Accueil Santé & Bien-être L’OMS met en garde contre de nombreuses flambées de choléra dans le...

L’OMS met en garde contre de nombreuses flambées de choléra dans le monde

666
0

Le site Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré aujourd’hui que les événements suivants se produisent dans le monde entier de nombreuses épidémies de choléra, une maladie qui a directement liée à la pauvreté et que peut tuer quelqu’un en quelques heures si elle n’est pas traitée rapidement.

Au cours des neuf premiers mois de l’année, 26 pays ont signalé épidémies de choléra à l’organisation, une augmentation considérable si l’on considère qu’entre 2017 et 2021, moins de 20 pays ont enregistré des situations similaires sur une année entière.

« Le problème, en outre, n’est pas seulement que nous avons plus d’épidémies de choléra, mais aussi que… ». Ils sont plus gros et plus mortels, a déclaré le chef de l’équipe choléra de l’OMS, Philippe Barboza.

Dès 2021 la mortalité avait presque doublé par rapport à la moyenne des cinq années précédentes, et en Afrique, elle a atteint 3 %, selon les données communiquées.

Lire aussi:  Les meilleurs hôpitaux pour faire le MIR en Catalogne, selon une enquête

L’un des épisodes les plus graves se produit dans les pays suivants Syrie, où 33 personnes sont mortes du choléra et près d’un demi-millier ont récemment souffert de cette maladie infectieuse, ce qui représente un risque sanitaire majeur pour ce pays accablé par plus d’un million d’habitants. décennie de conflit armé.

La gravité de l’épidémie en Syrie représente également un risque considérable pour les pays voisins, compte tenu de l’importance de l’épidémie. les flux continus de personnes déplacées à l’intérieur du pays et de réfugiés en raison de la violence, a expliqué Barboza.

En Asie du Sud-Est, en particulier en Pakistan, Inde, Bangladesh, Népal et Afghanistan, il y a aussi une propagation alarmante du choléra.

Barboza a fait remarquer que le changement climatique était devenu un facteur aggravant pour le choléra, car le événements météorologiques extrêmes (qu’il s’agisse d’inondations, de cyclones ou de sécheresses) réduisent l’accès des populations à l’eau potable, créant ainsi des conditions idéales pour la propagation de cette maladie.

Lire aussi:  Le Vall d'Hebron développe la première sonde transœsophagienne 4D au monde pour les enfants atteints de maladies cardiaques

Dans d’autres régions, l’Iran et l’Irak connaissent également des flambées inquiétantes de choléra, ainsi qu’en Afrique, notamment au Nigeria, au Niger, en Somalie et en Éthiopie.

Il existe un vaccin contre le choléra, mais le stock actuel de vaccins contre le choléra « sont très limitées », et les quelques millions de doses sera utilisé pour essayer de contrôler l’urgence actuelle.

« Nous n’avons pas assez de vaccins pour répondre aux épidémies aiguës, et encore moins pour mettre en place les campagnes de vaccination préventive, ce qui serait un moyen de réduire les risques », a déploré M. Barboza.

Article précédentLe capitaine de l’équipe masculine de football d’Oral Roberts, Eugene Quaynor, meurt dans un accident de voiture.
Article suivantDuro Felguera gagne 1,37 million au premier semestre après des pertes antérieures