Accueil Sports Allemagne vs Japon – score final : Une nouvelle surprise en Coupe...

Allemagne vs Japon – score final : Une nouvelle surprise en Coupe du monde : les Samouraïs Bleus assomment les Allemands avec des buts tardifs.

102
0

Pour la deuxième Coupe du monde consécutive, l’Allemagne a commencé sa campagne de manière désastreuse, gaspillant une avance en première période pour s’incliner 2-1 face à l’Espagne. Les champions de 2014 se retrouvent soudain face à la perspective très réaliste d’une deuxième élimination consécutive en phase de groupe, une crise auto-infligée qui tient autant à un travail défensif désastreux qu’à l’excellence du vainqueur du match Takuma Asano.

Tous les indicateurs montrent que l’Allemagne a été largement supérieure pendant 75 minutes avant que Ritsu Doan ne ramène le Japon à la parité, mais le sentiment est celui d’une équipe prodigue qui manque d’instinct de tueur d’un côté et de sang-froid de l’autre. Le Japon a fait preuve de ces deux qualités en abondance et, bien qu’il reste beaucoup à faire pour se sortir d’un groupe comprenant l’Espagne et le Costa Rica, il est en excellente position pour y parvenir. Contrairement à l’équipe de Hansi Flick, elle ne semble pas être une équipe susceptible de laisser passer autant d’occasions faciles que ses adversaires.

Le Japon n’a peut-être pas vu beaucoup de ballon en première mi-temps, mais il a montré un sens impressionnant de la récupération du ballon. Daizen Maeda aurait pu donner une toute autre tournure à ce match à la septième minute mais, après un bon travail du milieu de terrain japonais pour piéger Ilkay Gundogan, l’attaquant du Celtic faisait un geste trop rapide pour tromper Manuel Neuer.

Ces demi-occasions étaient plus d’une fois l’apanage du Japon en début de match, tout comme les périodes de possession de balle allemande. Thomas Müller et Joshua Kimmich se déplaçaient d’un flanc à l’autre, entraînant avec eux la ligne arrière japonaise. En effet, presque toute l’équipe semble avoir été entraînée sur la droite à la 31e minute, lorsque d’un coup de botte droit Kimmich dépose le ballon dans les pieds de David Raum. Peu de temps après, Shuici Gonda commettait la seule erreur majeure de cette équipe résolument défensive, et Gundogan le faisait payer sur le point de penalty, bien qu’à l’arrivée du deuxième but, le gardien japonais faisait tout ce qu’on pouvait lui demander pour rembourser sa dette avec un double arrêt magnifique sur Serge Gnabry.

Kai Havertz aurait pu conclure le match avant la pause, mais il se laissait aller au hors-jeu en reprenant le centre/tir de Jamal Musiala. Cette erreur donnait à l’entraîneur japonais Hajime Moriyasu l’occasion de changer le cours du match. Il la saisit. L’adoption d’une défense à trois permet aux Samouraïs bleus d’exercer une pression beaucoup plus forte sur les côtés tout en conservant l’énergie dont ils ont fait preuve en première mi-temps. Quelques instants après l’arrêt époustouflant de Manuel Neuer sur le dangereux Yunya Ito et le rebond de Hiroki Sakai, le capitaine allemand ne peut que dévier un centre de Takumi Minamino, qui n’est pas sûr d’aboutir à un but d’Asano, et le remet à Doan.

La victoire du Japon commençait de manière prosaïque, une balle de rien du tout dans le canal se transformant en une passe extrêmement efficace grâce à Niklas Sule qui se tenait deux mètres derrière ses coéquipiers allemands, jouant Asano en position de hors-jeu. L’ancien attaquant d’Arsenal n’avait pas fini de faire parler de lui : d’un seul geste, il a tué une passe de plus de 60 mètres et, d’un angle serré, il a trompé Neuer d’une balle.

Leon Goretzka tirait à quelques centimètres du but dans les sept minutes du temps additionnel, mais l’Allemagne semblait tout aussi susceptible d’offrir un troisième but au Japon, l’arrière droit Sule étant extrêmement maladroit avec le ballon à ses pieds. Dans une dernière tentative désespérée, le capitaine et le gardien de but se retrouvaient face à un barrage de coups de pied arrêtés dans les dernières secondes, mais Gonda tenait bon.

Moriyasu renverse la vapeur

C’est un match gagné dans le vestiaire japonais à la mi-temps. Remplacer l’ailier Takefusa Kubo par Takehiro Tomiyasu, qui joue en tant que défenseur central dans son équipe nationale, aurait pu sembler une approche prudente sur le papier, mais le changement de Moriyasu donnait à ses joueurs le maximum d’opportunités pour exploiter les faiblesses de l’Allemagne. Opérant désormais en 3-4-3, le Japon disposait de la largeur nécessaire pour mettre à l’épreuve Sule et Raum, qui ne sont pas des arrières latéraux naturels, et les ailiers grignotaient les mètres pour s’assurer que la réponse de Flick, qui consistait à laisser Musiala et Gnabry en hauteur, n’était pas aussi efficace qu’elle aurait pu l’être.

Pendant la demi-heure qui suivait, Moriyasu ne cessait d’ajouter des jambes fraîches, utilisant non seulement le nombre maximum de remplaçants, mais aussi le plus de moments disponibles pour apporter quelque chose à l’équipe. Le vainqueur du match, Asano, était un dynamo du pressing plus que désireux de chasser les causes perdues… et de les transformer en quelque chose dans le cas du deuxième but japonais. Kaoru Mitoma portait peut-être le numéro 9, mais il a fait le gros du travail en tant qu’arrière latéral gauche, passant par Minamino, dont le centre est arrivé à Doan. Trois remplaçants ont renversé la vapeur, un autre a marqué le but de la victoire. Cependant, le véritable vainqueur du match est resté sur le banc pendant tout ce temps.

Musiala marque la Coupe du Monde de son empreinte

Si son entourage n’avait pas été aussi prodigue, Musiala aurait pu remporter le trophée d’homme du match pour ses débuts en Coupe du Monde. Jouant sur la gauche, il était une présence dévastatrice pour l’Allemagne, sa compréhension innée de l’espace ouvrant des couloirs pour son arrière latéral tandis qu’il se glissait à l’intérieur du terrain pour faire des allers-retours avec ses collègues milieux de terrain. Il cherchait toujours à engager les défenseurs et semblait assez capable de les battre. S’il avait trouvé le chemin des filets après avoir battu cinq défenseurs japonais, il aurait célébré l’un des plus grands buts de l’histoire de ce tournoi.

Des changements pourraient bien être nécessaires pour cette ligne de front allemande, même si elle a créé beaucoup d’occasions aujourd’hui. Havertz n’offrait pas grand-chose en tant qu’avant-centre et bien que ceux qui étaient derrière lui aient été efficaces, l’attaque de Flick ne semblait pas assez variée. Finalement, le Japon a conclu qu’il pouvait permettre à ses adversaires de faire circuler le ballon devant eux et faire confiance à ces passes complexes qui n’aboutiraient pas s’il n’y avait pas un attaquant de pointe pour les terminer. Quoi qu’il arrive contre l’Espagne – où Leroy Sane pourrait être disponible – Musiala doit rester. À l’âge de 19 ans, il était le joueur vers lequel ses coéquipiers se tournaient.

Lire aussi:  La star mexicaine Jesus Corona devrait manquer la Coupe du monde 2022 après une fracture du péroné et une déchirure des ligaments de la cheville.
Article précédentLourdes pertes pour Rovi qui reconnaît l' »incertitude » concernant le vaccin Covid.
Article suivantCinq partenaires à bord pour la finale d’automne de BLAST Premier dans l’emblématique Royal Arena de Copenhague