Accueil Business La CEOE rompt le dialogue avec les travaillistes jusqu’à ce qu’ils rectifient...

La CEOE rompt le dialogue avec les travaillistes jusqu’à ce qu’ils rectifient l’amendement ERE.

551
0

La Confédération espagnole des organisations d’entreprises (CEOE) et la Confédération espagnole des petites et moyennes entreprises (Cepyme) ont annoncé qu’ils rompaient les pourparlers avec le ministère du travail jusqu’à ce que celui-ci rectifie un amendement à la loi sur l’emploi qui lui rend le contrôle des dossiers de régulation de l’emploi (ERE). Ils considèrent que cet amendement « est une trahison de l’accord conclu dans le cadre de la réforme du travail »..

Ceci est exprimé dans un communiqué dans lequel les deux organisations ajoutent que « l’action du ministère à travers l’amendement EH Bildu représente une violation de la négociation de bonne foi, essentielle dans tout processus de négociation, qui oblige les parties à respecter et à défendre les accords conclus. invalide le ministère du travail en tant qu’interlocuteur fiable.« .

Lire aussi:  Almirall et deux autres actions qui sont sorties de leur support jeudi

Et ils notent également que cette modification, qui qui vise, selon eux, à intervenir dans les décisions d’entrepriseest contraire à la Constitution et au droit à la liberté d’entreprise et contrevient à la législation européenne, qui ne permet pas un règlement qui prive l’employeur du pouvoir de décision, comme l’ont établi de nombreux arrêts, dont celui de la CJUE du 21 décembre 2016 « .

Pour cette raison, CEOE et Cepyme, dans l’attente d’une rectification, ont décidé de rejeter le dialogue avec le Ministère du Travail. « parce qu’ils considèrent qu’elle est trompeuse et contraire à la bonne foi »..

Lors de la réunion du conseil d’administration du CEOE du 21 décembre, ces questions seront discutées en interne.

Lire aussi:  Jusqu'où le S&P 500 pourrait-il rebondir ?

La réponse du ministre du Travail, Yolanda Díazne s’est pas fait attendre. « Quel est le problème que l’Inspection examine les causes des licenciements collectifs si tout est bien fait ? », a-t-elle demandé dans des déclarations à la presse.

Il estime que la réaction des employeurs est due à « d’autres raisons et pas exactement à ce qui a été approuvé dans la loi sur l’emploi », puisque, comme il l’a souligné, ce qui a été approuvé a été fait il y a plus d’un an. En outre, il a assuré que « il n’est pas vrai » que cette question a été traitée dans la réforme du travail.. « Jamais », a-t-elle fait remarquer. La ministre s’est dite « sûre » que les partenaires sociaux « continueront à dialoguer et à travailler pour leur pays ».

Article précédentL’Ibex 35 clôture en hausse, surpasse le reste de l’Europe et attend la Fed
Article suivantPremière journée de la finale mondiale du Red Bull Campus Clutch – Les huit premières équipes à jouer Le Top 16 du Red Bull Campus Clutch est révélé