Accueil Santé & Bien-être Le ministère de la Santé confirme un deuxième décès dû à la...

Le ministère de la Santé confirme un deuxième décès dû à la variole du singe en Espagne

51
0

Le ministère de la Santé a confirmé le deuxième décès dû à la variole du singe en Espagne : un homme de 31 ans originaire de Córdoba. Le cas, rapporté dans le bulletin épidémiologique de ce samedi, est le premier cas de deuxième décès enregistré liés à cette maladie virale dans le pays, et la troisième en dehors de l’Afrique depuis que l’épidémie de cette infection a été déclarée au Royaume-Uni en mai dernier. Ces cas, selon les autorités sanitaires espagnoles, ont déjà été signalés à l’Organisation mondiale de la santé et à la Commission européenne.

En Espagne, selon les dernières données recueillies par le Réseau national de surveillance épidémiologique (RENAVE), à la date du 29 juillet, un total de 4 298 cas confirmés de la variole du singe. Les cas signalés proviennent de 17 Communautés autonomes, avec Madrid et la Catalogne comme les régions autonomes les plus touchéesavec respectivement 1 656 et 1 406 cas détectés.

Parmi les cas confirmés à ce jour, on compte au total 4 081 sont des hommes y 64 sont des femmes. Selon les premières analyses de ces épidémies, les la majorité des personnes concernées sont des hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes. Dans 82% des cas, le virus a été transmis par contact étroit dans le cadre de rapports sexuels.

Lire aussi:  El Clínic de Barcelona applique une nouvelle technique pour inverser l'infertilité masculine

Selon les données disponibles à ce jour, parmi les personnes touchées par cette maladie en Espagne seulement 7% des cas (135 patients) ont présenté complications graves tout au long de leur évolution clinique, avec des symptômes tels que des infections bactériennes secondaires et des aphtes. Jusqu’à présent, sur les 3 750 patients dont les informations sont disponibles, au moins 120 cas ont été hospitalisés (3,2 %) et deux sont décédés. Le premier décès dû à la maladie, dont le cas a été rendu public vendredi par le ministère de la santé de la région de Valence, est mort d’une encéphalite causée par l’infection.

Crise sanitaire

Il y a tout juste une semaine, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que l’épidémie du virus de la variole du singe était une urgence de santé publique internationale en raison de la propagation rapide des infections détectées ces dernières semaines.

Lire aussi:  La Catalogne rapporte 2 403 infections au covid-19 et aucun décès

Europe s’impose, pour l’instant, comme l’une des plus importantes les régions présentant le plus grand risque de propagation de cette maladie dans le monde. D’après les dernières données disponibles, il y a au moins 10 059 cas confirmés de « monkeypox » chez des patients européens.. La majorité d’entre eux sont de jeunes hommes ayant déjà eu des rapports sexuels dans un contexte à risque.

L’Espagne a déjà entamé une campagne de vaccination contre le monkeypox, destinée en particulier aux « personnes à haut risque » de gravité ou d’exposition. Les vaccins vont cibler « fondamentalement » les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes et font partie des programmes de prophylaxie pré-exposition (PrEP) et des programmes de prévention destinés aux personnes déjà séropositives. La vaccination sera également administrée aux personnes qui ont ont été exposés au virus et peuvent présenter des complications comme les mineurs, les femmes enceintes et les personnes sous traitement immunosuppresseur, ainsi que les professionnels de la santé qui ont pris en charge un cas sans protection adéquate.

Article précédentLes joueurs de Diablo Immortal perdent des millions d’XP à cause d’un bug du Battle Pass
Article suivantAurora est la nouvelle ligne de périphériques de jeu de Logitech et tout est question de couleur.