Accueil Business Les transporteurs indépendants appellent à une nouvelle grève illimitée à partir de...

Les transporteurs indépendants appellent à une nouvelle grève illimitée à partir de dimanche

587
0

Avec 86% des voix, le Plate-forme nationale pour la défense du secteur des transports a convenu d’appeler à une nouvelle grève illimitée qui débutera dimanche à minuit. Les transporteurs estiment que les chargeurs enfreignent la loi sur les coûts, le décret sur les transports qui a été convenu avec le secteur et qui garantissait qu’il ne serait pas possible de travailler à perte.

« L’administration doit réagir rapidement et faire face à ce qui s’annonce », a déclaré Manuel Hernández, président de la plateforme, avertissant que « le gouvernement a toute cette semaine pour éviter une cessation d’activité comme celle du mois de mars ». Il convient de rappeler que cette organisation avait déjà organisé une grève en mars dernier, qui avait duré 20 jours.

Au nom du gouvernement, le ministre des Transports, de la Mobilité et de l’Urbanisme, Raquel SánchezLe secteur des transports, elle a assuré que « tous les accords conclus avec le secteur des transports ont été respectés ». Dans le cas où il y aurait des situations dans lesquelles ils ne sont pas respectés, elle a souligné que « …le secteur des transports n’a pas respecté tous les accords conclus ».il est absolument essentiel qu’il soit dénoncé afin que l’Inspection puisse effectuer son travail et imposer des sanctions allant jusqu’à 4 000 euros.

En outre, en ce qui concerne le chômage, il estime qu’il s’agit d’un fait qui « ne va profiter à personne ».Il a déclaré : « Dans les temps que nous vivons, nous ne pouvons pas nous le permettre ». Dans le même temps, il a appelé à la « responsabilité » de ceux qui appellent à la grève, car « le secteur a connu et continue de connaître des moments difficiles, mais le gouvernement a rempli tous ses engagements ». Pendant ce temps, le président de l’exécutif, Pedro SánchezLe gouvernement espagnol a proposé un dialogue pour « redresser » les « petits déséquilibres » qui pourraient exister.

Lire aussi:  Tsunami dans l'Indra, qui balaie le soutien et s'approche des niveaux clés

LE CHÔMAGE QUI « PORTERA PRÉJUDICE AU SECTEUR ».

La Confédération espagnole du transport de marchandises (CETM) a appelé les transporteurs à exiger le respect de la réglementation et demande que éviter un arrêt de travail ce qui nuira au secteur et à la population espagnole dans son ensemble.

« Ceux qui décident d’arrêter, ou ceux qui n’ont pas d’autre choix que de le faire pour ne pas dépasser les limites de chiffre d’affaires du système de modules (125 000 euros/an), sont dans leur droit, mais ils ne doivent pas oublier qu’ils doivent respecter la décision d’autrui et ne pas leur imposer d’arrêter leurs camions sous la menace, la coercition et le piquetage. qui ne sont plus informatifs », soulignent-ils dans un communiqué.

Rappelez-vous que depuis la Plate-forme nationale de défense du secteur du transport « ils ont célébré comme un triomphe l’approbation de la loi de la chaîne de transport et, maintenant, ils veulent nous conduire à une autre grèveavec tout ce que cela signifie pour le secteur, même s’ils savent que leur principale demande est juridiquement irréalisable. Il est honteux que essaie de tromper les transporteurs et leur faire croire que la seule solution est de paralyser leurs camions, en mettant sur la table des messages populistes et des arguments fallacieux, puisque les tarifs minimaux ne peuvent être fixés, comme la Commission nationale de la concurrence l’a rappelé à de nombreuses reprises ».

La CETM reconnaît que « il y a encore beaucoup à faire ». « Sans aller plus loin, la loi sur la chaîne de transport ne comprend pas des aspects qui, comme nous l’avons averti lors de la grève précédente, les associations qui font partie de la CNTC, sont fondamentaux, comme la limitation de la sous-traitance ». Mais « nous organisons des réunions pour mettre en œuvre ces questions ». « Le La voie du dialogue avec le gouvernement porte ses fruits.même si les négociations sont coûteuses et prennent du temps, mais nous devons nous rappeler qu’il y a des aspects qui doivent être étudiés et nous ne pouvons pas nous attendre à ce que, du jour au lendemain et sous la menace d’une grève, le résultat soit le bon », disent-ils.

Lire aussi:  Técnicas Reunidas : le retour aux niveaux annuels les plus bas est un fait

LA CNT REJETTE LES ARRÊTS DE TRAVAIL ET LA VIOLENCE SUR LES ROUTES

Le Département Fret du Comité National des Transports Routiers (CNTC) a également exprimé son inquiétude quant à l’impact de la crise financière sur le secteur des transports. opposition à l’arrêt de la production et a opté pour le négociation avec le gouvernement comme « la seule voie valable pour réaliser des avancées structurelles pour notre activité, qui lui permettront de surmonter avec succès la situation économique actuelle ».

Le CNTC a souligné que est conscient qu’il y a encore beaucoup à faire et que c’est la raison pour laquelle ils tiennent des réunions régulières avec le ministère des transports pour aborder des questions importantes telles que la limitation de la sous-traitance, mais qu' »une grève illimitée n’est pas la solution à ces problèmes ».

Il a également indiqué que ils sont convaincus que les entreprises et les indépendants pourront exercer leur droit au travail en toute liberté « et que, à cette occasion, ils ne seront pas contraints de cesser leur activité en raison d’épisodes tels que ceux vécus en mars, qui ont causé d’importants dégâts humains et matériels ».

Article précédentWazdan présente ses dernières nouveautés au SiGMA Europe
Article suivantLE JEU PRAGMATIQUE FRAPPE LE FOND DU FILET AVEC SPIN & SCORE MEGAWAYS™