Accueil Business Le Trésor crée un « impôt de solidarité » pour les riches et réduit...

Le Trésor crée un « impôt de solidarité » pour les riches et réduit l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les faibles revenus.

585
0

Le ministre des Finances et de l’Administration publique, María Jesús Monteroa annoncé ce jeudi la création d’un « impôt de solidarité ». pour les grandes fortunes, avec lesquelles le gouvernement veut « demander un effort plus important qui se traduise par une solidarité dans l’intérêt général » dans une période aussi compliquée qu’aujourd’hui. Selon lui, elle sera temporaire, rapportera 1,5 milliard d’euros et sera payée par les contribuables dont la fortune est supérieure à 3 millions d’euros. Il a également annoncé une réduction de l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les faibles revenus.

« L’objectif est d’avancer dans un une plus grande justice et cohésion sociales. La justice fiscale est une condition nécessaire pour une économie moderne », a déclaré M. Montero, qui a expliqué que les deux partis qui composent le gouvernement se sont mis d’accord sur ce point « adaptation du système fiscal » qui dépasse 3.100 millions pour combattre la situation qui a conduit à la Guerre en Ukraine. « Ce ne sont pas des politiques capricieuses, elles contribuent à la juste répartition des charges que l’Europe fait sienne », a insisté le ministre des Finances.

Elle a aussi dit que ce sont des mesures qui ont été réfléchies « .pour la défense du modèle d’égalité des chances dans les fondamentauxLe « modèle que ce gouvernement défend », pour continuer à financer les pensions et les bourses, pour promouvoir la science et la recherche, pour garantir les ressources de la santé publique et universelle, et pour aider ceux qui ont le plus de mal à cause de l’augmentation du chômage, et pour « aider ceux qui ont le plus de mal à cause de l’augmentation du nombre de personnes vivant dans la pauvreté », et pour « aider ceux qui ont le plus de mal à cause de l’augmentation du chômage ». inflation.

Ainsi, l’article susmentionné « impôt de solidarité » pour les grandes fortunes.. « Il sera articulé comme un imposition temporaire pour les exercices 2023 et 2024 .pour les contribuables ayant un un patrimoine net de plus de 3 millions« Montero a remarqué à l’audience. Pour les avoirs compris entre 3 et 5 millions d’euros, il sera de 1,7%, tandis que pour ceux compris entre 5 et 10 millions d’euros, il sera de 2,1%. Les avoirs de plus de 10 millions d’euros seront taxés à 3,5 %.

« Cela évitera la double imposition, car le montant payé pour l’impôt sur le patrimoine dans les communautés autonomes sera déductible de cet impôt de solidarité », a déclaré le ministre des Finances, qui a précisé que ce nouveau chiffre a une incidence sur l’impôt sur le revenu. « un potentiel de collecte de 1,5 milliard ». et ceux qui sont affectés par elle seront environ 23 000 contribuables (0,1% du total).

Lire aussi:  Tubos Reunidos confirme le début d'un rebond, jusqu'où peut-il s'étendre ?

Cette nouvelle taxe passera par le parlement. Le reste des changements fiscaux annoncés par la ministre, puisqu’il s’agit de modifications d’impôts existants, sera inclus dans le budget général de l’État (PGE) que l’exécutif négocie actuellement et que, selon Mme Montero, elle espère présenter  » prochainement « .

ÉVOLUTION DE L’IRPF

Ainsi, les changements que le gouvernement a préparés dans le domaine des Impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPF). se répartissent entre les mesures visant à inciter les plus nantis à contribuer davantage et celles destinées à soulager les revenus les plus faibles.

En ce qui concerne le premier, Montero a annoncé que l’impôt sur les revenus du capital compris entre 200 000 et 300 000 euros sera augmenté d’un point, passant de 26% à 27%.. Il a également déclaré que pour les revenus du capital supérieurs à 300 000 euros, le taux sera augmenté de deux points, passant de 26% à 28%.. L’objectif de cette mesure, a défendu le ministre, est de « réduire l’écart fiscal entre les revenus du travail et les revenus du capital », et pour cette raison « un effort plus important est proposé pour ceux qui gagnent le plus ». La modification affectera quelque 17 814 contribuables.Selon les estimations du Trésor public, il rapportera 204 millions d’euros de recettes au Trésor public en 2024.

Et pour ce qui est des « mesures bénéfiques aux travailleurs », Montero a annoncé une augmentation de la réduction pour les revenus du travail « pour les revenus faibles et moyens ».. Elle s’applique désormais aux revenus jusqu’à 18 000 euros et sera modifiée de manière à ce que atteindre les contribuables dont le salaire annuel brut est de 21 000 euros.. Le gouvernement espère ainsi étendre cet avantage fiscal à « 50 % des travailleurs », puisque le salaire moyen en Espagne est de 21 000 euros, et cela représentera « un pas important dans le développement de l’économie espagnole ». des économies de 1 881 millions d’euros dans deux ans ».

L’idée, selon M. Montero, est de « bénéficier exclusivement à ceux qui ont aujourd’hui le plus besoin de l’aide publique », qui « économiseront 746 euros par an avec cette mesure » en moyenne, a-t-il déclaré. Il a également expliqué que le taux d’imposition minimal passera de 14 000 à 15 000 euros..

Lire aussi:  Endesa remporte un contrat de fourniture d'électricité 100% renouvelable pour la Fira de Barcelone

Cette baisse des impôts sur les bas revenus a été défendue par Montero comme un moyen de « protéger » les plus vulnérables. « Il n’est pas lié aux déflactaciones de Madrid ou de la Galice ».a-t-il insisté. Dans ces communautés, a-t-il dit, ce qui a été fait est « une réduction généralisée des impôts ». « Ce n’est pas le cas », a-t-il fait remarquer.

 » Il ne s’agit pas de dégonfler l’IRPF, quand il est fait, il bénéficie aussi aux revenus supérieurs à 60 000 euros. L’IPPF est comme un escalier, si vous réduisez la première marche, tout est réduit. C’est pourquoi nous disons toujours qu’il s’agit d’une mesure de réduction fiscale généralisée qui est contre-indiquée, comme le disent toutes les organisations internationales. Nous étendons une déduction qui existait déjà. » a déclaré Montero lorsqu’il a été interrogé à ce sujet.

AVANTAGES POUR LES INDÉPENDANTS

D’autre part, M. Montero a détaillé les modifications de l’IRPF pour les indépendants. Elle a annoncé une « Réduction supplémentaire de 5% du rendement net des modules pour les indépendants ».et a expliqué que la réduction pour les dépenses déductibles difficiles à justifier sera portée de 5% à 7%. en matière d’imposition directe simplifiée pour les indépendants.

La réduction des modules bénéficiera à 577 688 travailleurs indépendants, tandis que 956 452 travailleurs indépendants verront leur situation s’améliorer avec le changement de régime d’estimation directe simplifiée. Ces deux mesures auront un impact combiné de 184 millions d’eurosMontero a confirmé.

Et il a également annoncé des changements dans le Impôt sur les sociétésLe gouvernement a déjà pris un certain nombre de mesures, comme la fixation d’un taux minimum de 15 %. Désormais, afin de compenser ceux qui ont moins, le gouvernement propose une Une réduction du taux d’imposition nominal de 25 % à 23 % pour les petites entreprises.c’est-à-dire ceux dont le chiffre d’affaires est inférieur à un million d’euros. 407 384 entreprises bénéficieront de la mesure et la mesure leur apportera un des économies de 292 millions d’euros.

 » Il s’agit de mesures d’allègement pour la majorité du tissu productif, et nous demandons un… « . une plus grande contribution aux grandes entreprises » La compensation des pertes dans les groupes consolidés sera limitée à ces entreprises. M. Montero a avancé que seuls 50 % seront appliqués en 2023.

Article précédentLe gouvernement augmente les impôts sur les revenus du capital supérieurs à 200 000 euros
Article suivantLeoVegas élit un conseil d’administration composé de trois personnes alors que l’achèvement de MGM est proche