Accueil Finance Les entreprises du secteur de l’énergie célèbrent l’assouplissement de la taxe par...

Les entreprises du secteur de l’énergie célèbrent l’assouplissement de la taxe par le gouvernement par des hausses en bourse.

540
0

Le site énergique ce vendredi les positions les plus élevées de l’Ibex 35 après que le gouvernement ait adouci la taxe qu’elle entend leur imposer afin de taxer les bénéfices extraordinaires. En particulier, cette nouvelle taxe laissera de côté du montant net sur lequel est calculé le 1,2% à verser aux activités. activités réglementéesle site entreprise internationale et le revenus des réseaux de transmission et de distribution d’électricité et de gaz naturel.

Endesa y Naturgy ont figuré parmi les meilleures performances de l’indice sélectif espagnol vendredi, avec des hausses respectives de 2,67 % et 1,17 %, bien que d’autres valeurs du secteur figurent également parmi les meilleures positions, telles que Iberdrola o Enagas. Les entreprises du secteur de l’énergie célèbrent donc, avec des augmentations, le fait que la commission des affaires économiques du Congrès des députés espagnol ait approuvé que la nouvelle taxe sera appliquée uniquement à l’activité que ces entreprises développent en Espagne..

En acceptant certains des amendements des autres groupes parlementaires, la taxe sera modifiée et réduite. Dans la nouvelle proposition, les revenus des filiales à l’étranger, les revenus des activités réglementées (réseaux de transmission et de distribution pour le gaz et l’électricité) et les revenus du tarif réglementé (PVPC pour l’électricité et TUR pour le gaz) seront exclus de l’application de la taxe.

Lire aussi:  Des pertes à Wall Street, le S&P 500 restant bloqué à 4 000 points.

De même, les revenus des énergies renouvelables avec une rémunération réglementée (selon la formule Recore) sont exonérés. Les revenus des compagnies pétrolières provenant de la taxe sur les hydrocarbures sont également exclus de l’assiette fiscale. Et bien que cela ne soit en aucun cas définitif, puisque cette nouvelle proposition du gouvernement sera soumise au vote du Congrès la semaine prochaine (jeudi 24 novembre).La vérité est qu’elle a apporté un certain soulagement aux entreprises du secteur.

De l’avis de Bankinter, avec la modification qui a été mise sur la table du nouveau chiffre fiscal 4 000 millions d’euros en deux ans (2 000 millions/an) à la moitié de ce montant.. Les experts de la banque estiment que le gouvernement va maintenant collecter environ 2 milliards d’euros (1 milliard/an)..

« Avec les nouvelles modifications le secteur de l’électricité profite davantage que les entreprises pétrolières et gazières. Dans le secteur de l’électricité, le plus grand bénéficiaire serait Endesa », soulignent-ils dans leur commentaire de marché de vendredi. Ces analystes rappellent que le marché « avait déjà anticipé qu’il serait difficile d’inclure les revenus provenant de l’étranger, mais l’allégement provient de l’exclusion des activités réglementées et de la partie des revenus provenant du tarif réglementé.« .

Et pourquoi C’est Endesa qui en profitera le plus? Selon Bankinter, « d’un impact initial d’environ 800 millions d’euros pour Endesa, la taxe pourrait être réduite d’un peu moins de la moitié ». « Cette réduction représente 2,2% de la capitalisation boursière d’Endesa (19,25 milliards d’euros) », tandis que dans le cas d’Iberdrola « la réduction pourrait être similaire, mais l’impact sur la capitalisation boursière (66,78 milliards d’euros) serait plus faible (0,6%) ».

Lire aussi:  Le gouvernement japonais choisit Kazuo Ueda pour remplacer Kuroda à la Banque du Japon.

Les experts de Sabadell ont également analysé la décision du gouvernement. Ils disent que c’est un « bonne nouvelle non pas tant en raison de l’impact quantitatif (il ramène l’impact à moins de 1 % de la capitalisation) mais en raison de la décision d’adoucir enfin la taxe sur le secteur et s’alignant sur les directives fixées par Bruxelles et exigées par les compagnies d’électricité.qui avait menacé d’aller au tribunal et mettre en péril les investissements en Espagne ».

Pour ces analystes, avec les nouvelles exceptions, « les impacts seraient réduits de moitié pour Iberdrola et Endesa, et dans une moindre mesure pour Naturgy ». Selon leurs calculs, le montant serait d’environ 200 millions d’euros pour Iberdrola et Endesa après avoir exclu les activités réglementées en dehors de la péninsule ibérique et les PVPC et TUR, contre 400 millions d’euros précédemment envisagés par ces entreprises.. L’impact pour Naturgy, précisent-ils, serait d’environ 170 millions d’euros, tandis que pour Acciona Energía, il serait de 50 millions d’euros.

Article précédentNous continuons à surveiller de près la possibilité que l’Ibex 35 franchisse les 8 235 points.
Article suivantEvolution s’étend dans le New Jersey en lançant un deuxième studio en direct