Accueil Sports Classement de l’UEFA Champions League : Manchester City, favori pour la victoire...

Classement de l’UEFA Champions League : Manchester City, favori pour la victoire en huitième de finale

185
0

Après une interruption de deux mois, la Ligue des Champions est de retour sur Paramount+ et CBS. Pour être franc, peu de choses ont changé au sommet du football européen, mais alors, quand est-ce que ça change ? Manchester City, une fois de plus, domine les mois d’hiver comme un colosse, le poids du talent de son équipe lui permettant d’enchaîner les victoires alors que d’autres se traînent dans le calendrier des fêtes.

Tout comme City a apparemment remporté son titre de Premier League, le Bayern Munich et le Paris Saint-Germain se sont envolés de la compétition. Le premier semble être l’équipe la plus susceptible d’empêcher Pep Guardiola de remporter sa première Coupe d’Europe de la décennie. Le champion présumé de Bundesliga et Liverpool occupent les plus hautes marches du podium, notamment parce que ces deux équipes savent exactement ce qu’il faut faire pour remporter ce prix. À Anfield comme à l’Allianz Arena, il règne une sorte de sérénité institutionnelle à cette période de la saison. Ces équipes savent ce qu’il faut faire pour franchir la ligne d’arrivée à Saint-Pétersbourg dans plus de trois mois.

On ne peut pas en dire autant de City ou du Paris Saint-Germain, pour qui cette compétition particulière est devenue une obsession maintenant qu’ils ont atomisé le paysage compétitif de la Ligue 1. La même question – cette équipe est-elle suffisamment endurcie pour affronter la fin du calendrier européen – planera au-dessus de leur tête aussi longtemps qu’ils participeront à cette compétition. Face à une équipe du Real Madrid dirigée par le maître de la Ligue des champions Carlo Ancelotti, on peut se demander à quel point le PSG sera présent dans cette compétition.

Au début de la saison, les Parisiens étaient fermement assis en haut de notre classement, mais leur équipe a rarement, voire jamais, joué au football de manière aussi séduisante dans la vie réelle que dans le monde virtuel. Lionel Messi, Neymar et Kylian Mbappé sont le rêve de tout joueur de « FIFA 22 ». En Ligue des champions, en Ligue 1 et en Coupe de France, Mauricio Pochettino a eu du mal à les faire jouer tous en même temps et à équilibrer une équipe dont le trident offensif offre tant avec le ballon et si peu sans. Les derniers matchs ont laissé entrevoir que cette équipe pourrait commencer à passer à la vitesse supérieure – notamment la victoire 5-1 contre Lille – mais nombreux sont ceux qui réserveront leur jugement jusqu’à ce que le PSG montre ce qu’il peut faire contre les meilleures équipes.

On pourrait dire la même chose de l’Ajax, chouchou de la communauté des analystes avant le début de la compétition, aujourd’hui peut-être le grand espoir de tous ceux qui veulent croire qu’un outsider pourrait avoir un impact majeur sur ce tournoi. Les chiffres de l’Ajax sont extrêmement impressionnants – 102 buts marqués en 31 matches, avec seulement trois défaites – mais la plupart de ces buts ont été inscrits contre des équipes d’Eredivisie. Même en phase de groupes de la Ligue des champions, on aurait pu dire que le Sporting et le Borussia Dortmund n’étaient pas des tests sérieux pour toute équipe qui pourrait aspirer à aller loin dans cette compétition. Le jury n’a toujours pas statué sur ces deux équipes.

Pendant un temps, Chelsea aurait pu se compter parmi les vrais prétendants. Ils le pourraient à nouveau ; à ce stade la saison dernière, personne ne les voyait vainqueurs avant qu’ils ne balaient le terrain. Pour l’instant, un nouveau triomphe de Thomas Tuchel semble peu probable alors que Romelu Lukaku peine à trouver sa forme et qu’il doit trouver des moyens de reproduire le succès de son système 3-4-3 sans ses deux éléments les plus cruciaux : Les ailiers Reece James et Ben Chilwell. Si le premier revient, que N’Golo Kante retrouve la forme et qu’un trio de tête cohérent est trouvé, cette équipe pourrait réitérer le succès de l’été dernier à Porto.

La Serie A ne compte que deux représentants en huitièmes de finale, mais les deux pourraient représenter des outsiders intrigants. L’Inter Milan devra fournir un effort considérable pour battre Liverpool lors de son premier tour à élimination directe et l’improbabilité même de ce résultat le fait chuter quelque peu dans notre classement. Pourtant, les derniers mois ont été favorables à l’équipe de Simone Inzaghi, qui aborde cette compétition avec une attaque parmi les cinq meilleures et une défense parmi les dix meilleures en termes de buts attendus (xG) dans les cinq premiers championnats européens depuis le début de la saison. Le problème est que l’équipe de Jurgen Klopp les dépasse dans les deux catégories.

Au moment du tirage au sort, nombreux étaient ceux qui pensaient que le match entre la Juventus et Villarreal était le plus susceptible de créer une surprise, si tant est qu’une victoire sur la Vieille Dame du football italien en soit une. Bien qu’ils ne soient certainement pas encore la force de Massimiliano Allegri lors de son premier mandat, les Bianconeri sont invaincus depuis la fin de la phase de groupes de la Ligue des champions, leur équipe étant renforcée par les arrivées de Denis Zakaria et Dusan Vlahovic, qui se sont tous deux rapidement adaptés à leur nouvel environnement. Cette équipe semble soudainement plus imposante, avec une défense solide, un milieu de terrain capable de faire tourner la machine et des joueurs qui gagnent des matchs en haut du terrain. L’adversaire, quant à lui, a pris de l’ampleur au cours des derniers mois, ce qui laisse présager un match de grande qualité entre deux équipes à l’identité bien affirmée.

Lire aussi:  Paul Pogba contre Mathias Pogba : Chantage, extorsion, sorcellerie, Mbappe et tout ce qu'il faut savoir en France

Cela devrait donner lieu à un match nul amusant, mais rien à voir avec le drame des adversaires étouffés par un sentiment de peur existentielle, désespérés de ne pas perdre, comme Manchester United et l’Atletico Madrid. Ce dernier est en pleine crise d’identité, la férocité du passé de l’équipe de Diego Simeone ayant quelque peu disparu à domicile et en Europe. Le combat semble avoir disparu.

La crise d’identité pourrait être une définition généreuse des difficultés de United, impliquant qu’il y avait une sorte de principe directeur sur la façon dont ils jouent au football qui a disparu. C’est le cas, mais la retraite de Sir Alex Ferguson remonte à très longtemps maintenant. Depuis, le club est à la recherche d’une grande idée ; Ralf Rangnick semble en avoir une et, selon de nombreux témoignages, elle n’a pas été bien accueillie dans le vestiaire d’Old Trafford.

Une victoire pourrait donner un coup de pouce à court terme à l’une ou l’autre de ces équipes et peut-être convaincre certains supporters qu’elles pourraient se battre pour le gros lot. Mais il leur faudrait agir très vite. L’Atletico, United et tant d’autres clubs autour d’eux reviennent sur la scène européenne en étant bien conscients du fossé qui les sépare des trois ou quatre équipes qui mènent la danse.

L’étage supérieur : Le titre ou l’échec

Ces équipes devraient être déçues par tout ce qui n’est pas une place en demi-finale et franchement, même cela pourrait ne pas suffire, compte tenu de leur profil de talent.

1. Manchester City (+2)

WWWWWWWWWW. Voilà le bilan de Manchester City depuis la fin de la phase de groupes de la Ligue des champions, une période au cours de laquelle ils ont marqué 33 buts et en ont encaissé sept. Au cours de cette période, presque toutes les options offensives de Manchester City ont connu une série de matchs où elles ont été dévastatrices. Riyad Mahrez a atteint un total de 16 buts, ce qui est déjà le meilleur résultat qu’il ait eu en une seule campagne pour City. Pendant ce temps, Raheem Sterling est de nouveau dans le coup, Phil Foden continue de progresser chaque mois et Kevin De Bruyne semble de retour à son meilleur niveau. Ayez peur.

2. Bayern Munich (–)

Le Bayern pourrait encore avoir City en tête pour l’attaque la plus puissante d’Europe. Dans les matches nationaux des cinq premières ligues du continent, ils ont le meilleur rendement xG avec 64. Le deuxième meilleur est Liverpool avec 55,5. L’équipe de Julian Nagelsmann a disputé au moins deux matches de moins que la plupart des autres équipes de Bundesliga.

3. Liverpool (-2)

Liverpool est l’une des rares équipes de l’échelon supérieur des candidats à la Ligue des champions à avoir fait un ajout potentiellement significatif à son effectif ce mois-ci, du moins si l’on se fie à la première titularisation impressionnante de Luis Diaz contre Leicester. Ce n’est pas comme si Liverpool avait besoin de plus de puissance offensive, mais ils l’ont certainement : Diaz est un dribbleur dévastateur qui a réalisé une moyenne de six prises de balle par 90 minutes en phase de groupes – le 13e meilleur score – et en a réussi un peu plus de la moitié. Il pourrait créer encore plus de champ brisé pour Mohamed Salah et compagnie.

Des prétendants sérieux : Si tout va bien, pourquoi pas nous ?

Il n’est certainement pas impossible que l’une de ces équipes soulève la Coupe d’Europe à Istanbul en mai prochain, même s’il faudra peut-être quelques coups de chance pour que le tournoi leur soit favorable.

4. Ajax (–)

Si vous avez besoin de vous faire une idée de la puissance de l’attaque de l’Ajax, il vous suffit d’examiner les chiffres impressionnants de Dusan Tadic sous les ordres d’Erik Ten Hag. Selon fbref, le Serbe a inscrit 0,88 buts (npxG) et passes décisives (xA) par 90 minutes, sans pénalité, et a une moyenne de 6,27 tirs. C’est le genre de chiffres que certaines équipes ont du mal à afficher. Jusqu’à présent, cette forme s’est traduite en Ligue des champions, où Tadic a enregistré le même nombre de npxG et seulement un peu moins d’actions de tir.

5. Paris Saint-Germain (+2)

L’attention sera naturellement portée sur le trio de tête face au Real Madrid, mais l’arrière-garde du PSG pourrait bien être son atout. En six matches de Ligue 1, y compris les matches délicats contre Monaco et Lyon, depuis la fin de la phase de groupes, Marquinhos et sa compagnie n’ont permis qu’une seule fois à leurs adversaires de tirer plus d’un xG.

Les chevaux noirs : Des prétendants improbables, mais des prétendants tout de même.

Ces équipes sont des champions improbables, mais Chelsea l’était aussi il y a une saison. Il faudra peut-être un changement de circonstances comme celui qu’ont connu les Blues lorsqu’ils ont nommé Thomas Tuchel, peut-être une nouvelle signature ou la découverte d’un nouveau plan tactique. C’est possible, mais certainement pas probable.

6. Real Madrid (–)

Lorsque nous avons quitté le Real Madrid au stade des poules, nous avions le sentiment qu’il ne s’agissait que du spectacle de Vinicius Junior et Karim Benzema en attaque. Il est certain que ces deux-là seront encore cruciaux si Madrid veut aller loin dans cette compétition – et la perte potentielle de ce dernier est un coup cruel pour le match contre le PSG – mais Marco Asensio est au moins venu sur le devant de la scène avec des buts cruciaux lors de deux rencontres contre Grenade et contre l’Atletico Madrid.

Lire aussi:  Unai Emery et les joueurs de Villarreal peuvent garder la tête haute après avoir frôlé l'épopée en Ligue des Champions

7. Chelsea (-2)

Même si Lille ne devrait pas constituer un trop grand test, le succès à long terme de Chelsea dans la compétition pourrait dépendre de la capacité de Tuchel à utiliser les ailiers qui rendent son équipe si difficile à battre et si dévastatrice en attaque. Chilwell est absent pour la saison mais James ne le sera pas ; sa valeur en attaque est reflétée par les 0,3 xG de plus que les champions d’Europe ont en moyenne par match quand il est dans l’équipe.

Quart de finalistes possibles

Gagner un tour est peut-être le meilleur scénario pour cette équipe, à moins que quelque chose de dramatique ne se produise d’ici février.

8. Inter Milan (+1)

Cette équipe pourrait être plus haute si elle n’avait pas reçu un adversaire aussi infernal. Alexis Sanchez s’est épanoui en tant que troisième homme de l’attaque de Simone Inzaghi, marquant un but en fin de match contre la Juventus en Supercoppa Italia et inscrivant le deuxième but crucial lorsqu’il était titulaire contre la Roma.

9. Juventus (+3)

La plupart des difficultés de la Juventus en début de saison semblaient provenir d’un milieu de terrain qui contribuait peu en attaque et en défense ; leur renouveau a coïncidé avec l’amélioration de la forme d’Arthur, Manuel Locatelli qui s’installe au club et Zakaria qui a un impact immédiat après avoir été recruté du Borussia Mönchengladbach. Avec Weston McKennie et Adrien Rabiot parmi les options alternatives, Allegri dispose d’un milieu de terrain qui n’est peut-être pas tape-à-l’œil mais qui pourrait être discrètement efficace.

10. Manchester United (-1)

L’élimination de la FA Cup et le match nul contre Burnley ont donné lieu à une nouvelle série d’articles mettant en cause Rangnick et ses méthodes, sans que l’on se rende compte que, malgré ces résultats décevants, Manchester United avait l’air bien plus efficace en attaque face à des adversaires à l’esprit défensif qui le frustrent souvent. En tout cas, 52 tirs en 210 minutes contre Middlesbrough et les Clarets laissent penser qu’ils peuvent se créer des occasions contre l’Atleti.

Ce serait bien de gagner une manche

Ces deuxièmes têtes de série seront ravis d’être allés aussi loin, mais c’est peut-être là que leur voyage s’arrêtera brusquement.

11. Villarreal (+3)

Pendant un temps, on a cru qu’Unai Emery n’irait pas au bout de la campagne de Ligue des champions des sous-marins jaunes. Recherché par Newcastle, mais peu enclin à s’engager avec Villarreal, l’ancien entraîneur du PSG et de Séville a choisi de rester dans son « pays ». Les résultats récents suggèrent que c’était peut-être la bonne décision. Immédiatement après avoir pris la deuxième place de leur groupe à l’Atalanta, les hommes d’Emery ont enchaîné cinq victoires consécutives et se sont rapprochés du top 4 de la Liga grâce à des victoires successives contre Majorque et le Real Betis.

12. Atletico Madrid (-2)

L’équipe la moins en forme des huitièmes de finale, l’Atletico Madrid, a été humilié par le FC Barcelone au début du mois et les champions d’Espagne doivent faire face à un véritable test pour revenir dans cette compétition la saison prochaine. C’est peut-être un soulagement pour eux que leur match contre Manchester United ait lieu beaucoup plus tard ce mois-ci. D’ici là, l’équipe de Diego Simeone affronte des équipes qui se situent en grande partie dans les bas-fonds de la Liga, ce qui lui donne l’occasion de prendre de l’élan (ou de s’enfoncer encore plus dans le bourbier).

13. Benfica (+2)

L’avantage le plus important pour Benfica avant son match contre l’Ajax est sans doute que la fenêtre de janvier est passée sans encombre. L’offre de West Ham pour Darwin Nunez a été rejetée, tandis qu’aucun des nombreux clubs qui convoitent Lucas Verissimo ne s’est manifesté. Cependant, ils pourraient regretter de ne pas avoir renforcé une défense qui a accordé le cinquième plus grand nombre de buts en phase de groupe (dont une grande partie au Bayern Munich, il est vrai) pour affronter l’Ajax.

14. Lille (-3)

Alors que les champions de Ligue 1 semblaient sur le point de franchir un cap après une défense de titre décevante, des défaites consécutives contre Brest et le PSG ont gâché leur élan. La préoccupation la plus immédiate avant leur match contre Chelsea sera d’améliorer une défense qui leur a permis de traverser le Groupe G mais qui, avec le départ de Reinildo à l’Atletico Madrid, semble moins solide.

15. Sporting (-2)

Si rien d’autre n’est fait, leur deuxième passage en huitième de finale ne peut pas être aussi mauvais que le premier. Probablement. Lors de sa seule participation aux huitièmes de finale de la Ligue des champions, en 2009, le Sporting avait été battu 12-1 sur l’ensemble des deux matches par le Bayern Munich. L’équipe de Ruben Amorim ne rendra sûrement pas la tâche facile à ses adversaires et, avec Antonio Adan en grande forme dans les buts, elle pourrait au moins s’assurer qu’une défaite probable face à Manchester City se fasse sur une marge respectable.

16. Red Bull Salzburg (–)

Salzbourg reviendra certainement en Ligue des champions bien reposé, la longue pause hivernale de la Bundesliga autrichienne signifiant que le match de vendredi contre le Rapid Vienna sera le premier match de championnat qu’ils auront joué depuis deux mois (ils ont également battu le LASK en coupe d’Autriche). Avec Noah Okafor et Karim Adeyemi, ils auront certainement une force de frappe prête à tester le Bayern Munich, mais leur participation à la compétition s’arrêtera sûrement là.

Article précédentLe transfert de Jozy Altidore au New England Revolution est confirmé par Bruce Arena : « Il sera un grand atout pour notre équipe ».
Article suivantIndice Star Power de la Serie A : Giovinco est de retour, Vlahovic fait ses débuts à la Juventus et Giroud défie l’Inter Milan