Accueil Sports Transferts de Manchester City : L’acquisition de Sergio Gomez montre que l’équipe...

Transferts de Manchester City : L’acquisition de Sergio Gomez montre que l’équipe de Pep Guardiola peut dépenser intelligemment et en grand.

93
0

Manchester City Manchester City n’a pas chômé lors de la période des transferts estivaux. L’arrière espagnol Sergio Gomez a été recruté en provenance de l’Espagne. Anderlecht mardi. Après avoir fait 49 apparitions avec le club belge la saison dernière, l’arrière gauche rejoint l’équipe de Pep Guardiola et ajoute une profondeur instantanée et éprouvée derrière le club. Joao Cancelo. A Espagne Joueur U-21, il a joué pour Barcelone B, Borussia Dortmund, Borussia Dortmund II, Huesca et Anderlecht, mais il obtient son grand transfert à l’Etihad dans une transaction de 13 millions d’euros, selon ESPN. Après avoir manqué Marc Cucurella, le défenseur rejoignant Chelsea de Brighton, Pep Guardiola obtient maintenant un autre joueur qu’il connaît bien, et c’est un autre ajout dont les adversaires devront se méfier.

Paramount+ est le seul endroit où vous pouvez regarder chaque minute de chaque match de Serie A cette saison, sans oublier certains matchs en italien. Inscrivez-vous maintenant avec le code d’offre ITALY pour bénéficier d’un mois d’essai gratuit. L’abonnement vous donne également accès à d’autres contenus sportifs, notamment tous les matchs de l’UEFA Champions League et de l’Europa League, la NFL sur CBS et d’innombrables films et émissions. Obtenez tout cela gratuitement pendant 1 mois avec le code promo ITALIE.

Les liens entre Guardiola et Gomez ne sont pas immédiatement apparents, mais il suffit de regarder un peu plus loin pour s’en rendre compte. Guardiola était encore à la tête du Barça lorsque Gomez était à la célèbre académie de La Masia en tant que jeune joueur très apprécié. De plus, Vincent Kompany, défenseur de longue date de City, a dirigé Gomez à Anderlecht la saison dernière, avant que Kompany ne prenne la direction du club. West Bromwich Albion Guardiola a ainsi pu se faire une idée personnelle du type de joueur que Gomez est aujourd’hui et, plus important encore pour un défenseur de 21 ans, de ce qu’il peut devenir.

Gomez est une étoile montante talentueuse qui a également montré sa capacité à jouer milieu gauche et ailier gauche, et City est à un point où il peut se permettre de prendre une chance sur un joueur que la plupart ne s’attendaient pas à voir sur leur radar. Il ne serait pas surprenant que cette opération n’aboutisse pas, après tout le saut de l’équipe de France à l’équipe de France. Belgique Le passage de la Belgique en Premier League est important, mais, au pire, ils ont dépensé 13 millions d’euros pour un joueur qui ne fait pas de différence. impact. C’est moins d’un quart de ce que Chelsea a payé pour Cucurella. C’est un risque qu’ils peuvent se permettre de prendre. Et Gomez n’a pas beaucoup de pression sur lui en arrivant à l’Etihad. Il épaulera Cancelo sur le côté gauche et aura probablement aussi des minutes en tant qu’arrière droit. Kyle Walker est au repos, puisque Cancelo est capable de jouer des deux côtés.

Lire aussi:  Erik ten Hag à Manchester United : Ce que l'entraîneur de l'Ajax pourrait apporter avec son style de jeu en Premier League

Vous voulez plus d’informations sur les transferts ? Écoutez ci-dessous et suivez-nous car deux fois par semaine, Fabrizio Romano rejoint ¡Qué Golazo ! A Daily CBS Soccer Podcast où nous vous emmenons au-delà du terrain et autour du globe pour des commentaires, des avant-premières, des récapitulations et plus encore.

Gomez est un jeune espoir qui offre une profondeur immédiate à un prix abordable. Indépendamment de ses performances, le club dispose toujours d’un bénéfice net de plus de 40 millions de dollars pour les transferts de l’été après avoir vendu les deux joueurs de l’équipe de France. Gabriel Jesus et Oleksandr Zinchenko à Arsenal, alors que Raheem Sterling a été vendu à Chelsea, entre autres. C’est d’autant plus impressionnant qu’en plus de Gomez, City a fait deux recrutements majeurs cet été, en faisant venir Kalvin Phillips de Leeds pour 53 millions de dollars et, évidemment, la star de l’été, l’attaquant Erling Haaland pour 66 millions de dollars.

C’est en fait la première fois depuis 2005-06 que City a rapporté plus d’argent en transferts qu’il n’en a dépensé. Il est encore temps que cela change, mais le fait de pouvoir transférer des joueurs sur lesquels ils ne comptaient pas pour des sommes importantes est le signe d’une équipe bien gérée. Payer beaucoup pour les stars et des montants raisonnables pour les remplaçants est le moyen de construire une équipe qui est à la fois élite en termes de talents de haut niveau et profonde, tout en ne risquant pas d’enfreindre les règles du fair-play financier.

Lire aussi:  Les parents de Katie Meyer confirment que le suicide est la cause du décès de la gardienne de but vedette de Stanford : "Nous n'avions aucun signal d'alarme".

La dernière fois que City a gagné de l’argent grâce aux transferts, c’était un monde complètement différent. C’était avant le rachat par le groupe Abu Dhabi. United Le groupe, à une époque où ils dépensaient 13 millions de dollars au total pour des joueurs comme Georgio Samaras et Darius Vassell, et où ils vendaient des gars… Nicolas Anelka et Paulo Wanchope. Deux ans plus tôt, ils avaient dépensé 4,13 millions de dollars pour des joueurs américains. Claudio Reyna de Sunderland. À cette époque, City n’était même pas un club anglais moyen, mais luttait plutôt pour sa survie en Premier League.

Aujourd’hui, Gomez vient remplacer Zinchenko, que City a vendu à Arsenal pour environ 30 millions de livres cet été, soit 2000% de plus que ce qu’ils ont dépensé pour lui en provenance de Sunderland. FC Ufa en 2016. Ce sont des actions comme celle-ci qui distinguent le Manchester City moderne. Bien sûr, ils dépensent toujours des sommes incroyablement choquantes sur les joueurs, mais ils achètent également à bas prix (et jeunes) et vendent haut.

Un Manchester City avisé et intelligent sur le marché des transferts n’est pas de bon augure pour ceux qui lui font concurrence. C’est une chose d’avoir de l’argent. C’en est une autre d’avoir de l’argent et de bien le dépenser. Les grosses recrues attirent toute l’attention mais ce sont les petites recrues comme Zinchenko et Gomez qui sont le signe d’un front office qui fonctionne à plein régime. Lorsque le prix de Cucurella est devenu trop élevé, ils n’ont pas cassé la banque, ils ont trouvé une alternative raisonnable. C’est en achetant des stars que l’on gagne, et non en gaspillant de l’argent sur des joueurs qui ne sont pas des stars, que l’on continue à gagner année après année.

Article précédentVibra Gaming s’associe à Softswiss pour « ouvrir un tout nouveau monde ».
Article suivantRaketech publie ses résultats du deuxième trimestre et enregistre une hausse de 29 % de ses revenus par rapport à l’année précédente.