pratique est la vaginoplastie. [la reconstrucción de una vagina] et je n’en veux pas », dit cette jeune femme.

Lire aussi:  Enfin ! Les 3 endroits qui disent adieu au mascara en février prochain

Donc, quand il s’agit de cela, le système d’interventions chirurgicales, se lamente-t-il, « ne reconnaît pas la réalité des personnes trans ». Surrell, qui a commencé à être transsexuelle à 22 ans, s’est inscrite sur la liste d’attente pour une opération il y a des années, bien qu’à l’époque elle l’ait fait sans savoir très bien quelle opération qu’elle voulait avoir. Mais elle s’est inscrite, comme beaucoup de personnes transgenres, en sachant que les listes d’attente seraient longues. « Je ne veux pas subir une vaginoplastie, je veux une orchidectomie, car cette dernière opération est moins invasif », Surrell raconte.

En fait, il s’agit d’une intervention « si simple », que, référée par les soins primaires, elle est effectuée par des urologues. « Mais ils doivent certifier que c’est fait par une sorte de maladie. En tant que personne transgenre, je ne fais pas partie de ce groupe », explique-t-elle. Elle pourrait avoir une orchiectomie pour le les soins de santé privés, mais cela coûterait environ 5 500 euros. « Ça me met en colère parce qu’il n’y a pas d’issue, à moins de payer ».

Cependant, une intervention aussi facile est pour elle très importante.  » Le hormones que je prends maintenant ont effets secondaires. Je veux arrêter de les prendre. Aussi à cause d’un problème physique : j’ai des problèmes avec certains d’entre eux. des pièces de vêtements Je ne veux pas porter », explique-t-il.


Àlex Bixquert : « Te regard des gens est parfois très inconfortable ».

Cinq ans c’est le temps que ça dure. Àlex Bixquert, 36 ans, en attente d’un accès à un mastectomie, une chirurgie pour enlever le sein. Bixquert a fait le transit social en 2016 : dès lors, ils ont commencé à l’appeler Àlex et à s’adresser à lui au masculin. En 2018, il a commencé avec le le transit physique.

Lire aussi:  La Catalogne réactive son comité scientifique covid-19 face à la menace chinoise

« Puisque je savais déjà comment l’histoire s’est déroulée, je suis allé voir Trànsit en mars 2018 pour rechercher hormones et de me mettre dans liste d’attente pour la mastectomie et pour la chirurgie de masculinisation du thorax ». C’est le temps qu’elle a attendu pour la procédure. « Beaucoup de personnes que je connais finissent par aller à la privé. Coût de 6 000 euros. J’ai pensé à le faire moi-même aussi, mais cela signifierait demander une prêt et s’endetter », dit-il.

Bixquert explique qu’elle ne vit pas sa situation de manière « particulièrement traumatisante », mais que le fait d’avoir un sein signifie qu’elle… « beaucoup de problèmes supplémentaires ». « Par exemple, Je ne vais pas à la piscine. Il y a quelques mois, je suis allée dans un spa avec mon partenaire et cela a été tout un conflit : je n’avais pas le droit de faire du topless parce que… J’ai des seins, alors que les hommes cisgenres le faisaient », dit-il. Pour nager ou se baigner dans la piscine, il doit porter un  » binder  » (une sorte de gaine) et, par-dessus, un T-shirt. « Ce n’est pas confortable. » assure-t-il. Sur la plage, elle est plus libre et ne l’utilise pas car « il n’y a pas de code vestimentaire », mais « les regards des gens sont parfois très inconfortables ».

« Se faire opérer est important pour pour vivre en paix, de pouvoir aller dans des endroits, d’acheter des vêtements que je ne peux pas acheter maintenant. Porter plus de T-shirts qui ne sont pas noir, car cette couleur est celle qui dissimule le mieux la poitrine. Je ne veux pas que les gens me regardent dans la rue », dit Bixquert. « Je ne veux pas être visiblement transgenre 24 heures sur 24 ».

Article précédentL’UKGC n’a « pas de temps » pour l’argument « exagéré » du marché noir.
Article suivantScaramucci : « SkyBridge Capital peut racheter les 30% qu’elle a vendus à FTX ».