Accueil Jeux Un cabinet d’avocats réunit les victimes de la violation de données de...

Un cabinet d’avocats réunit les victimes de la violation de données de Caesars

116
0

Levi &amp ; KorsinskyLevi & Korsinsky, un cabinet d’avocats de premier plan, a uni les personnes touchées par la récente crise financière. Caesars Rewards Casino pour participer à une éventuelle action en justice. La cyber-attaque a compromis les informations personnelles de plus de 65 millions de membres du programme Caesars Rewards, ce qui a suscité des inquiétudes quant aux risques de fraude et d’usurpation d’identité. Toutefois, on ne sait pas encore si les victimes peuvent être indemnisées.

Le cabinet aidera à protéger les droits des clients

Levi &amp ; Korsinsky invite les personnes qui ont reçu des notifications concernant la violation de données à prendre contact avec lui. Le cabinet d’avocats souligne que la participation à ce processus n’entraîne aucun coût ni aucune obligation. Levi &amp ; Korsinsky vérifiera si les personnes touchées par la violation sont éligibles à une indemnisation et peuvent intenter une action en justice.

L’indemnisation potentielle concerne les membres de Caesars Rewards qui ont reçu une notification officielle concernant la violation de données impliquant leurs informations personnelles. Les cyberattaques de cette nature contiennent souvent une intention malveillantecar les pirates peuvent chercher à vendre les données volées sur le marché de l’Internet. dark web, s’engager dans vol d’identitéou commettre fraude financière. Les entreprises peuvent être tenues pour responsables de ne pas avoir suffisamment protégé la vie privée de leurs clients dans de tels cas.

Lire aussi:  L'interdiction du sponsoring sportif et les mises maximales pour les jeux d'argent sont suggérées dans le rapport d'examen.

Cette annonce intervient dans le contexte d’une série de violations de données qui ont touché des entreprises du secteur des jeux et du divertissement. MGM Resorts et Caesars Entertainment ont fait l’objet de recours collectifs alléguant leur incapacité à protéger les données des clients. L’implication de Levi &amp ; Korsinsky pourrait être le signe d’un changement de cap. tournant pour ces batailles juridiques, car l’entreprise possède une expérience substantielle dans ce type d’affaires.

Les cyberattaques sont un danger permanent

Un récent Microsoft a établi un lien entre les cyberattaques contre Caesars Entertainment et MGM Resorts International et un collectif de pirates plus large, connu sous le nom de Octo Tempest. Les attaquants sont tristement célèbres pour de nombreuses tentatives réussies sur les richesses et les actifs des personnes fortunées. Selon un rapport de Bloomberg, Caesars aurait versé des millions aux attaquants pour préserver les cdonnées d’entreprises critiques.

Lire aussi:  Ils créent un jeu vidéo en utilisant exclusivement Steam Deck, et Valve répond avec enthousiasme

Malgré les incidents de piratage et les actions en justice qui s’ensuivent, Caesars et MGM ont fait état de des résultats financiers impressionnants pour les trimestres respectifs qui ont suivi les violations de données. Caesars a révélé une croissance constante de ses activités terrestres et en ligne, ce qui a contribué à un revenu net total de presque 3 milliards de dollars.

Alors que la débâcle du piratage a temporairement affecté certains sites, l’activité est revenue à la normale.
Les poursuites judiciaires en cours soulignent l’importance de des mesures de cybersécurité et formation adéquate. Des groupes comme Octo Tempest s’appuient principalement sur l’ingénierie sociale pour obtenir des informations d’identification vitales et accéder à des systèmes restreints. Les récentes attaques représentent une un rappel à l’ordre coûteux pour le secteur des jeux d’argent, les principaux opérateurs s’empressant de mettre à jour leurs protocoles au risque d’une nouvelle violation majeure.

Article précédentDubaï retarde l’approbation des complexes de casinos, ce qui pourrait constituer un revers pour MGM
Article suivantLes clubs victoriens exploitent une faille pour obtenir des réductions d’impôts