Accueil Finance Plus de bonnes nouvelles pour les marchés boursiers européens : BofA enregistre...

Plus de bonnes nouvelles pour les marchés boursiers européens : BofA enregistre une chute de 8 % cet été

612
0

Le site Actions européennes au début du quatrième trimestre. C’est ce que les stratèges de Bank of America (BofA)qui prévoient une mauvaise performance des marchés boursiers européens pendant l’été. Plus précisément, ils estiment qu’ils subiront des baisses de 8 % et que leur performance sera inférieure de 5 % à celle des autres marchés boursiers du monde au cours des prochains mois.

C’est ce qu’ils indiquent dans leur dernier rapport stratégique sur l’Europe, dans lequel ils expliquent que bien que. Les actions européennes ont surperformé les actions mondiales de 8 % depuis le début du mois de mars.Si les marchés boursiers européens ont surperformé les actions mondiales de 8% depuis le début du mois de mars, grâce entre autres à l’évolution favorable des devises et des taux réels, cette bonne performance aura une fin, c’est pourquoi ils continuent à sous-pondérer les actions européennes par rapport aux actions mondiales.

« Les actions européennes ont surperformé les actions mondiales de 8% depuis le début du mois de mars grâce à : (a) une baisse de 5 % de l’EUR/USD ; et (b) une hausse plus faible des rendements obligataires réels de la zone euro par rapport aux rendements américains, ce qui a permis de réduire la pression sur les multiples due à un taux d’actualisation plus élevé pour l’Europe par rapport aux actions mondiales », soulignent les analystes de la société américaine.

Maintenant, ils disent, ils s’attendent Les moteurs cycliques de l’Europe « seront moins favorables ».Ils détaillent quatre raisons pour soutenir cet argument :

1. La croissance mondiale va encore ralentir.

Lire aussi:  L'Ibex 35 clôture en hausse, réduisant sa perte hebdomadaire à 0,8 %.

Les experts de BofA s’attendent à ce que le PMI mondial « continue de s’essouffler, passant de 54 à la fin de l’année dernière à 51, en raison de la faiblesse de la zone euro (due à la crise des prix de l’énergie), des États-Unis (la croissance négative des salaires réels pesant sur la consommation et le resserrement de la politique de la Fed commençant à se faire sentir) et de la Chine (en raison des fermetures de Covid et de l’effondrement du marché immobilier) ».

En ce sens, ils soulignent que, compte tenu de la pondération sectorielle cyclique en Europea tendance à sous-performer les actions mondiales lorsque les PMI mondiaux tombent sous le niveau moyen historique de 53,5″.

2. Le ralentissement de la zone euro sera particulièrement sévère

« Nos projections macroéconomiques impliquent un recul de 6 points pour le PMI de la zone euro à la fin du troisième trimestre, contre un recul attendu de 3 points pour les États-Unis », indiquent ces stratèges. La raison ? Tout cela est dû, disent-ils, au fait que « l’Europe est plus durement touchée par le choc des prix de l’énergie » qui s’est produit à la suite de l’élargissement de l’UE. L’invasion russe de l’Ukraine.

Selon ses propres termes, « plus la croissance intérieure s’affaiblit par rapport à la croissance mondiale, plus la performance relative des actions européennes en pâtira ».

3. Il y a peu de place pour que l’EUR/USD continue de baisser.

Chez BofA, on observe une « hausse modérée » de l’indice global pondéré par le commerce du dollar, en raison d’écarts de taux favorables et d’une incertitude macroéconomique accrue, mais les experts estiment que « la majeure partie de la force du dollar par rapport à l’euro a déjà été épuisée ».

Lire aussi:  L'Ibex 35 et l'Europe restent stables alors que le PMI de la zone euro augmente à nouveau

4. Les rendements obligataires américains vont baisser dans les mois à venir.

Et ils le feront, notent les stratèges de la banque américaine, « alors que le cycle de relèvement de la Fed devient de plus en plus escompté ». « Cela devrait atténuer la pression sur les multiples des actions mondiales, tandis que nous continuons à voir une marge de progression modérée pour les taux réels de la zone euro, car ils sont restés en retrait par rapport à la récente évolution des États-Unis », notent-ils.

Pour ces raisons, « nous restons négatifs sur les actions européennes. et la pondération des produits cycliques par rapport aux produits défensifs », notent les analystes de BofA. Leurs projections macroéconomiques impliquent « un repli de 8 % des actions européennes, à 410 points sur l’indice de référence ». Stoxx 600ainsi qu’une sous-performance de 5 % des actions européennes par rapport aux actions mondiales d’ici le début du quatrième trimestre », notent-ils.

En outre, ils montrent neutre sur les produits cycliques par rapport aux produits défensifsNous surpondérons les services publics et l’alimentation et les boissons, et sous-pondérons les services financiers diversifiés et l’assurance. « Nous surpondérons les services publics et l’alimentation et les boissons, et sous-pondérons les services financiers diversifiés et l’assurance », concluent-ils.

Article précédentReal Betis vs. Valencia : prédiction, cote, ligne : Un expert du football révèle les pronostics et les paris de la Liga 2022 pour le 10 mai.
Article suivantRésultats de la Serie A : La Fiorentina bat l’AS Roma et bouleverse les scénarios de l’Europa League au passage