Accueil Jeux Le Mohawk Council of Kahnawà:ke portera la lutte contre les jeux électroniques...

Le Mohawk Council of Kahnawà:ke portera la lutte contre les jeux électroniques en Ontario devant la Cour supérieure.

554
0

Le site Conseil des Mohawks de Kahnawà:ke a lancé une contestation constitutionnelle de l’écosystème igaming de l’Ontario devant la Cour supérieure de justice, dans une démarche qui représenterait un « dernier recours ».

MCK avait précédemment promis de répondre aux préoccupations collectives après s’être uni à la Six Nations de la rivière Grand plus tôt dans l’année, en notant que « les tentatives plus récentes d’engager le dialogue avec les représentants du gouvernement sont ignorées ».

En déposant une contestation judiciaire, MCK estime que le marché libre en Ontario viole l’article 207 du Code criminel. Il affirme que les changements apportés sont « illégaux et inconstitutionnels ».

Le groupe, qui opérait auparavant dans la région par le biais de Mohawk Online mais ne se soumet pas au nouveau cadre, a ajouté que le nouveau régime entraînera une perte de revenus « significative ».

« Les faits sont clairs : les actions de l’Ontario entraînent une perte significative de revenus importants pour notre communauté « , déclare M. Ratsenhaienhs (chef de conseil élu). Mike Delisle Jr.

« Jusqu’à ce que ces mesures soient prises, nous opérions légalement, en toute sécurité et avec succès dans tout le Canada. Être exclus de l’Ontario – de loin la plus grande province du Canada – aura des effets dévastateurs sur une source de revenus qui a complété les programmes et les services de notre communauté au cours des deux dernières décennies. »

Lire aussi:  SOFTSWISS donne du pouvoir au Jackpot Matsuri de Spin Samurai

Un communiqué de presse a également suggéré que MCK est « exclu du marché ontarien en raison de son refus de participer ».

La croyance selon laquelle  » iGaming Ontario ne dirige pas ou ne gère pas les jeux qui ont lieu sur les sites des opérateurs privés  » est également partagée, et l’on pense que  » iGaming permet plutôt aux opérateurs de diriger et de gérer eux-mêmes, sous réserve du paiement d’une partie de leurs revenus à l’Ontario « .

« Le procureur général ainsi que le ministre de la Justice ont été incapables de fournir le type de solutions viables que le premier ministre a essayé de nous offrir », a ajouté M. Delisle lors d’une conférence de presse.

Lire aussi:  La plateforme d'agrégation de RAW iGaming signe ses premiers clients

« Et encore une fois, tout ce que nous recherchons, c’est ce que nous appelons une exemption, une dérogation. Appelez ça comme vous voulez, mais une vraie discussion et un traitement équitable de ce que nous avons très, très bien réussi à construire ici dans la communauté. »

En outre, la Commission des alcools et des jeux de l’Ontario a également fait le commentaire suivant en réponse à SBC Americas.

 » La Commission des alcools et des jeux de l’Ontario est chargée de réglementer les secteurs de la vente au détail d’alcool, de jeux, de courses de chevaux et de cannabis conformément aux principes d’honnêteté et d’intégrité, et dans l’intérêt du public « , a-t-on noté.

« Quant à l’AGCO, nous sommes fiers d’avoir une longue histoire de travail respectueux et collaboratif avec les Premières Nations dans les secteurs que nous réglementons. Nous continuerons d’aborder notre travail avec les communautés des Premières Nations dans un esprit de respect, de transparence et de collaboration, dans l’intérêt des Ontariens. »

Article précédentBlockFi poursuit Sam Bankman-Fried, le rendant responsable de la faillite de la société.
Article suivantLe groupe Superbet dévoile une nouvelle stratégie de marketing et d’engagement des joueurs en partenariat avec Genius Sports.