Accueil Jeux Le Conseil autochtone canadien intente une action en justice contre iGaming Ontario

Le Conseil autochtone canadien intente une action en justice contre iGaming Ontario

617
0

L’organisme représentatif des autochtones canadiens, le Mohawk Council of Kahnawà:ke (MCK), a intenté un procès contre iGaming Ontario et le procureur général de l’Ontario devant la Cour supérieure de l’Ontario.

Le MCK conteste la légalité des changements apportés à la réglementation des jeux d’argent dans l’État de l’Ontario.

En avril, iGaming Ontario a lancé son marché des jeux d’argent en ligne avec l’arrivée de nouveaux acteurs en ligne dans l’État canadien le plus peuplé. iGaming Ontario est une filiale de la Commission des alcools et des jeux de l’Ontario (CAJO), qui a été créée pour réglementer le nouveau marché des jeux d’argent en ligne en Ontario.

Selon les règlements introduits par le programme iGaming, les opérateurs de jeux tiers ont été autorisés à offrir leurs produits de jeux en ligne aux résidents de l’État de l’Ontario. Les opérateurs sont soumis à l’enregistrement et à l’approbation de l’AGCO et peuvent proposer toutes sortes de jeux en ligne, y compris, mais sans s’y limiter, les jeux de casino, les jeux de table, le poker et les paris sportifs.

Lire aussi:  Bally's s'installe sur le Strip et conclut l'accord avec Tropicana

Contrairement aux opérateurs de casinos terrestres, qui doivent payer des impôts à hauteur de 55% de leurs revenus, les sociétés de jeux en ligne sont obligées de réserver seulement 20% de leurs bénéfices pour la caisse de l’Etat.

Ce que le MCK conteste devant les tribunaux, c’est l’interprétation du Code criminel sur laquelle repose la réglementation des jeux en ligne en Ontario. Selon la plainte du MCK, la gestion du marché des jeux en ligne récemment lancé en Ontario est inconstitutionnelle.

Pourquoi le MCK poursuit-il iGaming Ontario et le Procureur général de l’Ontario ?

Le MCK est bien sûr préoccupé par le fait que le projet iGaming affecte ses propres activités de jeu.

Le chef du conseil, Michael Delisle, Jr, a expliqué le raisonnement derrière la décision d’intenter un procès : « Nous pensons que la base juridique du système de jeu électronique de l’Ontario doit être contestée devant les tribunaux et qu’elle est utilisée pour causer un préjudice irréparable à l’industrie du jeu légitime et bien établie de Kahnawà:ke. Les faits sont clairs : l’Ontario a mis en place un système d’iGaming, qui repose sur une base juridique très ténue, et qui entraîne une perte de revenus significative pour notre communauté.« 

Lire aussi:  Un homme d'affaires auto-exclu demande des dommages-intérêts au casino, le plaidoyer est rejeté

MCK a plus de 25 ans d’expérience dans la réglementation des jeux d’argent terrestres et en ligne par le biais de la Commission des jeux de Kahnawà:ke (KGC). La KGC délivre des licences aux opérateurs de jeux en ligne, garantissant ainsi des activités de jeu responsables et sûres. Par le biais de la filiale de MCK, Mohawk Internet Technologies (MIT), les opérateurs de jeux d’argent se voient également proposer des services d’hébergement, seuls les opérateurs agréés étant autorisés à utiliser le système.

Le nouveau système iGaming ne permet pas aux sociétés de jeu autorisées par le KGC d’opérer sur le marché ontarien sans être enregistrées auprès de l’AGCO.

Selon le MCK, le Conseil a tenté à plusieurs reprises de discuter du système d’iGaming, avant et après son lancement, mais n’a pas obtenu de progrès significatifs dans ses discussions avec les représentants de l’Ontario.

Article précédentGains de pétrole : l’OPEP+ pourrait ajuster sa production
Article suivantComment acheter Polkadot (Ethereum Killer) ?