Accueil Finance « Il est temps de commencer à se positionner dans l’immobilier avec une...

« Il est temps de commencer à se positionner dans l’immobilier avec une vision à moyen et long terme ».

120
0

Il est temps de prendre des positions sur le marché de l’immobilier. C’est ce que pensent les experts de Bankinter, qui prévoient une année 2024 favorable au secteur. « Nous concentrons notre stratégie sur des types d’actifs ayant la capacité de croître et, par conséquent, de répercuter l’inflation sur les revenus », expliquent-ils.

« Le rebond des prix des actions ne sera pas immédiat, mais il est probable que nous aurons un impact positif sur l’économie. nous prévoyons une année 2024 favorable pour le secteur« . Quelles en sont les raisons ? Elles sont au nombre de trois : premièrement, une croissance économique modérée, bien que positive ; deuxièmement, une inflation encore élevée, à des niveaux proches de 3 % ; et troisièmement, la fin du processus de hausse des taux d’intérêt.

« Les rendements des obligations souveraines devraient avoir tendance à se modérer par rapport aux niveaux actuels, en particulier lorsque l’anticipation de baisses de taux est fiable et proche (mi-2024 ?) », ajoutent-ils.

Comme ils le soulignent dans leur dernier rapport, entre 2022 et jusqu’à présent en 2023, au niveau mondial, l’immobilier coté a chuté d’environ 35 %, « plombé par la forte hausse des rendements des obligations souveraines ». En conséquence, le secteur se négocie avec une décote par rapport à la valeur nette d’inventaire (VNI) de 20 à 30 %, « ce qui implique un déclassement considérable de l’évaluation des actifs »..

Lire aussi:  La livre sous les feux de la rampe, toutes les mauvaises nouvelles sont-elles écartées ?

En outre, le rendement moyen du dividende s’élève à 4,8 %, ce qui est supérieur à la moyenne historique (4,2 %). En ce qui concerne l’endettement, l’immobilier coté a un LTV moyen d’environ 30 %, à des niveaux historiquement bas.

Avec ce scénario, il est « temps de commencer à se positionner dans une perspective à moyen et long terme ».. Cependant, ils concentrent leur « stratégie sur les classes d’actifs ayant la capacité de croître et, par conséquent, de répercuter l’inflation sur les revenus ». En ce sens, ils détectent certaines opportunités.

L’une d’entre elles est Vonovia, le leader européen de la location résidentielle, qui se négocie avec un rendement du dividende de plus de 5,5 % en 2024, bien qu’il ait été divisé par deux, et une décote de 59 % sur la valorisation des actifs (NAV 49,7 euros par action, déjà réduit de 25 % depuis 2021). Aux États-Unis, on retiendra Welltower, lié à la santé, notamment aux maisons de retraite, Prologis, leader mondial des actifs logistiques, et Digital Realty Trust, spécialisé dans les centres de données.

En ce qui concerne les principales SOCIMI espagnoles cotées (Inmobiliaria Colonial, Merlin Properties et Lar España), Bankinter souligne qu’elles ont « un solide historique sur le marché immobilier espagnol ».apparemment moins attractif en raison de leur forte exposition aux bureaux et aux centres commerciaux, elles se négocient avec des décotes excessives par rapport à la valorisation des actifs (environ 50 %) et des rendements en dividendes attrayants (entre 4,8 % et 8,3 %) d’un point de vue historique.

Lire aussi:  Citi réitère son pari sur Endesa : "Valeur défensive à des prix raisonnables".

Ils prévoient que que les valorisations des actifs soient revues à la baissemais entre 10 % et 15 % sur la VAB (-20 %/-30 % sur la VL). En ce qui concerne les dividendes, ils ne s’attendent pas à des réductions significatives. « Elles ont des niveaux d’occupation élevés, avec des loyers en légère hausse, et des ratios d’endettement modérés (moins de 40%), avec presque toutes les dettes à taux fixe et une maturité moyenne de plus de 5 ans, » disent-ils.

En ce qui concerne le secteur immobilier, ils soulignent que les fondamentaux s’améliorent. Ils estiment que la demande restera forte et revoient à la hausse leurs prévisions de prix de l’immobilier à 1 % en 2023, contre une baisse de 3 % estimée précédemment. « S’il y a une baisse en 2024, elle sera temporaire.. Par conséquent, la pression sur les marges sera moins forte que prévu initialement, ce qui permettra de maintenir une marge d’EBITDA supérieure à 15 %.

Article précédentLa Chine enquête sur Foxconn, le plus grand fabricant d’iPhone au monde
Article suivantEn baisse de plus de 40 % sur l’année, mais ce groupe a un « grand potentiel de croissance ».