Accueil Jeux L’ancien PDG d’EEG intente une action en justice pour rupture de contrat...

L’ancien PDG d’EEG intente une action en justice pour rupture de contrat de travail.

508
0

Anciennement Esports Entertainment Group PDG Grant Johnson réclame une compensation de plus d’un million de dollars et 200 000 actions de la société après une action en justice alléguant une rupture du contrat de travail.

Johnson, qui a été évincé au début du mois de décembre, affirme que le groupe a mis fin à son emploi « pour des raisons inventées en dépit d’une exigence de « motif valable » étroitement définie » et qu’il n’a pas payé les salaires, les primes et les indemnités de licenciement convenus par contrat.

Le groupe a confirmé le départ de Johnson vers la fin de l’année dernière dans le cadre d’une série de changements importants, qui ont vu Jan Jones Blackhurst confirmée en tant que remplaçante du président du conseil d’administration. Le 30 décembre 2022, Alex Igelman a été confirmé comme nouveau PDG.

Dans les documents déposés auprès du tribunal du district sud de New York, il est allégué que le défendeur a mis fin à l’emploi immédiatement et « n’a pas donné de préavis de 60 jours comme le prévoit le contrat de travail ».

EEG avait mis fin à l’emploi « pour cause », citant la fraude, la faute intentionnelle et/ou la négligence grave, cependant, Johnson fait valoir que, si elles étaient vraies, les allégations ne constitueraient pas cela.

Lire aussi:  Atlas présente ses outils automatisés et sa nouvelle génération de paris sportifs "sans risque" au SiGMA Europe.

Dans le cas d’un licenciement pour motif valable, la société aurait indiqué son intention de payer sa base et ses avantages, y compris les indemnités de vacances, jusqu’à la date de cessation d’emploi, sans autre rémunération ou prime pour le reste du contrat qui devait se terminer en 2025.

En plus d’indiquer que « même si elles étaient vraies, ces allégations ne constitueraient pas une fraude, une faute intentionnelle et/ou une négligence grave », il est souligné que « les allégations sont fausses ».

En outre, le dépôt a également noté que, bien que EEG a prétendu la fraude dans les minutes de la société, le conseil d’administration a examiné ces mêmes allégations le 18 avril 2022, et « a convenu à l’unanimité qu’aucune enquête sur les actions présumées de Grant de l’avocat Ayrton était nécessaire ».

Le dépôt a continué à indiquer que, si elles étaient vraies, les allégations ne constitueraient pas un motif parce que cela nécessiterait « un préjudice démontrable et grave pour la société ».

Lire aussi:  L'opérateur international de paris sportifs Pinnacle rejoint l'organisme d'intégrité IBIA

Il est allégué qu’en raison de la conduite du défendeur, le demandeur a subi des dommages, y compris la perte du reste de la période d’emploi actuelle, la compensation en vertu de deux sections du contrat de travail et la compensation déjà acquise mais non payée.

Les dommages réclamés comprennent une rémunération de base de 300 000 $ plus une augmentation annuelle de trois pour cent pour les deux années restantes du mandat initial de Johnson, une prime en espèces de 450 000 $ liée aux performances de l’entreprise jusqu’en 2021 et 1,15 million de dollars correspondant à 200 000 actions.

Outre les changements de direction divulgués en décembre, EEG a également fait état de  » progrès significatifs  » dans la réduction des coûts et l’examen d’options stratégiques concernant les actifs de jeux en ligne qui ne contribueraient  » ni aux bénéfices ni aux flux de trésorerie « .

Ces options comprennent la vente de l’activité de casino en ligne de la société en Espagne, la fermeture des opérations d’igaming d’Argyll Entertainment au Royaume-Uni et en Irlande et un processus d’évaluation d’options stratégiques plus larges.

Article précédentJohn Cook rejoint SBC Media en tant que directeur commercial
Article suivantL’utilisation du yuan numérique augmentera de 15,3 % d’ici 2022, selon la banque centrale chinoise.