Accueil Finance Wall Street affiche la plus forte hausse hebdomadaire de l’année

Wall Street affiche la plus forte hausse hebdomadaire de l’année

122
0

Wall Street a clôturé en hausse vendredi (Dow Jones:+0,66% ; S&P500:+0,94% ; Nasdaq:+1,38% ; S&P500:+0,94%.) après la achats importants jeudi, ce qui a conduit à la S&P 500 a enregistré sa meilleure journée depuis le mois d’avril et s’est maintenue au-dessus de son niveau d’avant la crise. moyenne mobile à 200 séances. Ce jour-là, les investisseurs ont écarté les Résultats d’Apple et le rapport sur l’emploi d’octobre.

Sur une base hebdomadaire, les indices de New York ont connu une semaine de gains solides, les plus importants depuis le début de l’année, avec une augmentation de 5,07 % de l’indice de la Bourse de New York. Dow Jonesde 5,85 % pour la S&P 500 et 6,61 % dans le cas de la Nasdaq.

« Il n’y a pas d’élément déclencheur unique derrière le rebond, mais la dernières faiblesses de l’action doit être traitée comme une correction et non comme le début d’un marché baissier. Par conséquent, les conditions de survente, associées à l’assouplissement de la Fed, sont suffisantes pour un rebond, ce qui a été le cas pour le marché des actions. généralisé et dans lequel les secteurs de l’immobilier, de la consommation discrétionnaire et de la finance se sont distingués », analyse la Danske Bank.

Pour les stratèges de Bankinter, « le marché se stabilise enfintant pour les actions que pour les obligations, grâce à la modération de l’inflation, à l’apaisement des banques centrales, à la non escalade du conflit en Israël et aux résultats des entreprises du troisième trimestre dont l’équilibre commence à s’améliorer.

L’ACCENT MIS SUR L’EMPLOI

À la suite de la Décision de la Réserve fédérale (Fed) sur les taux d’intérêtL’autre référence majeure du marché était la rapport sur l’emploiqui a été publié vendredi, est particulièrement pertinent après le discours du président de la Fed, Jerome Powella indiqué qu’il était nécessaire de mettre en place un marché du travail plus souple pour ramener l’inflation à l’objectif de 2 %.

Lire aussi:  L'or peut-il atteindre 4 000 dollars l'once d'ici 2023 ?

Au cours du mois d’octobre, l’économie du pays a créé 150 000 emplois, un chiffre inférieur à la prévision consensuelle de 180 000.et un ralentissement par rapport aux 297 000 emplois créés en septembre (chiffre révisé à la baisse par rapport aux 336 000).

Les analystes de Oxford Economics notent que « le rapport sur l’emploi d’octobre fournit de nombreux éléments indiquant que les conditions du marché du travail s’assouplissent et que l’on assiste à un ralentissement de l’activité économique ». permettra à la Réserve fédérale de maintenir sa politique. tout en surveillant ses progrès vers un retour de l’inflation à 2 % ».

La croissance de la masse salariale a été plus faible que prévu, l’emploi dans l’enquête auprès des ménages a diminué, le taux de chômage a augmenté et la croissance des salaires horaires moyens a continué à se modérer », ajoutent-ils, tout en soulignant que « les augmentations de salaires annuels, selon la plupart des mesures, ont été plus faibles que prévu ». devront converger vers 3,5 % pour être compatibles avec l’objectif d’inflation de 2 % de la Réserve fédérale.« .

L’agenda économique a également inclus la publication de la PMI et ISM servicesqui ont montré la dixième expansion mensuelle consécutive du secteur, bien qu’à un rythme plus modéré.

Lire aussi:  La consommation de shiba inu monte en flèche, mais les utilisateurs actifs chutent de 86 %.

LA CHINE MET LA PRESSION SUR APPLE

Pomme a dévoilé son résultats ce jeudi après la clôture du marché. La société Apple a gagné moins d’argent au cours de l’annéeet aussi a réduit ses revenustandis que les pressions exercées par la Chine sont de plus en plus fortes.

Cela a entraîné une baisse de 0,5 % de ses actions au cours de la séance, malgré le fait qu’au cours du dernier trimestre, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros. bénéfice de 22,956 millions de dollars22 956 millions de dollars, soit une augmentation de 10,8 % par rapport aux 20 721 millions de dollars de la même période de l’année précédente.

« Il s’agit d’un ralentissement sans précédent pour la première entreprise mondiale, et les investisseurs d’Apple ne sont pas habitués aux ralentissements. Ce ralentissement survient alors que l’entreprise enregistre une forte baisse des ventes de Mac (-34 %), tandis que les ventes d’ordinateurs portables sont en chute libre. la demande en Chine reste faible« , explique Josh Gilbert, analyste de marché chez eToro.

AUTRES MARCHÉS

Sur les autres marchés, le pétrole West Texas est en baisse de 1,81% (80,98$) et le Brent a baissé de 1,82 % (85,26 $). D’autre part, le euro s’est apprécié de 1 % (1,0726 $), et le once d’or a gagné 0,32 % (1 999 $).

En outre, le Rendement des obligations américaines à 10 ans a baissé à 4,574% et le taux d’intérêt de l’euro a baissé à 4,574%. bitcoin a perdu 1,01 % (34 589 $).

Article précédentLa RAAC Discovery oblige Genting à fermer le casino de Westcliff-on-Sea
Article suivantL’Ibex 35 augmente de 4,2 % au cours de la semaine la plus haussière depuis mars