Accueil Jeux La tribu de Shoalwater Bay conteste le procès intenté par Maverick Gaming...

La tribu de Shoalwater Bay conteste le procès intenté par Maverick Gaming à Washington

12
0

La tribu indienne de Shoalwater Bay a fait appel auprès de la cour fédérale de Washington concernant la demande de l’opérateur Maverick Gaming d’autoriser les paris sportifs en dehors des sites tribaux. Les représentants de la tribu ont déclaré que l’action en justice de Maverick attaquait directement les tribus et ont demandé au tribunal de la rejeter.

Maverick cherche à s’aligner sur les sites tribaux

Le catalyseur de ce conflit a été une contestation juridique de la capacité exclusive des tribus à proposer certains types de jeux d’argent comme les paris sportifs. Eric Persson, PDG de Maverick Gaming, a fait valoir que l’Indian Gaming Regulatory Act (IGRA) était mal interprété pour étouffer la concurrence. L’objectif de Maverick est de permettre aux salons de cartes de proposer les mêmes types de jeux d’argent légaux que les établissements tribaux.

Maverick Gaming exploite actuellement 19 des 44 salles de jeux autorisées dans l’État de Washington et a engagé une équipe juridique expérimentée pour défendre ses intérêts. Un projet de loi de 2021 visant à étendre les paris aux hippodromes, aux salles de jeux et aux jeux en ligne n’a pas réussi à s’imposer et n’a pas été adopté, ce qui a incité Maverick à intenter une action en justice.

Lire aussi:  Mernov renforce ses capacités en matière de jeu responsable via Neccton

Une action en justice réussie porterait un coup dur aux tribus

Fait curieux, le PDG de Maverick, M. Persson, est également membre de la tribu de Shoalwater Bay, ce qui a incité Charlene Nelson, présidente de la tribu, à qualifier ses efforts d' »égocentriques ». Elle a déclaré qu’en cas de succès, son entreprise nuirait considérablement non seulement aux communautés tribales défavorisées, mais aussi au grand public.

« Au moment où les tribus construisent leur indépendance économique et retrouvent leur autonomie, des forces puissantes sont à l’œuvre et cherchent à… enlever ce pour quoi nous nous sommes battus si durement… pour le rétablir.. »

Charlene Nelson, présidente de Shoalwater

Shoalwater a accusé Persson de vouloir priver les tribus d’une source vitale d’emplois et de revenus pour son profit personnel. Nelson a également souligné que le cabinet d’avocats employé par Maverick est le même que celui actuellement impliqué dans l’affaire en cours devant la Cour suprême des États-Unis, qui menace l’Indian Child Welfare Act. Selon elle, le procès sur les jeux d’argent fait partie d’une attaque nationale contre la souveraineté tribale.

Lire aussi:  Votre Steam Deck fait-il beaucoup de bruit ? La prochaine mise à jour pourrait le corriger

Shoalwater argumente pourquoi l’affaire doit être rejetée.

Une partie cruciale de la requête de la tribu Shoalwater repose sur l’argument selon lequel l’action en justice de Maverick est dirigée contre les agences et les fonctionnaires de l’État de Washington et du gouvernement fédéral. Selon eux, les tribus sont la véritable cible de l’action en justice, et Maverick tente de contourner leur immunité souveraine en les empêchant d’être légalement poursuivis. Shoalwater a fait valoir que c’était une raison suffisante pour que l’affaire soit rejetée.

La Washington Indian Gaming Association s’oppose également fermement à l’action en justice de Maverick, affirmant qu’elle se moque de l’IGRA et menace une source de revenus vitale soutenant des services communautaires essentiels. L’association affirme que l’objectif de la loi de réglementation n’a jamais été d’agir comme un outil contre les communautés qu’elle était censée protéger.

Article précédentCentury atteint des records au deuxième trimestre grâce à la reprise en Pologne et au Canada
Article suivantLa Catalogne confirme 1 558 cas de monkeypox, soit 152 de plus que la semaine dernière