Accueil Business Barclays fait le grand saut et mise sur les marchés boursiers :...

Barclays fait le grand saut et mise sur les marchés boursiers : « Le rapport risque-récompense est convaincant ».

681
0

Un pari clair sur les marchés boursiers dans une période comme celle que nous vivons actuellement est un pari. C’est pourtant ce que fait Barclays qui, dans son dernier rapport sur la stratégie européenne, indique qu’elle reste convaincue par les actions du Vieux Continent et anticipe des hausses modérées dans les mois à venir.

« Bien que les actions puissent encore chuter, nous trouvons le compromis risque-récompense à moyen terme convaincant.. Notre objectif actualisé de 465 points sur le Stoxx Europe 600 implique un potentiel de hausse de 11 %.« , commente-t-il.

Barclays reconnaît que les choses peuvent s’aggraver avant de s’améliorer. Dans ce contexte, il conseille aux investisseurs d’agir de manière rationnelle, équilibrer les risques à court terme et les opportunités à long terme..

« Bien que la fin de la crise soit imprévisible et que les projections macroéconomiques doivent être ‘prises avec un grain de sel’, une récession mondiale n’est pas le scénario de référence de nos économistes », indique le cabinet financier. « Cela signifie que les bénéfices peuvent encore progresser et, compte tenu du fait que les marchés boursiers sont survendus, que le PER est inférieur à la moyenne historique et que les taux réels sont à nouveau négatifs, Nous voyons un potentiel de hausse modéré (dans les indices) sur un horizon de douze mois.« , précise-t-il.

Lire aussi:  Oracle améliore son bénéfice et son chiffre d'affaires au quatrième trimestre et dépasse les attentes

ATTENTION À UN REBOND DES BANQUES

Dans ce scénario, Énergie, santé et industrie restent les secteurs « clés », avec un avis de « surpondération ».

Quant aux banques, Barclays reconnaît qu’elles semblent survendues et qu’elles ont ouvert un écart par rapport aux rendements obligataires, de sorte qu’elles pourraient rebondir. « Cependant, Nous restons neutres pour l’instant, compte tenu du risque élevé lié à l’actualité, et préférons les Autos comme couverture du risque.« , explique-t-il.

En ce qui concerne sa préférence pour les régions, il reste  » neutre  » en Europe par rapport aux États-Unis et  » surpondéré  » au Royaume-Uni et sur les marchés émergents.

CONSEIL DU CREDIT SUISSE

Credit Suisse se penche davantage sur les aspects négatifs dans son dernier rapport sur la stratégie des actions mondiales, et prévient qu’il existe de nombreux facteurs liés à la crise géopolitique actuelle qui ne sont pas pleinement appréciés. « Le marché sous-estime l’impact de la guerre, soyez plus défensifs. »qu’il recommande.

Dans ce contexte, il conseille réduire davantage la pondération des valeurs cycliques non financières. (notamment tous les domaines axés sur la consommation). « Les valeurs cycliques non financières sont toujours en train d’escompter un indice PMI de 55 au niveau mondial, donc elles ne sont toujours pas bon marché et auraient dû sous-performer étant donné l’aplatissement de la courbe des taux.

Lire aussi:  Santander dépasse les attentes : "La punition boursière est une opportunité d'achat".

A titre d’exception, ils mentionnent les entreprises liées à l’exploitation minière. En outre, ils considèrent que Les services publics ont amélioré leur attrait pour le marché.en raison des bonnes perspectives des énergies renouvelables et de « l’évolution de l’Union européenne vers l’indépendance énergétique » à la suite de la guerre, ils conseillent donc des entreprises telles que RWE, ENEL, E.On, National Grid et l’entreprise espagnole Acciona Energia.

D’autre part, ils insistent sur leur parier sur l’industrie pharmaceutique à grande capitalisationLe marché est également attiré par les produits pharmaceutiques à grande capitalisation, en raison de leur capacité à générer des bénéfices même lorsque la croissance ralentit, de leur valorisation neutre et de leur profil immunisé contre la hausse des prix des matières premières. Enfin, ils considèrent que majors du pétrole ne tiennent pas compte de l’augmentation des prix du pétrole brut et « ils se négocient à très bas prix ».

Article précédentAmazon s’envole : annonce d’une scission et d’un rachat d’actions de 10 milliards d’euros
Article suivantFaits saillants à la clôture du marché nord-américain