Accueil Jeux Rivalry Corp. publie son rapport du deuxième trimestre et affiche une croissance...

Rivalry Corp. publie son rapport du deuxième trimestre et affiche une croissance record

612
0

Rivalry Corp, un opérateur de paris sportifs de renommée mondiale, a publié son rapport du deuxième trimestre, qui indique que les mises de la société ont atteint 38,4 millions de dollars canadiens (29,7 millions de dollars). Cela représente une augmentation de 98 % par rapport à l’année précédente. Le revenu record de 5,3 millions de dollars canadiens (4,1 millions de dollars), soit une augmentation de 60 % par rapport à l’année précédente, a également constitué une étape importante du trimestre.

La croissance des revenus était entièrement organique

Non seulement les revenus de Rivalry ont augmenté de 60% par rapport à l’année précédente, mais ils représentent également une augmentation séquentielle de 11%. Pour rendre les choses encore plus impressionnantes, la croissance est complètement organique, comme l’indique le rapport. Au premier trimestre de 2022, le revenu de la société était de 4,8 millions de dollars canadiens (3,72 millions de dollars).

Outre le revenu record, Rivalry a également déclaré un bénéfice brut record de 2,1 millions de dollars canadiens (1,63 million de dollars), ce qui représente une augmentation de 206 % en glissement annuel et une augmentation séquentielle de 201 %.

Lire aussi:  Casino Guru révèle les candidats présélectionnés pour les Casino Guru Awards

Steven Salz, cofondateur et PDG de Rivalry, a fait part de ses réflexions sur les performances de l’entreprise au cours du trimestre. Il a déclaré que Rivalry est extrêmement encouragée par les résultats, car elle a enregistré une croissance massive en glissement annuel sur tous les indicateurs. Il a également ajouté que l’élan du troisième trimestre se poursuivra, car Rivalry a déjà réalisé un exploit en juillet.

Salz a noté que le mois de juillet a établi un record pour les paris sportifs en un seul mois, Rivalry ayant enregistré 23,4 millions de dollars canadiens (18,12 millions de dollars). Il a conclu en disant que Rivalry a une variété de sorties de produits, de campagnes de marketing et d’autres initiatives qui démontreront l’importance de l’entreprise.

Rivalry récemment lancé en Australie

Le succès de Rivalry au troisième trimestre ne sera pas seulement marqué par les chiffres de juillet. L’opérateur s’est lancé en Australie au début du mois d’août et a présenté son jeu de boxe de style arcade appelé PM Fighter. Les joueurs s’affrontent en tant que candidats aux prochaines élections fédérales dans le pays.

Le lancement en Australie a été suivi par l’approbation de la licence par la Northern Territory Racing Commission en février. Commentant le lancement, M. Salz a déclaré que Rivalry avait une approche différente de celle des autres opérateurs et que c’était la raison pour laquelle la société était populaire auprès des jeunes milléniaux et de la génération Z.

Lire aussi:  BGaming étend sa portée en Amérique latine avec Solbet

Le marché réglementé de l’Australie a fait l’objet d’un examen approfondi ces derniers temps, car de nombreux opérateurs ont été pris en flagrant délit de non-respect des lois, notamment en ce qui concerne les politiques de lutte contre le blanchiment d’argent. De plus, de nombreux joueurs subissent des préjudices liés au jeu. Des recherches ont montré qu’au cours du seul mois de juillet, les joueurs du Queensland ont perdu des centaines de millions sur les EGM. De plus, l’AUSTRAC, l’agence de renseignement financier de l’Australie, a lancé un avertissement à l’industrie du jeu. Nicole Rose, directrice générale d’AUSTRAC, a déclaré que si les régulateurs ne commencent pas à poursuivre davantage de violations liées au blanchiment d’argent, il y a une chance que le pays soit placé sur la liste grise du Groupe d’action financière (GAFI) en 2025.

Article précédentASM renforce sa relation avec Desert Diamond en changeant la marque du stade
Article suivantHolland Casino témoigne d’une reprise des activités terrestres dans le rapport du premier semestre.