Accueil Finance Les experts mettent les actions en attente : un flot de recommandations...

Les experts mettent les actions en attente : un flot de recommandations négatives

595
0

Credit Suisse a été le dernier à dire « non » aux actions. La banque a publié un rapport mardi dans lequel elle rétrograde son avis sur les marchés boursiers mondiaux à « sous-pondération ». Ces analystes reconnaissent que le temps est venu d’être prudentsurtout après ce qui s’est passé à Jackson Holeet prévenir de la période compliquée marquée par un ralentissement de la croissance, une inflation plus élevée qu’avant la pandémie, des hausses de taux des banques centrales et un comportement plus modéré des marchés financiers.

Dans l’ensemble, le mot qui domine actuellement les marchés est le suivant. la prudence, y Le discours musclé de Jerome Powell vendredi dernier a réaffirmé cette position.

Bankinter est également très prudent et opte également pour attendre avant d’augmenter son exposition aux actions.. Nous rappelons que la banque a changé de stratégie et est devenue défensive sur les marchés boursiers le 31 janvier ; le 24 février, elle a de nouveau réduit son exposition aux actions et le 7 mars, elle a fait de même.

décider s’il convient d’augmenter à nouveau son exposition aux actions. analysera les macro-données une par une C’est ce qu’a expliqué le directeur de l’analyse de la banque, Ramón Forcada, en s’attardant sur un cas en particulier : L’inflation américaine sera publiée le 13 septembre.. « S’il devait à nouveau reculer, comme il l’a fait en juillet (…).+8,5 pour cent contre +9,1 pour cent) et comme cela s’est produit avec le déflateur de la consommation privée (PCE) vendredi dernier (+6,3 % contre +6,8), il est possible que, si d’autres données et circonstances coopèrent favorablement, nous décidions d’augmenter encore notre exposition », indique la banque.

Lire aussi:  Banques centrales, introductions en bourse, pétrole... tels sont les thèmes qui dominent actuellement le marché.

DEUTSCHE BANK, BLACKROCK, BANK OF AMERICA…

La Deutsche Bank a abaissé sa recommandation sur les actions européennes à « neutre ».. Pantheon Economics y Rabobank craindre l’impact de la situation difficile sur les bénéfices et donc sur les cours des entreprises. J.Safra Sarasin SAM estime que la tendance à la baisse des indices va se poursuivre. Bank of America reste négative, notamment sur les actions européennes.… et ainsi de suite.

En juillet dernier, BlackRock à « sous-pondérer » contre « neutre ». et a indiqué une raison principale pour cela : Le risque que la Fed  » dépasse les limites  » dans son empressement à contenir l’inflation par des hausses de taux agressives..

Et, pour l’instant, que l’ardeur persiste. M. Powell a clairement indiqué vendredi que la banque centrale américaine allait poursuivre sa politique de durcissement monétaire, ce qui a entraîné les dernières baisses des marchés boursiers. Cela signifie que l’un des principaux risques cités par les analystes pour rester très prudents sur les marchés boursiers – la poursuite de la guerre de la Fed contre l’inflation – est susceptible de se poursuivre. a été clairement confirmé. En raison de cette situation, le deuxième risque majeur, qu’une récession se produiragagne du terrain, ce qui a un impact sur le sentiment des investisseurs.

Lire aussi:  Pertes à Wall Street dans un marché tendu dans l'attente de la réunion de la Fed

MOR MORGAN STANLEY ET LA CRISE DE L’ÉNERGIE

Morgan Stanley a annoncé la semaine dernière une détérioration des prévisions économiques pour la zone euro. face aux préoccupations concernant une autre question qui maintient également les marchés sous pression : la crise énergétiquequi touche particulièrement l’Europe.

La banque américaine s’attend maintenant à ce que « une récession légèrement plus profonde à partir du quatrième trimestre. » de cette année et une reprise plus lente de l’activité au second semestre 2023..

Le modèle d’évaluation de Morgan Stanley suggère que les chances d’une croissance économique négative dans la zone euro au quatrième trimestre sont . le plus élevé depuis la première vague de Covid. et se situent à des niveaux proches de ceux observés pendant la crise de la dette souveraine en 2011-2012. « Par toutes les métriques, la progression du pessimisme est en hausse« , prévient-il.

Crise énergétique, inflation, resserrement monétaire, récession ? Tout cela explique la prudence des experts à l’égard des marchés boursiers. A court terme (3 à 6 mois, notamment au Credit Suisse), la plupart d’entre eux estiment qu’il est préférable de ne pas s’en mêler. À long terme, ils restent attachés aux actions, mais en choisissant toujours très soigneusement et avec soin dans quoi investir.

Article précédentLe tournage de la série Twisted Metal s’achève et le réalisateur partage quelques anecdotes du tournage.
Article suivantIPI sauve étonnamment sa licence de casino de Saipan une fois de plus