Accueil Santé & Bien-être Les masques ne seront obligatoires dans les hôpitaux, les pharmacies et les...

Les masques ne seront obligatoires dans les hôpitaux, les pharmacies et les maisons de retraite qu’à partir du 8 février.

476
0

Le site Les masques ne seront plus obligatoires la semaine prochaine, à partir du 7 février, également dans l’Union européenne.les établissements de santé tels que les magasins d’optique et d’orthopédie.ainsi que sur les transports publicsmais il faudra quand même les mettre les établissements de soins de santé et de services sociaux et les pharmacies. Dans des pays tels que Allemagne, l’utilisation de masques faciaux dans les transports publics n’est plus obligatoire aujourd’hui, de l’obligation au volontariat et à la responsabilité individuelle de chaque citoyen.

C’est ce que le ministre de la santé a transmis aux ministres, Carolina Darias, lors de la réunion du Conseil interterritorial du système national de santé, qui se tient ce jeudi et au cours de laquelle elle explique les détails du décret royal qu’elle présentera au Conseil des ministres mardi prochain. En outre, Darias a rendu compte des résultats de l’enquête sur l’utilisation de l’eau. les contrôles effectués par les services de santé étrangers sur les voyageurs arrivant sur des vols directs en provenance de la République populaire de Chine. Un total de 1 765 voyageurs et trois personnes ont été détectées positives pour le covid-19.

Mardi, au conseil des ministres

Cependant, il sera nécessaire de continuer à porter des masques dans les centres de santé, les hôpitaux, les maisons de repos et autres établissements de soins de santé et sociaux.si les travailleurs ou les visiteursainsi que dans les pharmacies.

Lire aussi:  Le Govern améliore les salaires des infirmiers résidents en formation

La modification du règlement qui sera approuvée par le gouvernement mardi prochain entrera en vigueur lorsqu’elle sera publiée au BOE, ce qui devrait être à la fin de l’année. le jour suivant.

Adieu à trois ans de pandémie

Adieu à la le port obligatoire d’un masque facial dans les transports publics, c’est en quelque sorte mettre fin à une pandémie qui a maintenant trois ans. Cette mesure est un la compétence de l’État, de sorte que les régions autonomes ne peuvent ni imposer ni retirer son caractère obligatoire.

L' »exconseller » de la santé de Catalogne Josep Maria Argimon J’avais déjà remis en question à plusieurs reprises le caractère obligatoire de cette règle que, surtout dans le métro et le bus de villes comme Barcelone, peu de gens respectent. « Nous avons un décret qui vous oblige à faire quelque chose qui n’est pas fait », le « conseller » est allé jusqu’à dire. La Catalogne a toujours été favorable à ce qu’elle soit une recommandation et non une obligation.

Dans le cadre de la covid-19 comité consultatif scientifique de Catalogne le sentiment général est que « cela n’a aucun sens » de maintenir cette norme si la même chose n’est pas faite sur d’autres points. où il y a des agglomérations, comme l’a rapporté ce journal à l’époque. La vérité est qu’il n’y a pas de position unique sur la question : alors que certains pensent que c’est c’est mieux que rien, d’autres estiment que l’effet du masque sur les transports publics est actuellement minimal. D’autres voix s’expriment en faveur de son retrait quand le temps froid arrive.

Lire aussi:  Voici les conditions requises pour se porter volontaire pour l'essai du vaccin Hipra

Critique des épidémiologistes

Cependant, des experts tels que Joan Caylà, membre de la Société espagnole d’épidémiologie (SEE), a mis en garde la semaine dernière dans ce journal contre cette décision. « Il y a beaucoup d’intérêt à le retirer au moins… de manière obligatoire. Il faudrait que, par le biais d’un une bonne stratégie de communication, les gens comprennent que il y a encore beaucoup de transmission. Que ce soit obligatoire ou non, les gens devraient avoir… la responsabilité de l’amener à certains endroits, dit Caylà, qui préconise de l’utiliser à l’intérieur.

De l’avis de Caylà, partagé par un plus grand nombre de spécialistes, « ce n’est pas le meilleur moment car nous sommes dans la saison de la grippe ». En outre, l’épidémiologiste regrette également que la société « normalise » le nombre de décès de covidés. (une maladie plus mortelle que la grippe), qui reste très élevé. Et il rappelle que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) continue de préconiser que la masques sont utiles pour se protéger contre ce virus et d’autres virus respiratoires.

Article précédentFluidra envisage sérieusement un retour au-dessus de la moyenne à 200 séances
Article suivantPourquoi la puberté précoce est-elle nuisible ? Les clés pour comprendre et agir sur ce phénomène croissant