Accueil Finance La bourse italienne souffre après l’absence de soutien de Draghi : « La...

La bourse italienne souffre après l’absence de soutien de Draghi : « La situation est de plus en plus incertaine ».

559
0

Le marché boursier italien subit une lourde sanction Ce jeudi, qui a réduit ses pertes à 0,71% (bien qu’il ait chuté de plus de 2%) après la démission du premier ministre, Mario Draghi, sans soutien pour rester à la tête du gouvernement. Cette nouvelle tempête politique intervient à l’un des pires moments de l’année, alors que l’on s’attend à ce que la Banque centrale européenne (BCE) donnera des indices sur son outil anti-fragmentation ce jeudi, même si ce qui se passe dans le pays transalpin complique beaucoup les choses. En Italie, tout indique désormais que des élections anticipées seront organisées et les experts s’accordent à dire qu’il y a un risque d’échec. la situation est « de plus en plus incertaine »..

Contre des baisses modérées dans le reste des indices européens, la bourse italienne souffre jeudi de la certitude que la crise pourrait ne pas être résolue comme l’espérait le président Sergio Mattarella.et de nouvelles élections pourraient finalement être nécessaires. Et le fait est que Draghi a déjà démissionné à nouveau.. « Le moment ne pourrait pas être plus inopportun, car la BCE a une décision cruciale à prendre ce jeudi », estiment les analystes de Rabobank.

Bien que Draghi ait encore évoqué mercredi la possibilité de reconstituer sa coalition, indiquant qu’il envisagerait de rester s’il pouvait obtenir le soutien nécessaire, le vote du Sénat italien dans l’après-midi a été une pilule amère à avaler. Le débat qui a précédé le vote a révélé le fossé entre le premier ministre et ses partenaires de coalition, qui ont exigé des changements politiques majeurs. En fin de compte Plusieurs partis ont torpillé le vote de confiance.Forza Italia et la Lega n’y ont pas assisté, tandis que le M5S est resté dans l’hémicycle sans voter, afin de garantir que le vote atteigne tout de même le quorum nécessaire pour avoir lieu.

« La démission de Draghi signifie des élections anticipées en automne en Italie, et un chaos politique au moins jusqu’à cette date. »Ipek Ozkardeskaya, analyste principal chez Swissquote Bank, note. Il souligne que  » malheureusement « , la démission « aura un impact plus large que juste en Italie ».. « L’Italie est la troisième économie de la zone euro, et l’enfoncement du pays dans le chaos politique est une couche supplémentaire de stress pour la BCE, qui a déjà du mal à contenir la divergence entre les rendements de la zone euro », remarque-t-il, alors qu’elle doit le faire « si elle veut relever ses taux d’intérêt pour faire face à la hausse de l’inflation ».

Lire aussi:  Wall Street anticipe une liquidation : le plongeon de Snap ajoute une pression à la baisse sur les technologies.

Cet analyste estime que « l’Europe a besoin d’un outil solide pour faire face à ce désordre », le outil anti-fragmentation La BCE se présentera ce jeudi, donc « tous les yeux seront tournés vers ce que Christine Lagarde pense des derniers développements en Italie ».

Michael Hewson, analyste en chef des marchés chez CMC Markets UK, estime également que le départ de Draghi sera « un coup dur pour la BCE », et rappelle que « … la BCE devra se montrer très prudente sur les prochaines étapes de la BCE ».l’instabilité politique en Italie n’aide pas la BCE ». pour gérer les coûts d’emprunt de l’Italie, où l’écart entre les rendements allemand et italien à 10 ans dépasse 200 points de base. »

DES ÉLECTIONS ANTICIPÉES… PRESQUE CERTAINEMENT

Les stratèges de la Danske Bank ont également analysé la situation dans leur commentaire de marché de jeudi. « Si vous ne pouvez pas former une majorité parlementaire alternative – ce qui semble peu probable à l’heure actuelle – laLe président Mattarella devrait probablement convoquer des élections anticipées (qui pourraient avoir lieu le 25 septembre), au moment où l saison budgétaire d’automne cruciale« .

Ils soulignent qu’à l’exception des Frères en Italie, « .Les élections anticipées ne présentent aucun intérêt pour la plupart des partis. et, à la suite des récents changements constitutionnels, les sièges des chambres basse et haute seront réduits d’un tiers après les prochaines élections ». Selon les sondages actuels, une coalition de centre-droit menée par Frères d’Italie pourrait être le « résultat le plus probable, bien que beaucoup de choses puissent changer une fois la campagne électorale lancée », notent les analystes de la banque danoise.

Ils affirment également que si des élections anticipées sont convoquées, les obligations d’État italiennes prolongeront leur sous-performance. « Nous voyons de la place pour Les écarts entre le BTP et le Bund s’élargissent pour atteindre 250-260 points de base.mais nous nous attendons à ce qu’ils restent inférieurs aux niveaux de la crise de 2018/19 car l’euroscepticisme s’est atténué », commentent-ils.

Lire aussi:  Les marchés boursiers asiatiques en hausse, le Hang Seng en tête

Et à Barcays, ils parient aussi sur une élection anticipée. « La sortie de Draghi de la scène politique sera négative pour l’Italie et l’UE », estiment les économistes de la banque britannique, qui pensent que Mattarella pourrait encore « vérifier l’existence d’une majorité alternative », même s’ils estiment que « ce sera politiquement difficile et donc très peu probable ». Ils parient sur une nouvelle élection et disent qu’elle pourrait avoir lieu début octobre (ils désignent le 2). « En attendant, Draghi pourrait rester à la tête d’un gouvernement intérimaire. jusqu’à ce qu’un nouveau soit installé, mais les pouvoirs de l’exécutif seraient limités », disent-ils.

Enfin, la Danske Bank souligne également que, bien que l’Italie ait une « tradition de troubles politiques récurrents », la crise gouvernementale ne pouvait pas tomber à un pire moment.« . L’économie a perdu son élan à la fin du deuxième trimestre. « Le regain d’incertitude politique, associé au durcissement des conditions financières et à la persistance d’une inflation élevée, risque de peser davantage sur l’investissement et la consommation », soulignent les analystes de la banque.

Sans oublier que, malgré les efforts de diversification, la Russie continue de fournir 25 % du gaz italien (contre 40 % depuis le début de l’année), et « une coupure totale du gaz russeLa crise du gaz russe pourrait entraîner une baisse du PIB de 2 à 3 % l’année prochaine (selon les estimations de la Banque d’Italie et du FMI) », rappelle Danske. Ses experts estiment que « le risque de récession augmente pour le second semestre de l’année 22  » et que la crise politique  » a également des répercussions négatives sur les perspectives de croissance à long terme de l’Italie.car la mise en œuvre des réformes structurelles risque de ralentir, voire, dans le pire des cas, de compromettre la poursuite du versement des fonds européens de nouvelle génération (145,5 milliards d’euros encore en suspens) ».

Une question également évoquée par Julius Baer : « Le risque d’élections anticipées a sensiblement augmenté, ce qui constitue une menace pour l’avenir. un désavantage évident en matière de crédit pour une Italie fiscalement faible.qui repose sur l’utilisation efficace des fonds européens », notent les stratèges de la banque suisse. Ils estiment également que l’écart entre l’Italie et l’Allemagne restera « sous pression tant que l’instabilité politique persistera ».

Article précédentÉvolution : financièrement, le deuxième trimestre est considéré comme bon mais pas excellent.
Article suivantAmazon rachète le réseau privé de soins de santé One Medical, la valeur s’envole de 68 %.