Accueil Business Le gouvernement va prolonger le bouclier anti-OPA pour les entreprises stratégiques jusqu’à...

Le gouvernement va prolonger le bouclier anti-OPA pour les entreprises stratégiques jusqu’à la fin de 2024.

582
0

Le site Gouvernement a décidé de prolonger le armure qu’elle maintient depuis 2020 dans entreprises stratégiques. Il prolongera notamment l’arrêté royal d’application de la loi sur la protection de l’environnement. mesures spéciales anti-OPA (ce qui lui donne le pouvoir d’opposer son veto à tout achat de plus de 10% du capital) jusqu’à Décembre 2024. Cette mesure protège les grandes entreprises, en particulier les entreprises du secteur de l’énergie, telles que Naturgy.

La nouvelle a été avancée ce lundi par « Cinco Días » et « El País », puis confirmée par des sources du ministère de l’industrie, du commerce et du tourisme citées par Europa Press. En tout cas, l’exécutif de Pedro Sánchez ne devrait pas tarder à officialiser cette prolongation, puisque le dernier qui a été approuvé expire ce mois de décembre..

Cette mesure a été initialement adoptée en Mars 2020 d’empêcher certains fonds de profiter de la chute des marchés boursiers due à la pandémie d’entreprises essentielles à l’intérêt national pour prendre des participations importantes dans celles-ci.

Lire aussi:  L'UPN expulse les deux députés qui ont voté contre la réforme du travail

Elle empêche les investisseurs étrangers de prendre le contrôle d’entités espagnoles dans des secteurs stratégiques (énergie, transports, eau, santé, communications, médias, traitement ou stockage de données, aérospatiale, défense, infrastructures électorales ou financières), et interdit les nouvelles participations de 10 % ou plus du capital des sociétés cotées.avec une limite de 500 millions d’euros pour les sociétés non cotées, sans l’autorisation expresse du gouvernement.

En outre, il semble que l’exécutif pense à accroître le contrôle des achats d’actifs. Selon les informations susmentionnées, la nouvelle concerne notamment NaturgyLa possibilité de divers mouvements d’actionnaires a été évoquée, bien qu’en novembre de cette année, rappellent les experts de Banco Sabadell, ses principaux actionnaires (Criteria, 26,7% du capital, CVC 20%, IFM 13,38% et GIP 20%) aient signé un accord de stabilité face à un éventuel mouvement d’actionnaires. l’opposition du gouvernement à d’éventuels changements.

Lire aussi:  Labotarorios Rovi ne se remet pas sur ses pieds.

Quoi qu’il en soit, la décision de Sanchez et ses se heurtera une fois de plus aux approches de la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV).qui a exprimé son avis sur cette mesure. Son président, Rodrigo Buenaventura, a déclaré lors de la dernière journée des investisseurs espagnols qu' »il est nécessaire de maintenir les normes les plus élevées en matière d’intégrité, de gouvernance d’entreprise et d’ouverture aux investissements étrangers sur notre marché des capitaux ». Le CNMV craint que cette règle pourrait décourager l’intérêt pour le marché national.

Article précédentLe leader mondial de l’intelligence réglementaire VIXIO est racheté par Perwyn
Article suivantMindway AI renforce son conseil d’administration avec la nomination de Britt Boeskov