Accueil Sports Score final Angleterre – Iran : Bukayo Saka permet aux Trois Lions...

Score final Angleterre – Iran : Bukayo Saka permet aux Trois Lions de remporter une victoire écrasante lors du premier match de la Coupe du monde.

567
0

L’Angleterre a posé des jalons impressionnants pour le tournoi à venir lors de la première journée d’action de la Coupe du monde au Qatar, Bukayo Saka étant la vedette de la victoire 6-2 sur l’Iran.

Bien qu’une blessure et une commotion cérébrale présumée du gardien de but iranien Alireza Beiranvand aient ralenti le rythme de la rencontre, il n’a pas fallu longtemps pour que les Trois Lions, installés de manière plus offensive que ce à quoi on aurait pu s’attendre, percent. Jude Bellingham est devenu le deuxième plus jeune joueur anglais à marquer dans le tournoi, derrière Michael Owen, lorsqu’il s’est faufilé dans la surface pour reprendre un centre de Luke Shaw à la 35e minute. Les vannes étaient ouvertes et Saka doublait rapidement l’avance. A la mi-temps, la partie était terminée pour l’Iran, Harry Kane et Raheem Sterling combinant pour le troisième but.

Lors d’une journée où tous les attaquants (et quelques défenseurs) de l’Angleterre ont brillé, Saka était la vedette incontestée et il égalisait avec Enner Valencia en tête de la course au Soulier d’or avec une frappe à ras de terre merveilleusement reprise. Si Gareth Southgate n’avait pas procédé à des changements massifs alors que le match était bel et bien hors de portée pour l’Iran, il aurait pu réaliser un triplé, même si son remplaçant Marcus Rashford s’est montré plus qu’adéquat. Kane est descendu en profondeur comme à son habitude et l’attaquant de Manchester United a attaqué l’espace qu’il avait libéré sur la droite, coupant sur sa gauche et envoyant le ballon dans la lucarne. Le sixième but a été inscrit sur le banc de touche, Callum Wilson s’étant montré très désintéressé pour permettre à Jack Grealish de marquer son premier but sur la plus grande scène.

A égalité avec Saka et Valencia au classement des buteurs, Mehdi Taremi, après une frappe puissante qui portait le score à 4-1, inscrivait un penalty à la 13e minute du temps additionnel, privant ainsi les Trois Lions de la possibilité d’égaler leur record de victoire en Coupe du monde. Cependant, dès la mi-temps, le sélectionneur Carlos Quieroz semblait savoir que le match était perdu. Il a effectué trois changements à la pause, en pensant aux matches à venir contre les États-Unis et le Pays de Galles. Sur cette base, l’Angleterre peut se targuer de prendre la tête du groupe B.

Lire aussi:  Primera Division argentine : Comment regarder River Plate et Boca Juniors, et cinq jeunes joueurs à connaître

Les Wonderkids donnent à Southgate un départ de rêve

C’est exactement ce dont l’Angleterre avait besoin. Malgré tous les succès remportés en tournoi ces quatre dernières années, la récente série de matches sans victoire en compétition signifiait que l’entraîneur menait son équipe avec un sentiment de rancune, voire même des questions quant à la possibilité que ce soit la dernière fois que Southgate soit à la barre. Le mécontentement des supporters a été quelque peu atténué par une composition progressive, mais ce sont les performances des jeunes auxquels on a fait confiance sur la plus grande scène qui ont véritablement changé l’ambiance.

Même avant la percée, Saka justifiait avec force sa sélection devant Phil Foden et d’autres. Totalement intrépide pour un joueur dont le précédent match de tournoi s’était soldé par un échec, il se mêlait dangereusement à Kieran Trippier et cherchait toujours à augmenter le rythme. Son tir raté en début de match a été la première fois que le gardien remplaçant Hossein Hosseini a été mis à l’épreuve et il a offert une bien meilleure occasion à Mason Mount. Son but est intervenu après que Jude Bellingham, presque aussi brillant depuis le début, ait ouvert le score, mais le but de Saka était l’archétype de la frappe anglaise.

Harry Maguire, qui justifiait sa présence dans la défense anglaise par son travail offensif, reprenait un corner bien tiré avant que la volée de Saka ne soit déviée dans les filets. Quelques instants plus tard, le match était terminé, la vieille garde offrant un rappel de la valeur de l’expérience du tournoi. Lorsque le ballon est arrivé à Kane sur le canal droit, il n’avait qu’à frapper le ballon au premier poteau, confiant que son coéquipier Sterling attaquerait cet espace. Et il l’a fait.

Au moment où Saka a marqué le quatrième but de l’Angleterre, les vidéos familières de Boxpark Croydon étaient de retour, les bières de midi s’envolant dans le ciel avec plaisir. Les chants de « Southgate, tu es le bon » ont été entendus quelques mois seulement après la mutinerie à Molineux. On pouvait presque entendre le reste de la planète se méprendre volontairement sur les Three Lions une fois de plus (« arrogance anglaise typique »). Même de loin en Russie – et certainement de près l’été dernier – le soutien de la nation s’est avéré être une force propulsive pour cette équipe. S’ils ont à nouveau conquis leur pays, cette équipe d’Angleterre pourrait être un sacré candidat.

Lire aussi:  L'évaluation honnête d'Everton par Frank Lampard montre à quel point les Toffees sont loin d'être là où ils veulent être.

L’actualité politique s’invite dans les deux camps

Le désir de la FIFA d’organiser une Coupe du monde exempte de politique n’a jamais été satisfait (et franchement, c’est une idée ridicule alors que ce tournoi a été un véhicule pour la projection de soft power depuis sa création), en poussant tout le monde à se taire sur les événements au Qatar, ils ont peut-être simplement augmenté le volume de la conversation.

Avant le match L’Angleterre a été informée qu’elle ne pourrait pas faire la déclaration qu’elle souhaitait en portant des brassards « One Love ».Si Kane avait suivi le plan des nations européennes de porter l’objet, il aurait pu commencer le match avec un avertissement. Pourtant, la FIFA n’a rien pu faire pour empêcher les Three Lions de s’agenouiller, ni pour obliger l’Iran à chanter l’hymne national, dans ce qui semblait être un signe de solidarité, alors que son gouvernement réprime la dissidence dans la république. Ce geste n’a pas été entièrement apprécié par les supporters iraniens, même s’ils ont été nombreux à le soutenir.

Une grande bannière portant la légende « Femme, vie, liberté » sur le drapeau iranien a été hissée en haut du stade, ainsi que des pancartes plus petites comprenant la phrase « Liberté pour l’Iran ». Comme tous les quatre ans, l’un des plus grands événements de la télévision mondiale s’est avéré être un moyen puissant de faire passer un message. Comment la FIFA aurait-elle pu le savoir ?

Article précédentLa FCA s’inquiète des applications de trading ayant des fonctions similaires à celles des jeux d’argent.
Article suivantEntain obtient une licence de jeu et de premier poker en Allemagne