Accueil Business Bruxelles annonce des achats communs de gaz, mais supprime les plafonds de...

Bruxelles annonce des achats communs de gaz, mais supprime les plafonds de prix

467
0

L’Union européenne a dévoilé les dernières mesures prises par l’UE pour faire face à l’épidémie de grippe aviaire. crise énergétique que traverse le Vieux Continent : achats communs de gazun changement de la référence utilisée pour les prix du gaz naturel liquéfié (GNL). et d’établir une « limite dynamique » pour le marché du TTF. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a présenté des propositions qui brillent par leur absence. le plafonnement des prix du gaz exigé par un nombre croissant d’États membres.

Le paquet de mesures de l’Union fournit également des outils permettant aux partenaires de l’Union européenne d’avoir la possibilité de utiliser jusqu’à 40 milliards d’euros des Fonds de cohésion 2014-2020 pour atténuer les prix de l’énergie.. L’idée de la Commission est que les États membres peuvent allouer un maximum de 10% de leur des fonds alloués à ces fins. Dans le cas de Espagnepar exemple, qui s’est vu allouer 42 milliards de ces fonds régionaux, pourra utiliser jusqu’à 1,5 milliard d’euros. 4,2 milliards d’euros pour amortir l’escalade des prix de l’énergie.

En outre, afin de renforcer la liquidité des marchés de l’énergie, la Commission proposera de porter le seuil de compensation pour les contreparties non financières à 4 milliards d’euros. et étendre la liste des actifs éligibles pouvant être utilisés comme garantie pendant un an.

Cet ensemble de mesures sera discuté lors du Conseil européen des 20 et 21 octobre. et devra être approuvée par les dirigeants de l’UE.

Cependant, le cœur du problème reste le marché du gaz. Von der Leyen a souligné que le club européen doit se préparer « à d’éventuelles nouvelles perturbations et poser des bases solides » pour l’année 2023.tout en se félicitant du fait que que les réserves de gaz dans l’ensemble de l’Union représentent désormais 92 % des réserves totales de gaz de l’UE..

Lire aussi:  Le conseil d'administration de Metrovacesa est "défavorable" à l'offre de rachat partiel de FCC

À cet égard, elle a souligné que les pays devront acheter conjointement 15% du volume nécessaire pour atteindre l’objectif de l’UE de remplir les réservoirs de gaz à 90% d’ici le 1er novembre 2023. Les pays seraient chargés de mobiliser leurs entreprises pour participer à cet achat conjoint, qui n’inclut pas l’achat de gaz russe. « Nous savons que nous sommes forts lorsque nous agissons ensemble. Il est donc logique que, plutôt que de se faire concurrence, les entreprises du secteur de l’énergie tirent parti de leur pouvoir d’achat commun.« elle a dit.

Von der Leyen a également souligné l’importance de l’action de l’UE. « instabilité extrême » de l’indice TTF.qui a déjà ne reflète pas « la situation réelle » du marché du gaz de l’UE. Elle invite donc les gouvernements nationaux à fixer des plafonds et des planchers sur le principal marché pertinent pour le principal marché du gaz sur le Vieux Continent, tout en développant une nouvelle référence pour le GNL. qui lui permettra de tempérer la hausse des prix et de limiter la spéculation.

Toutefois, les propositions de l’UE sont loin d’apaiser les demandes des États membres, qui ont le sentiment que Bruxelles fait la sourde oreille à une demande de plus en plus véhémente de la part des Vingt-sept : imposer un plafond sur les prix du gaz, comme celui utilisé dans la « dérogation ibérique ». qui est appliquée depuis des mois en Espagne et au Portugal.

Lire aussi:  Le gouvernement et les transporteurs se réunissent lundi pour faire face à la situation du secteur

« Ce modèle a permis de réduire les prix de l’électricité en Espagne et au Portugal. Nous pensons qu’elle mérite d’être envisagée pour être introduite au niveau de l’UE et nous sommes en train d’étudier les données disponibles pour trouver des réponses à une ou deux questions encore ouvertes », a souligné Mme Von der Leyen, non sans préciser que cette mesure doit « être étudiée en profondeur et voir comment nous pouvons la rendre opérationnelle au niveau de l’UE ».

Certains pays, dont l’Espagne, ont rapidement exprimé leur déception. « Bien que des progrès soient accomplis, nous sommes loin de pouvoir identifier des solutions durables dans le temps », a critiqué la troisième vice-présidente espagnole et ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera, qui estime que le paquet de mesures est « loin de répondre aux attentes suscitées par le discours de Mme von der Leyen ». « Ils soulignent le besoin. Mais une fois encore, il y a un manque de concret ».a-t-il ajouté.

Il convient de rappeler qu’au cours des dernières semaines, plus de 15 pays de l’UE, dont l’Italie, la Pologne et la Belgique, ont demandé à l’exécutif européen de limiter le prix du gaz dans toute l’Union dans une lettre adressée au président de la Commission. De l’autre côté, l’Allemagne et les Pays-Bas, entre autres, estiment qu’une telle mesure entravera la possibilité d’acheter du gaz.

Article précédentMcGregor « joint ses poings » à ceux de Me88 pour devenir ambassadeur en Asie.
Article suivantSmart entre sur le marché néerlandais grâce à un contrat de six mois avec Diligence in Gaming