Accueil Business Le Conseil des ministres approuve les 800 millions de PERTE pour l’économie...

Le Conseil des ministres approuve les 800 millions de PERTE pour l’économie sociale et de soins

698
0

Le Conseil des ministres a approuvé ce mardi le Projet stratégique de relance et de transformation économique (PERTE). (PERTE) pour l’économie sociale et des soins.un plan dans lequel un total de 808 millions d’euros entre cette année et 2026.

Cette initiative, proposée par le ministère du travail et de l’économie sociale, est soutenue par Les contributions du fonds « Next Generation » et la participation de 13 ministères au total. dans le but de « promouvoir des politiques à effet de levier qui permettent l’expansion de l’économie sociale, ainsi que la transformation de l’économie des soins », domaines dans lesquels « des emplois stables et de qualité peuvent être générésainsi que le développement équitable, inclusif et durable, la lutte contre l’exode rural et la promotion de l’égalité des sexes ».

« Nous plaçons la valeur de l’économie sociale au centre de ce pays, nous incorporons, main dans la main avec l’économie sociale, la grande révolution des soins dans un PAER unique dans l’Union européenne », a déclaré le ministre de l’Emploi, Yolanda Diazlors de la conférence de presse qui a suivi le Conseil des ministres. Le fait est que, dans l’ensemble, L’économie sociale représente 10 % du PIB du pays.selon la Moncloa.

Lire aussi:  Prise de bénéfices à Wall Street dans le contexte de la vague de protestation en Chine

Díaz a souligné que l’objectif est de « moderniser les droits sociaux et en particulier la prise en chargequi s’orientera vers des formules différentes, tenant davantage compte des souhaits des personnes ». De même, comme l’explique Moncloa, il existe un troisième objectif « de nature stratégique » consistant à « configuration d’un « hub » d’avant-garde au service de l’économie sociale ».qui sert de référence pour l’échange de connaissances avec les entités qui composent le vaste écosystème de l’économie sociale ».

Ainsi, afin de renforcer les services avancés dans le domaine des soins, l’objectif est le suivant. professionnaliser le secteur des soins de santé et de la dépendance.en mettant en œuvre, par exemple, solutions technologiques favoriser les soins à domicile (télédiagnostic, dispositifs de surveillance, etc.) ; promouvoir et favoriser l’égalité des sexes (faciliter l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, professionnaliser un métier traditionnellement féminin, etc 😉 soutenir la lutte contre le défi démographique améliorer l’offre dans les zones rurales en promouvant l’entrepreneuriat vert ; promouvoir l’éducation et la formation numériques; et de créer un outil permettant de faciliter le contact entre les consommateurs et les producteurs de produits agroalimentaires. sur les marchés locaux, entre autres.

Le ministre du travail a souligné que plus de 60% des travailleurs de l’économie sociale dans le monde sont des femmes. « et pas mal d’entre eux travaillent dans les zones rurales, offrant des opportunités de vie dans les zones dépeuplées ». Ce PERTE, a souligné Díaz, « consacre cette vision féministe de notre modèle productif. et, une fois de plus, elle met en lumière de nombreux aspects qui, jusqu’à présent, étaient rendus invisibles, comme les soins et toute leur chaîne de valeur ».

Lire aussi:  Naturgy obtient le feu vert environnemental pour plus de 1 300 MW d'énergies renouvelables

De même, afin de promouvoir ce modèle économique plus démocratique, trois lignes d’action ont été conçues, axées sur la transformation des entreprises en modèles d’économie sociale, l’amélioration de la compétitivité des PME et la promotion du développement de mécanismes avancés d’intercoopération entre elles.

Ce PERTE est unique, solidaire, féministe et durable », a déclaré la ministre, qui a précisé que le projet sera complété par trois initiatives législatives : une nouvelle loi sur l’économie sociale, une loi sur les coopératives et une troisième loi sur les entreprises d’insertion », selon Mme Moncloa.

En outre, ils soulignent, l’économie sociale sera l’une des priorités du gouvernement pendant la présidence tournante de l’Union européenne.qui aura lieu au deuxième trimestre de 2023.

Article précédentLes entreprises à surveiller sur le plan technique mardi à Wall Street
Article suivantSlotegrator met en avant sa relation étroite avec le casino en ligne Rajbet