Accueil Finance UBS déclasse le luxe en 2024 : « Nous l’aimons bien, mais il...

UBS déclasse le luxe en 2024 : « Nous l’aimons bien, mais il y a des risques à court terme ».

119
0

Cette année 2023 n’a pas été la meilleure possible pour l’industrie du luxe. luxe. Depuis 2016, le secteur a bénéficié d’une forte dynamique de revenus grâce à une croissance organique des ventes de plus de 10 %. par rapport à une moyenne historique de 8 %, favorisée par le retour de prix plus élevés au cours des trois dernières années. Cependant, l’entrée dans un environnement macroéconomique moins favorable n’a pas été favorable aux produits de luxe.UBS s’attend à ce que la croissance des ventes devrait ralentir à 6 % et prévoit un risque de baisse des marges.

« D’un point de vue structurel, nous continuons à apprécier le secteur.qui, selon nous, est positionné pour une croissance à long terme. Toutefois, étant donné que nos estimations sont nettement inférieures au consensus dans l’ensemble de notre couverture et que le secteur n’est susceptible d’afficher qu’une croissance des ventes de 1 % au premier trimestre 2024, nous avons des raisons d’être prudents« La banque suisse explique.

UBS souligne que sa prévision de croissance est justifiée « principalement » par la hausse des prix, qu’elle estime à 3% et qui sera « en ligne avec l’inflation ». Du point de vue des consommateurs, la firme suisse estime que 60 % de la croissance des ventes proviendra des citoyens chinois. « compte tenu du ralentissement continu dans le reste du monde ».

UN 2024 COMPLIQUÉ

En ce qui concerne l’année prochaine, les experts d’UBS s’attendent à ce que plusieurs thèmes stimulent les valeurs dans le secteur du luxe. L’un d’entre eux, par exemple, est que nous devrions voir « tout signe de reprise de la consommation aux États-Unis ».qui a été « le premier à commencer à ralentir ». De même, la croissance de la consommation chinoise et la reprise des dépenses à l’étranger, mentionnées plus haut, seront « essentielles » à l’évolution du secteur en 2024, de même que « la contribution des prix dans toutes les entreprises et les différentes catégories de produits, alors que nous sortons d’une période d’inflation plus élevée ».

D’autre part, UBS estime qu’il existe un risque que la croissance des ventes « reste inférieure à la moyenne historique en raison d’une demande soutenue à partir de 2020 », et elle estime qu’une hausse des prix de l’ordre de 1,5 % est nécessaire pour atteindre les objectifs de croissance du secteur. impact des taux de change sur les marges en raison de la non-récupération des gains de couverture de change pour la plupart des acteurs.

Lire aussi:  Live | "La BCE est déterminée à se tromper sur le côté 'hawkish', au risque d'exagérer".

« La valorisation du secteur par rapport au marché est en légère baisse à 107% par rapport au MSCI Europe (contre un maximum de 130 % plus tôt dans l’année), mais reste légèrement supérieure à la moyenne quinquennale de 101 %, malgré la faible dynamique des bénéfices par action due au ralentissement de la croissance des revenus bruts et à l’absence d’amélioration des marges », ajoutent-ils. Par conséquent, ils notent qu’ils continuent à voir un risque à court terme pour la valorisation relative, « étant donné les risques de baisse persistants pour les estimations », même si à plus long terme, ils considèrent le secteur comme attrayant.

Pour toutes ces raisons, les experts de la société suisse estiment que qu’il est difficile pour le secteur de maintenir sa marge Ebit l’année prochaine et estiment qu’elle se réduira. en raison des facteurs susmentionnés. En outre, il est difficile pour le secteur de maintenir sa marge d’exploitation l’année prochaine, si les ventes ralentissent plus que prévu, UBS estime qu’il existe un risque de baisse supplémentaire. pour la rentabilité du secteur.

« Le secteur mettra-t-il son bilan à profit au cours des 12 à 18 prochains mois ? Oui, mais de manière sélective. Le secteur se caractérise depuis longtemps par une utilisation inefficace des bilans, avec un ratio moyen dette nette/EBITDA de -0,2x en 2023. Malgré l’incertitude macroéconomique à court terme, nous prévoyons que la forte génération de liquidités du secteur se poursuivra, avec un ratio dette nette/Ebitda de -1,0x en 2026, » ajoutent-ils.

STOCK BETS

Dans cette optique, ces experts abaissent de 5 % leurs prévisions de bénéfice par action (BPA) pour le secteur en 2024.. « Les principaux changements dans les bénéfices par action pour l’exercice 2004 comprennent une réduction à un chiffre pour Salvatore Ferragamo (SFER), à un chiffre pour Swatch et Tod’s, à un chiffre pour Ermenegildo Zegna et à un chiffre pour Kering, Moncler, LVMH, Prada… Nos estimations sont en moyenne inférieures de 2 % au consensus pour 2024, tant pour les ventes que pour les bénéfices par action », indiquent-ils.

Malgré cela, 7 des 15 entreprises sectorielles couvertes par UBS reçoivent des recommandations d’achat.. Parmi elles, Ferrari, dont les actions passent de 380 à 417 dollars (potentiel de +16%) ; Hermès, dont l’objectif de cours a été relevé de 2 046 euros à 2 216 euros (potentiel de +14%) ; Hugo Boss, qu’ils évaluent à 85 euros par action (potentiel +44%) ; Prada, dont ils maintiennent l’évaluation à 63 HK$ (+50%) ; Richemont, évaluée à 140 CHF (+24%) ; Moncler, qui passe de 66 euros à 63 euros (+25%) ; et Brunello Cucinelli, qui ont augmenté d’un euro pour atteindre 98 (+27%).

Lire aussi:  Analyse technique : Santander, Iberdrola, Naturgy, Audax, Solaria, Almirall, Nvidia...

UBS reste également « neutre » à Swatchqui est évaluée à 237 francs, prix auquel elle s’est négociée au cours des dernières séances ; au Tod’sdont les actions ont baissé à 35 euros contre 50 euros précédemment, mais qui présentent encore un potentiel de hausse de 4 % ; à Zegnadont les actions sont passées de 13,5 $ à 14 $ (+20) ; ou à EssilorLuxotticadont ils ont relevé la valorisation à 186 euros (+10 euros, +4% de potentiel de hausse).

De même, le cabinet helvétique conseille d’être « neutre » avec Kering y LVMH, deux des géants européens du luxe. Ils évaluent la société mère de Gucci à 427 euros, soit 5 de moins que dans leur précédent avis, et estiment que son potentiel de hausse est limité à 6 % en raison de la situation financière de Gucci. stagnation attendue des ventes en 2024 et des bénéfices par action au cours des deux prochaines années. années fiscales. En ce qui concerne LVMHla société a réduit son conseil d’achat sur la société française, estimant que l’action ne peut pas être vendue à un prix raisonnable. « est à un prix raisonnable ».. Concrètement, UBS valorise ses actions à 770 euros, ce qui lui confère un potentiel de hausse de 8% pour un montant de 1,5 milliard d’euros. la première entreprise européenne à dépasser les 500 milliards de capitalisation boursière.

Enfin, ces experts ne recommandent de « vendre » que les actions de deux entreprises en particulier : Ferragamo y Burberry. Sur la société toscane, UBS voit ses actions à un prix cible de 10 euros, ce qui dessine un potentiel de baisse de 10% par rapport aux cours actuels, et qui se justifie par une baisse attendue de 11% du chiffre d’affaires. Quant à la firme britannique, UBS maintient son objectif de cours à 1.525 pence, soit 3% en dessous des cours actuels, bien qu’elle estime que les ventes pourraient augmenter de 2% d’une année sur l’autre.

Article précédentWall Street ferme pour Thanksgiving jeudi et ouvre pour une demi-séance vendredi.
Article suivantBolsamania – Le site de la bourse et des marchés boursiers