Accueil Business Ne vous fiez pas à la reprise des marchés boursiers : « Ils...

Ne vous fiez pas à la reprise des marchés boursiers : « Ils ne sont pas préparés au ralentissement du PIB ».

91
0

Les investisseurs ne doivent pas se fier à la la récente reprise des marchés boursiers européens. C’est le conseil donné par Bank of America (BofA)qui soulignent que les hausses des actions du Vieux Continent (les Stoxx 600 a rebondi de 10 % par rapport à ses plus bas du début du mois de mars) indiquent que le marché n’est « pas encore préparé à la détérioration prochaine de la dynamique de croissance » qui se produira en raison de la guerre en Ukraine.

« L’indice Stoxx 600 a progressé de 10 % au cours du mois dernier.Le Stoxx 600 s’est redressé de 10 % au cours du mois dernier, inversant complètement la forte baisse qui a suivi l’invasion de l’Ukraine par la Russie », notent les analystes, précisant que ce redressement est dû à plusieurs facteurs. « Le sentiment de risque a été favorisé par une chute de 50 % des prix du gaz en Europe, « alors que la menace de sanctions et de perturbations de l’approvisionnement énergétique s’est estompée » ; « l’amélioration continue des estimations de bénéfices par action », le BPA à 12 mois du Stoxx 600 atteignant de nouveaux sommets historiques ; et la forte croissance américaine, le PMI atteignant 59 en mars.

Toutefois, BofA appelle à la prudence et demande aux investisseurs de ne pas être trop confiants. « Alors que la vente massive qui a suivi l’invasion a conduit le Stoxx 600 à tomber nettement en dessous de sa juste valeur, le rebond qui s’est produit depuis a effacé cette sous-évaluation, laissant le marché en phase avec l’indice PMI actuel de la zone euro, qui est de 54 ». « nous nous attendons à ce que la croissance de la zone euro s’affaiblisse considérablement au cours des prochains mois ». en raison du choc des prix de l’énergie, de l’affaiblissement de la dynamique de réouverture, de l’impulsion budgétaire négative et du ralentissement de la croissance de la masse monétaire », soulignent les experts de la banque américaine.

Lire aussi:  Bruxelles accuse Apple d'abus de position dominante avec le service Apple Pay

En fait, ils prévoient que le PMI de la zone euro « tombera à 49 au troisième trimestre ». « Nous pensons que les risques sont orientés à la baisseCompte tenu de l’affaiblissement des perspectives de croissance mondiale, la croissance américaine sera freinée par une croissance très négative des salaires réels (qui pèse sur la consommation), une inversion du cycle des stocks et un affaiblissement du cycle du crédit dû au resserrement agressif des taux par la Fed », note-t-il.

En d’autres termes, le pire n’est pas encore passé. Et certains signes sur le marché l’indiquent. Selon ces analystes, le marché a tenu bon, mais « les produits cycliques ont fortement chuté, ce qui a donné lieu à la plus grande sous-évaluation jamais enregistrée des produits cycliques par rapport aux produits défensifs, par rapport à la juste valeur implicite macroéconomique ». Cela suggère, commentent-ils, que contrairement au marché au niveau de l’indice, « Les performances des secteurs européens tiennent déjà compte d’une perte importante de la dynamique de croissance. ».

Lire aussi:  L'OCU estime que le plafonnement du prix du gaz nécessite "des mesures plus structurelles".

En particulier, les secteurs cycliques sensibles aux taux d’intérêt, tels que la banqueset défensives, comme la pharmaceutiqueLes analystes de BofA soulignent qu' »ils ont cessé de réagir à la hausse des rendements obligataires, s’alignant plutôt sur l’affaiblissement des perspectives macroéconomiques ».

LES MARCHÉS BOURSIERS EUROPÉENS CHUTENT ENCORE DE 10 %.

« Nous restons négatifs sur les actions européennes », soulignent-ils dans leur dernier rapport stratégique. Et cela parce que leurs projections PMI « sont cohérentes avec une nouvelle baisse de 10 % pour les actions européennes« .

BofA reste neutre sur les valeurs cycliques par rapport aux valeurs défensives, car elles sont « déjà évaluées en fonction des nouvelles macroéconomiques négatives qui devraient se matérialiser ». Parmi les valeurs défensives, les experts de la banque continuent de surpondérer les valeurs suivantes services publicsle site alimentation et les boissons et les biens personnels et domestiquestandis que le personnel et les ménages finance diversifiée et le assurance parmi les cycliques.

Sa position est « neutre » avec la banquesmalgré leur récente sous-estimation des rendements obligataires, car « le contexte macroéconomique de plus en plus défavorable laisse entrevoir des risques de baisse ». Et ils ont également changé le BIENS D’ÉQUIPEMENT de sous-pondérer à pondérer le marché, car « la sous-performance de 11 % depuis septembre signifie que nos projections macroéconomiques n’impliquent pas de nouvelles baisses ».

Article précédentLa BME admet à la négociation le programme Euro Commercial Paper de REE
Article suivantQuand une voiture électrique devient-elle rentable : voici les dernières nouvelles de l’application BBVA