Accueil Santé & Bien-être Un nouveau traitement du cancer de l’ovaire permet d’atteindre un taux de...

Un nouveau traitement du cancer de l’ovaire permet d’atteindre un taux de survie de 70 % à sept ans

661
0

Le site la survie dans le cancer avancé de l’ovaire, jusqu’à présent quasi nul, atteint des pourcentages de 70% sur sept ans, selon une étude présentée à la Société européenne d’oncologie médicale (ESMO), et est en phase III, c’est-à-dire prêt pour la commercialisation du médicament.

S’adressant aux médias, Luis Manso, membre du groupe espagnol de lutte contre le cancer des ovaires (GEiCO) et oncologue spécialisé dans les tumeurs gynécologiques à l’hôpital 12 de Octubre, a expliqué que après 20 ans sans nouveaux développements dans le cancer de l’ovaire, aujourd’hui, un traitement a été identifié qui représente un une amélioration significative de la survie, « et qui ouvre la porte à une guérison totale ».

Il s’agit d’un type de cancer des ovaires, celui qui affecte les femmes présentant des mutations BRCA 1 et 2, et qui implique 22% des carcinomes ovariens.

Ce type de tumeur est l’un des plus agressifs et des plus dangereux. le cinquième plus meurtrier chez les femmes, derrière le cancer du sein, le cancer colorectal, le cancer du pancréas et le cancer du poumon.

Lire aussi:  Le vaccin de la CSIC contre le covid-19 protège contre l'infection et les lésions cérébrales

Les résultats des essais de phase III SOLO-1 et PAOLA-1, présentés par le professeur Jonathan Ledermann de l’Institut du cancer de l’UCL, à Londres, montrent que le les avantages de la survie à long terme avec un seul médicament (olaparib) chez les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire avancé nouvellement diagnostiqué.

Selon le coordinateur et professeur Ledermann, il s’agit de données positives provenant de survie sans progression et très encourageant pour l’avenir.

Pour le Dr. Manso, l’incorporation de ces médicaments (il existe également la combinaison de olaparib et bevacizumab) permet aux patients de vivre « plus longtemps et mieux ». et a rappelé qu’historiquement, il s’agit d’un cancer très agressif dont souffre une femme sur 70 au cours de sa vie.

En outre, deux études sur le cancer de l’ovaire ont été présentées au congrès de l’ESMO, sous la direction du chef du groupe des néoplasmes gynécologiques de l’Institut d’oncologie de Vall d’Hebron (IOV) à Barcelone, Ana Oaknin.

Lire aussi:  Une marée de blouses blanches déferle sur Barcelone pour défendre les soins de santé publics

Cancer du col de l’utérus

Ces essais portent sur le traitement du cancer du col de l’utérus, principalement causé par le papillomavirus humain (HPV), qui est la quatrième cause de décès chez les femmes, avec le plus souvent diagnostiqué entre 35 et 44 ans.

Dans des déclarations à EFE, Oaknin a souligné que le cancer du col de l’utérus peut être prévenu et est 99% évitable avec le vaccin contre le VPH. Il a donc qualifié de « frustrant » le fait de voir des patients à un stade avancé.

Les études présentées ont montré une amélioration de de survie avec le médicament d’immunothérapie cemiplimab, en réduisant jusqu’à 35% du risque de décès.

Et une deuxième étude a confirmé l’efficacité de l’immunothérapie sans chimiothérapie, comme première ligne de traitement.

Oaknin a appelé la culture sociale à faire connaître le vaccin et a regretté qu’il y ait toujours un la perception d’un manque de risque. Elle a donc appelé la communauté scientifique à rendre plus visibles les nouveaux traitements des tumeurs gynécologiques.

Article précédentMultiVersus détaille les mouvements de son prochain personnage : voici comment se battra Gizmo de Gremlins.
Article suivantTop 10 des casino en ligne pour jouer à la roulette ce samedi soir