Accueil Finance Fitch : « Le plan européen d’abandon du gaz russe n’est réalisable qu’à...

Fitch : « Le plan européen d’abandon du gaz russe n’est réalisable qu’à moyen terme ».

108
0

Le fossé énergétique entre la Russie et l’Europe est inévitable. Il y a quelques jours, Charles Michelprésident du Conseil européen, a reconnu que sanctions sur le gaz et le pétrole russes « sera nécessaire tôt ou tard »et a proposé un embargo sur le charbon. En outre, le Commission européenne se prépare depuis des semaines à un scénario dans lequel il ne dépendrait plus des achats à la Russie, et ce vendredi après-midi, le chancelier allemand de l’Allemagne Olaf Scholz a assuré que L’Allemagne est en mesure de se sevrer de sa dépendance au pétrole brut russe cette année.

Toutefois, étant donné que Fitch Notations ne considèrent pas qu’il soit évident que l’Europe puisse réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie aussi rapidement et estiment que l’abandon des importations de gaz russe n’est « faisable » qu’à moyen terme.. « Trouver un substitut au gaz russe dans le mix énergétique européen est un défi à court terme, qui entraînera une hausse des prix… mais c’est faisable à moyen terme », affirment-ils.

Lire aussi:  Iberdrola va faire une offre pour l'entreprise australienne CWP Renewables, évaluée à 2,4 milliards d'euros.

L’agence de notation new-yorkaise souligne que le Vieux Continent importe environ 60 % du gaz qu’il utilise, la Russie en fournissant un tiers. de ce volume : 152 milliards de mètres cubes par gazoduc et 17 milliards de mètres cubes de gaz naturel liquéfié (GNL). La dépendance à l’égard de ce gaz varie selon les pays, l’Allemagne et l’Italie étant les plus dépendantes des matières premières russes.

« L’UE dispose d’une capacité d’importation de GNL considérable, d’environ 157 milliards de mètres cubes par an, dont. seuls 80 000 ont été utilisés en 2021.« , indique Fitch, tout en soulignant que, malgré le fait que  » la plupart des terminaux d’importation de GNL se concentrent dans L’Espagne, le Portugal, l’Italie et la France, pays dont l’infrastructure de gazoducs est limitée pour acheminer le gaz vers l’Allemagne et d’autres pays. Europe centrale et orientale.

Lire aussi:  La BME lance quatre nouveaux indices qui éliminent le risque lié aux dividendes

L’agence prévient également qu’environ deux tiers des fournisseurs de GNL « sont sous contrat », ce qui a pour effet d’augmenter les coûts de production. « laisse une marge de manœuvre limitée pour augmenter l’offre vers l’Europe, à moins de proposer un prix plus élevé ».. Pour cette raison, Fitch s’attend à ce que le marché du GNL reste « tendu » au cours des deux prochaines années, l’Europe étant en concurrence directe avec l’Asie. À cet égard, US et Bruxelles ont conclu un accord pour fournir à l’UE jusqu’à 15 milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz naturel liquéfié d’ici à la fin de 2022.

« La résilience du marché européen sera testée en cas de coupure définitive de l’approvisionnement russe, mais l’impact dépendra de sa durée. »Fitch déclare.

Article précédentManchester City vs. Liverpool : Comment João Cancelo et Trent Alexander-Arnold redéfinissent la position d’arrière latéral.
Article suivantCarnet de notes : Platini dépose une plainte pénale contre le président de la FIFA Infantino, l’Atalanta s’attaque au racisme, plus d’infos