Accueil Finance L’Allemagne ferme la place de marché russe Hydra et confisque les serveurs...

L’Allemagne ferme la place de marché russe Hydra et confisque les serveurs et les bitcoins.

641
0

L’Allemagne a frappé un grand coup contre Hydra, l’une des principales places de marché du darknet. Dans le cadre d’une opération soutenue par les États-Unis, la police allemande a pu établir un contrôle sur les serveurs de la plateforme russe dans le pays et mettre hors service son site web. Elle a également confisqué tous les bitcoins détenus par la plateforme.

Hydra Market, l’une des plus grandes places de marché sur le darknet, a été fermée par les autorités allemandes, qui ont saisi son infrastructure de serveurs. Selon une annonce de l’Office fédéral allemand de la police criminelle (BKA), les agents chargés de l’application de la loi a également confisqué des bitcoins d’une valeur d’environ 23 millions d’euros. (25 millions de dollars).

Lire aussi:  RBC mise sur Acciona Energy et relève sa valorisation à 43 euros par action

Le BKA a mené la perquisition en collaboration avec l’Office central de lutte contre la cybercriminalité (ZIT) du parquet de Francfort, qui dirige l’enquête contre les opérateurs et administrateurs non identifiés d’Hydra. Ils sont recherchés pour pour avoir géré des plateformes en ligne illégales facilitant le trafic de drogue et le blanchiment d’argent.

La police allemande a noté qu’Hydra était active depuis au moins 2015. avant les saisies, qui ont fait suite à des enquêtes approfondies menées par le BKA et le ZIT. Celles-ci ont commencé en août de l’année dernière et ont été menées avec la participation de plusieurs agences américaines.

La place de marché du darknet, à laquelle on pouvait accéder par le réseau Tor, ciblait les russophones. Il y avait environ 17 millions de clients et plus de 19 000 vendeurs enregistrés.a détaillé la déclaration. Outre les substances interdites, ils proposaient également des données volées, des documents falsifiés et des services numériques.

Lire aussi:  Le Trésor américain exige une licence spéciale pour retirer les fonds Tornado Cash

Le département du Trésor américain, qui a également participé à l’opération, a déclaré que « la menace mondiale de la cybercriminalité, les ransomwares provenant de Russie et la capacité des dirigeants criminels à y opérer en toute impunité, préoccupent profondément les États-Unis ». La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a souligné que ces actions « envoient un message aux criminels : ils ne peuvent pas se cacher sur le dark web ou ses forums, et ils ne peuvent pas se cacher en Russie ou ailleurs dans le monde ».

Article précédentLe double fond de Solaria poursuit sa course : vers des sommets historiques ?
Article suivantJefferies porte Repsol à l’achat et l’objectif de prix à 15 euros, contre 12 euros auparavant.