Accueil Finance Pertes modérées à Wall Street, l’accent étant mis sur une éventuelle récession...

Pertes modérées à Wall Street, l’accent étant mis sur une éventuelle récession et sur la Fed.

634
0

Wall Street La séance de mercredi est marquée par une légère vente après Clôture mitigée du mardi et le lundi, jour férié de l’Independence Day. L’attention des investisseurs se porte sur Procès-verbal de la Réserve fédérale (Fed).qui sera diffusée à 20h00 CET, et dans les huilequi ne parvient pas à se remettre de les lourdes pertes subies hier.

Les craintes d’une récession mondiale continuent d’augmenter sur les marchés, sous l’effet d’une inflation galopante, de la lutte des banques centrales pour la maîtriser et du risque accru de conflit géopolitique découlant de la guerre de la Russie en Ukraine.

LES ÉTATS-UNIS PEUVENT-ILS ÉVITER LA RÉCESSION ?

Après l’un des pires semestres de l’histoire pour les actions américaines, la possibilité d’une récession de l’économie devient de plus en plus réelle. Ce mardi, Les obligations américaines à 2 ans ont surperformé le rendement des obligations américaines à 10 ans.un indicateur clé qui pourrait signaler une possible récession. Il convient de noter que le Le S&P 500 a clôturé son pire premier semestre depuis 1970.

« Le marché s’est préparé à une récession et adhère maintenant à cette idée. Les investisseurs commencent à se tourner vers l’année prochaine, qui pourrait être une année de reprise », a déclaré Ed Yardeni de Yardeni Research à CNBC. L’analyste a également déclaré qu’il y aura une récession aux États-Unis, mais qu’elle sera « légère ».

Nous rappelons que l’indicateur économique « GDPNow » de la Fed d’Atlanta. a prévu que la croissance du produit intérieur brut (PIB) se contractera de 2,1 % au deuxième trimestre 2022. Ce résultat, associé à la baisse de 1,6 % enregistrée au premier trimestre, répondrait à la définition technique d’une récession (deux trimestres consécutifs de contraction du PIB).

EN ATTENDANT LE FED

Dans ce contexte, les investisseurs se demandent comment la Fed agira lors de la prochaine réunion du Comité fédéral de l’open market (FOMC), le 27 juillet. Les minutes de la Fed, qui seront publiées cet après-midi, pourrait fournir des indices sur la feuille de route de la banque centrale.bien que les experts de Bankinter considèrent que ce document « perd de son intérêt après la détérioration macroéconomique des dernières semaines et les déclarations de ses membres »..

Lire aussi:  Le ratio de solvabilité de Mapfre est tombé à 216,8 % en septembre 2022.

Le dernier à prendre la parole est Loretta Mesterprésident de la Réserve fédérale de Cleveland, qui a prévu qu’à cette réunion il y aura une « discussion importante » sur une nouvelle hausse des taux d’intérêt de 75 points de base. comme ils l’ont fait en juin. « Si les conditions étaient exactement les mêmes que lors de la réunion de juin et que la réunion devait avoir lieu aujourd’hui, Je préconiserais une hausse des taux de 0,75 %. parce que je n’ai pas vu le type de chiffres sur l’inflation dont j’ai besoin pour penser que nous pouvons revenir à une augmentation de 0,5 % », a déclaré Mme Mester.

Pour sa part, le président de la Fed, Jerome Powella réaffirmé la solidité du marché du travail américain et affirmé que la première économie mondiale « peut résister aux mesures de politique monétaire ». Néanmoins, il a reconnu que le processus de contrôle de l’inflation sera « douloureux ».

INQUIÉTUDES CONCERNANT L’APPROVISIONNEMENT EN PÉTROLE

Prix du pétrole ne pas récupérer le mercredi des fortes chutes qu’ils ont connues mardi. Ainsi, le baril de Ouest du Texas chute de 1,5% à 97,97 dollars, et le pétrole brut Brentle prix de référence du pétrole en Europe, a baissé de 2% à 100,7 dollars. Néanmoins, l’approvisionnement en « or noir » suscite encore de nombreuses inquiétudes.

Ce mercredi Le pétrole brut connaît une sorte de « redémarrage ».John Kilduff, partenaire chez Again Capital LLC, affirme qu' »il ne fait aucun doute qu’il y a une couverture à découvert et que les chasseurs de bonnes affaires arrivent ». Bien que, selon CNBC, il reconnaisse également que « la pénurie mondiale est toujours là », même s’il estime que la « vente massive » de mardi « était définitivement exagérée ».

Lire aussi:  Andrés Varela Entrecanales, nouveau directeur propriétaire de Prisa

Pour sa part, Leon Li, analyste chez CMC Markets, prévient que, bien que le pétrole « continue de faire face au problème de la pénurie d’approvisionnement, les facteurs clés qui ont conduit à la forte vente de mardi restent en place ».dans une référence claire au resserrement des politiques des banques centrales.

ÉCONOMIE ET AUTRES MARCHÉS

Mercredi, le chiffre de juin de l ISM secteur des services aux États-Unis, qui s’est établi à 55,3, ce qui est supérieur à la prévision consensuelle de 54,5, mais légèrement inférieur au chiffre de 55,9 enregistré en mai.

« La croissance de l’activité économique se poursuit, bien qu’à un rythme plus lent, pour le secteur des services, qui a progressé pendant tous les 149 derniers mois sauf deux. Le léger ralentissement de la croissance du secteur des services est dû à une baisse des nouvelles commandes et de l’emploi », a déclaré la Commission européenne. Institut de gestion des approvisionnements (ISM).

Oxford Economics a fait remarquer que l’économie américaine a commencé « le deuxième semestre 2022 avec une base plus faible et sera confrontée à d’importants risques de baisse dans les mois à venir.« .

Le site euro se déprécie de 0,7% et s’échange à 1,01 dollar, Les plus bas niveaux depuis 20 ans et proche de la parité avec le billet vert.

Le site once d’or baisse de 1,5 % pour atteindre 1 736 USD, tandis que le rendement de la Obligation américaine à 10 ans tombe à 2,7%.

Enfin, le bitcoin en baisse de 0,4 %, à 20 244 $.

Article précédentHigh 5 Games obtient une licence iGaming en Pennsylvanie
Article suivantSeptième vague covid | Nouveau « boom » des ventes de tests antigéniques : la demande explose de 120%.