Accueil Business Une nouvelle ère macroéconomique

Une nouvelle ère macroéconomique

566
0

A nouvelle ère macroéconomique se profile à l’horizon après les récentes turbulences sur les marchés et les signes évidents de tension dans l’économie mondiale. A priori, cette nouvelle ère promet aux marchés développés d’échapper au piège de la faible croissance des années 2010 et de relever les défis du vieillissement de la population et du changement climatique. En contrepartie, elle comporte des risques tels que le chaos financier, l’effondrement des banques centrales et l’emballement des dépenses publiques.

Le site les turbulences sur les marchés financiers est d’une ampleur jamais vue dans cette génération. L’inflation, au niveau mondial, est à deux chiffres pour la première fois en 40 ans. Les banques centrales relèvent leurs taux au rythme le plus rapide depuis les années 1980, tandis que le dollar est à son point le plus fort depuis vingt ans.

Toutes ces circonstances marquent la fin définitive de l’ère de la placidité économique. que nous vivons depuis 2010, où ce sont les banques centrales qui ont fait bouger l’économie, alors que les secteurs public et privé n’ont pas fait grand-chose pour la stimuler, en maintenant les taux à des niveaux très bas et en achetant d’énormes quantités d’obligations.

Lire aussi:  Le départ de Sacyr de Repsol "était attendu et a peu d'impact".

Le défi posé par la pandémie a conduit à l’adoption de mesures extraordinaires qui ont été le germe de l’inflation. que nous connaissons aujourd’hui. Les mesures de relance et de sauvetage des gouvernements, les perturbations de la demande des consommateurs, les isolations et les goulets d’étranglement dans la chaîne d’approvisionnement ont été à l’origine d’une flambée de l’inflation qui a été exacerbée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

La crainte la plus immédiate est que les marchés explosent, incapacité à gérer la forte hausse du coût des emprunts après avoir vécu avec des taux bas pendant si longtemps. S’il est vrai que les chances que l’inflation atteigne 20 % sont infimes, la question se pose évidemment de savoir si les gouvernements et les banques centrales seront en mesure de la ramener à leur objectif de 2 %.

Lire aussi:  Le moral des investisseurs de la zone euro augmente pour la première fois depuis août

Dans ce qui équivaut à un grand changement depuis les années 2010une augmentation structurelle des dépenses et des investissements publics est en cours. Les ressources nécessaires pour faire face au vieillissement de la population, les dépenses de défense face aux menaces potentielles des autocraties, le changement climatique et les tensions géopolitiques sont quelques-unes des raisons de cette augmentation.

Cela pose un dilemme aux banques centrales, car pour lutter contre l’inflation et atteindre leur objectif de 2 %, elles peuvent  » resserrer  » tellement qu’elles provoquent une récession avec tout ce que cela implique.

Cette nouvelle ère macroéconomique, caractérisée par une augmentation des dépenses publiques et une hausse de l’inflation, signifie également que les banques centrales seront en mesure de « resserrer » leur politique d’investissement. les récessions seront moins sévères et à long terme, cela signifie que les banques centrales retrouveront la capacité de réduire les taux en cas de crise.

Article précédentTom Horn se lie avec Sazka et salue les normes du marché tchèque
Article suivantCinq actions à surveiller sur le plan technique ce vendredi