Accueil Santé & Bien-être La peste noire pourrait être la raison pour laquelle nous souffrons d’autres...

La peste noire pourrait être la raison pour laquelle nous souffrons d’autres maladies aujourd’hui.

626
0

Le site La peste noire -l’événement le plus dévastateur de l’histoire – n’a pas seulement anéanti la moitié de la population européenne en moins de cinq ans, il a aussi elle a aussi modifié notre génome et notre système immunitaire.. Mais elle l’a fait d’une manière qui, aujourd’hui, pourrait signifier que les descendants des survivants de l’épidémie médiévale pourraient présenter un risque accru de maladies auto-immunes.

Selon une étude publiée dans la revue Nature, les mêmes gènes qui protégeaient autrefois certaines personnes contre la peste noire sont aujourd’hui associés à une susceptibilité accrue aux maladies auto-immunes. Il existe une longue liste de maladies auto-immunesIl s’agit notamment de psoriasis, maladie de Crohn, polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques et maladie cœliaque.

Recherche

Les auteurs de l’étude, menée par l’Université de Chicago (États-Unis), l’Université McMaster (Canada) et l’Institut Pasteur (France), ont étudié les impact génétique de la peste bubonique qui, il y a 700 ans, a anéanti 30 à 60 % de la population d’Afrique du Nord, d’Europe et d’Asie.

Il y a longtemps que l’on spécule que le pandémie de la peste noire, causée par la bactérie Yersinia pestisaurait pu exercer une pression sélective sur les humains, mais il était difficile de le démontrer en étudiant les populations modernes, car les humains ont subi de nombreuses pressions sélectives depuis lors.

Pour cette étude, l’équipe a séquencé d’anciens Echantillons d’ADN à partir des ossements de plus de 200 personnes de Londres et du Danemark, décédées avant, pendant et après la peste noire à la fin des années 1340. De 300 gènes liés à l’immunité, ils en ont sélectionné quatre qui, selon la variante, protégeaient ou augmentaient la susceptibilité à Y. pestis.

Lire aussi:  L'UE recommande la mise en quarantaine des animaux domestiques exposés à la variole du singe

L’équipe s’est concentrée sur un gène avec une association particulièrement forte avec la susceptibilité : ERAP2ce qui contribue à la reconnaissance par le système immunitaire de la présence d’une infection. Les personnes qui possédaient deux copies d’un variante génétique variante génétique spécifique, appelée rs2549794ont été capables de produire des copies complètes du transcrit ERAP2, et ont produit une plus grande quantité de la protéine fonctionnelle.

« Lorsqu’un macrophage rencontre une bactérie, il la découpe en morceaux qu’il présente aux autres cellules immunitaires, signalant ainsi l’existence d’une infection. Donc avoir la version fonctionnelle du gène, probablement renforce la capacité de notre système immunitaire à détecter l’agent pathogène envahissant.« , explique-t-il Luis Barreirode l’Université de Chicago et co-auteur de l’étude.

« Selon nos estimations, le fait de posséder deux copies de la variante rs2549794 aurait fait en sorte qu’une personne présente une 40% de chances supplémentaires de survivre pour survivre à la peste que ceux qui possèdent deux copies de la variante non fonctionnelle », note-t-il.

Lire aussi:  Pourquoi la puberté précoce est-elle nuisible ? Les clés pour comprendre et agir sur ce phénomène croissant

Plus tard, en laboratoire, l’équipe a montré que la variante rs2549794 affectait la capacité des cellules humaines vivantes à aider à combattre la peste, et que les macrophages exprimant la variante rs2549794 étaient plus sensibles à la peste. deux exemplaires de la variante étaient plus efficaces neutralisant Yersinia pestis que ceux qui ne le sont pas.

« Ces résultats confirment les preuves de l’ADN ancien selon lesquelles rs2549794 est protecteur contre la peste », selon Javier Pizarro-Cerdade l’Institut Pasteur.

Plus susceptible de développer des maladies auto-immunes.

Mais, avec le temps, notre système immunitaire a évolué pour répondre aux agents pathogènes, et ce qui était un gène protecteur contre la peste est maintenant associé à un… une susceptibilité accrue aux maladies auto-immunes.. C’est le jeu d’équilibre que l’évolution joue avec notre génome, notent les auteurs.

Cette étude est une première approximation de la façon dont les pandémies peuvent modifier nos génomes et passent inaperçus dans les populations modernes.

Des recherches à venir permettront d’élargir le projet pour examiner l’ensemble du génome, et pas seulement un ensemble de gènes liés à l’immunité.

« Comprendre la dynamique qui a façonné le système immunitaire humain est essentiel pour comprendre comment nous… pandémies du passécomme la peste, contribuent à notre susceptibilité aux maladies aujourd’hui », conclut-il Hendrik Poinarde l’Université McMaster et co-auteur principal de l’étude.

Article précédentLa peste noire pourrait être la raison pour laquelle nous souffrons d’autres maladies aujourd’hui.
Article suivantCristiano Ronaldo, Manchester United et la suite des événements après la suspension de la superstar.