Accueil Business Les trois banques préférées de Citi pour 2023… et les trois qu’il...

Les trois banques préférées de Citi pour 2023… et les trois qu’il vous conseille d’éviter

539
0

Le resserrement monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) se terminera en 2023. Ces hausses de taux d’intérêt laissent le vieux continent avec une scénario économique incertaindans lequel la possibilité d’une récession. Toutefois, même si la « crise » tant redoutée finit par arriver, un secteur restera épargné par celle-ci : le secteur de la santé. banques.

« Nous continuons à ‘surpondérationbanques européennes jusqu’en 2023. C’est dire à quel point les analystes de l’agence Citiqui sont convaincus que les hausses de taux vont se poursuivre continuer à stimuler la croissance des bénéfices des banques, « avec un risque à la hausse pour les bénéfices du consensus ».

De même, ils soulignent l' »attrait » présenté par la les perspectives de rendement du capital. « Les valorisations restent peu exigeantes (elles se négocient à 0,9x P/TB (cours/valeur comptable) pour un ratio de rendement global RoTE de 12 %) et nous pensons que les banques surmonteront la récession de 2023 sans détérioration significative de la qualité des actifs, ce qui entraînerait une réévaluation« .

Au vu de ces bonnes perspectives, Citi émet une recommandation quant à ce que sont ses les meilleures et les pires options parmi les banques européennes.

Du côté positif, parmi les entités « préférées ».la liste est dirigée par BBVA. La banque espagnole est l’un des grands paris des experts de la firme cette année. Elle est suivie par la banque italienne Intesa et les Britanniques Lloyds.

Du côté des « moins » bons, Citi pointe du doigt la banque néerlandaise ABNaccompagné de Banco Sabadell et l’entreprise suédoise SEB.

PERSPECTIVES POUR LE SECTEUR BANCAIRE EUROPÉEN

Les experts sont clairs. 2023 sera l’année de la banque européenne, qui demeurera en marge des risques et les difficultés, tant économiques que géopolitiques, auxquelles le continent est confronté.

Lire aussi:  La tendance à la hausse de Repsol est ininterrompue, atteignant des sommets historiques.

Scope Ratings estime que les banques maintiendront leurs tendances contracycliquesc’est-à-dire un ajustement positif du revenu à la hausse des taux d’intérêt. « Dans notre scénario de base, les marges augmenteront considérablementplus que compensant une performance un peu plus faible des revenus de commissions et de frais et une performance un peu plus faible des revenus de commissions et de frais et une performance un peu plus faible des revenus de commissions et de frais et une performance un peu plus faible des revenus de commissions et de frais. des provisions un peu plus élevées« , analyse Marco Troiano, responsable des institutions financières au sein du cabinet.

Dans un environnement marqué par des taux d’intérêt favorables, les revenus bénéficieront de l’expansion des marges bancairesmais « sera de moins en moins motivée par les profits artificiels des carry trades TLTRO », souligne Troiano.

En outre, l’augmentation des coûts de financement de gros pèsera également sur les revenus. « Après de nombreuses années d’un environnement déflationniste ou, au mieux, désinflationniste, les banques vont devoir faire face à un des revendications salariales croissantes qui augmenteront leurs coûts de base.mais il sera également plus facile de gérer les capacités excédentaires », indique Scope Ratings.

Le site crise énergétique qui ravage l’Europe en raison de la guerre en Ukrainele site inflation élevée et le l’augmentation du coût du service de la dette « entraînera la formation de nouveaux NPL, ce qui obligera les banques à constituer des provisions pour insolvabilité », estime M. Troiano. Toutefois, ces  » vents arrière  » ne constitueront pas un inconvénient majeur pour les banques, car elles pourront les  » gérer  » dans un contexte d’économies d’échelle. expansion des bénéfices avant provisions.

Lire aussi:  Mark Zuckerberg envisage de permettre aux utilisateurs de monnayer des NFT sur Instagram

En ce qui concerne le indicateurs de liquidité se détériorera à partir de niveaux très forts. « Nous pensons que les ratios actuels de financement et de liquidité des banques reflètent en partie améliorations structurellescar les banques ont adapté leurs structures de responsabilité à l’environnement réglementaire qui a suivi la crise financière mondiale », indique Scope Ratings.

Le site capitalrestera solide. Face à un scénario plus incertain, la firme allemande estime que « … l’avenir sera plus incertain ».le contrôle réglementaire sur la distribution du capital augmentera. et les projets des banques de distribuer des capitaux excédentaires seront mis en attente, au moins temporairement ».

« Les banques abordent 2023 avec de solides positions de capital et des tampons matériels supérieurs aux exigences.ce qui continue à soutenir leurs profils de crédit », affirme Troiano.

Dans le cas où le scénario macroéconomique être plus négatif que prévu et les risques et la contraction atteignent des niveaux plus profonds qui « annulent » l’effet de la réévaluation des actifs et l’incapacité des banques à contenir l’inflation des coûts, « la rentabilité des banques européennes diminuerait fortement et, dans certains cas, ils enregistreraient des pertes. Cependant, « l’érosion du capital serait limitée même dans des scénarios de stress sévères », conclut l’analyste.

Article précédentPertes à Wall Street après un rapport sur l’emploi ADP meilleur que prévu
Article suivantTrouver un bon Crypto Casino : Des étapes simples