Accueil Santé & Bien-être Le Vall d’Hebron poursuit l’essai d’un médicament contre le cancer du pancréas...

Le Vall d’Hebron poursuit l’essai d’un médicament contre le cancer du pancréas après de bons résultats

596
0

Le site Institut d’oncologie du Vall d’Hebron (IAVH) réalise un essai clinique de phase II essai clinique international de phase II d’un nouveau de la drogue, MSC-1, qui a déjà donné de bons résultats dans une première étape avec des 41 patients dans les cancers avancés, y compris le pancréas.

La mission de ce nouveau médicament est de bloquent la protéine LIF, qui est modifié en différents types de cancer, la promotion de la la prolifération des cellules souches tumorales et en désactivant la réponse du système immunitaire contre la tumeur.

Au cours de cette première phase de l’essai, qui est maintenant terminée, 41 patients de l’équipe de la Hôpital de Vall d’Hebron, de Memorial Sloan Kettering Cancer Center New York (USA) et le Hôpital Princess Margaret, Toronto (Canada).

Lire aussi:  Alerte due à un mélange de bronchiolite, de covidie et de grippe dans les salles d'urgence de Catalogne

Le site résultats de l’essai clinique de phase I, publiés dans le journal de la Société européenne d’oncologie médicale (ESMO), indiquent que l’anticorps MSC-1 développé par VHIO est sûr et bien toléré chez les patients atteints de tumeurs solides avancées.

Bien que l’objectif de la phase I de l’essai clinique soit spécifiquement de tester la sécurité, chez les premiers patients participants, les chercheurs ont observé que chez 9 des patients (23,7 %), la tumeur a cessé de croître.

Dans le cas d’un patient atteint d’un cancer du pancréas avancé et précédemment traité avec quatre médicaments différents, on a observé une Réduction de 40 % de la tumeur dans l’une des lésions.

Lire aussi:  Monkeypox | L'Espagne détecte déjà plus de négatifs que de positifs

« Les résultats de cet essai soutiennent notre hypothèse selon laquelle LIF pourrait être un objectif thérapeutique pour traiter les patients atteints de tumeurs solides avancées », explique Joan Seoane, chercheuse à VHIO.

« En fait, nous avons déjà lancé un essai clinique de phase II de MSC-1 en association avec un agent immunothérapeutique, anti-PD-L1, chez des patients atteints d’un cancer du pancréas avancé, dont les résultats devraient permettre de déterminer l’utilité de l’utilisation de l’anti-PD-L1. l’efficacité anti-tumorale du médicament », a souligné Seoane.

Cet essai de phase II est mené par l’entreprise Medimmune/AstraZeneca.

Article précédentJackpocket s’associe à la campagne de sensibilisation aux risques
Article suivantUnderdog obtient une licence de paris sportifs dans l’Ohio