Accueil Business La BCE estime que l’économie reste faible à court terme et qu’il...

La BCE estime que l’économie reste faible à court terme et qu’il existe des risques de hausse de l’inflation.

539
0

Le site Banque centrale européenne (BCE) estime que les données suggèrent que le rythme de la croissance restera faible à court terme. Dans la zone euro, elle prévoit que cet affaiblissement durera jusqu’au début de 2023. En ce qui concerne l’inflation, l’agence considère que les risques qui pèsent sur les perspectives sont principalement orientés à la hausse, et elle continuera donc à relever les taux d’intérêt.

C’est ce qui ressort de son dernier « Bulletin économique ». Dans ce document, la BCE explique que l’activité économique dans la zone euro aurait été ralentie considérablement au troisième trimestre de l’année, et le Conseil des gouverneurs s’attend à ce que cet affaiblissement se poursuive pendant le reste de l’année 2022 et au début de 2023.

« Les graves perturbations de l’approvisionnement en gaz ont encore aggravé la situation et La confiance des consommateurs et des entreprises a rapidement chuté.Cela a également un impact sur l’économie. La demande de services se modère, après le fort dynamisme observé au cours des trimestres précédents, lorsque les secteurs les plus touchés par les restrictions liées à la pandémie ont rouvert leurs portes, et les indicateurs des nouvelles commandes dans le secteur manufacturier sont en baisse », indique le document.

La BCE estime que l’affaiblissement de l’économie mondiale pourrait constituer un frein supplémentaire à la croissance de la zone euro. « De nouvelles données confirment que les risques pesant sur les perspectives de croissance économique sont clairement orientés à la baisse, en particulier à court terme. » Et une durée prolongée de la guerre en Ukraine « reste un risque important ».. En outre, la confiance pourrait se détériorer davantage et les contraintes d’approvisionnement pourraient s’aggraver à nouveau, et les coûts de l’énergie et des denrées alimentaires pourraient rester à des niveaux durablement plus élevés que prévu.

En ce qui concerne le inflationindique que la plupart des indicateurs des attentes à long terme se situent actuellement autour de 2 %, « bien que de nouvelles révisions de certains indicateurs au-dessus de l’objectif nécessitent une surveillance continue ». Toutefois, il note que les risques qui pèsent sur les perspectives sont principalement orientés à la hausse.

Lire aussi:  La dette publique diminue de 0,2 % en janvier pour atteindre 1 424 milliards d'euros

Selon lui, le principal risque à court terme est une nouvelle augmentation des prix de détail de l’énergie. « A moyen terme, l’inflation pourrait être plus élevée que prévu en cas de renchérissement des matières premières énergétiques et alimentaires et de répercussion plus forte sur les prix à la consommation, de détérioration persistante des capacités de production de l’économie de la zone euro, de poursuite de la hausse des anticipations d’inflation au-delà de l’objectif du Conseil des gouverneurs ou de hausses de salaires plus importantes que prévu « . En revanche, il note qu’une baisse des coûts de l’énergie et un nouvel affaiblissement de la demande réduiraient les pressions inflationnistes.

D’autre part, l’agence fait référence à la marché du travailqui a continué à enregistrer de bons résultats au troisième trimestre et estime que les indicateurs à court terme suggèrent que la création d’emplois s’est encore poursuivie au troisième trimestre. Toutefois, l’affaiblissement de l’économie pourrait conduire à un une légère hausse du chômage à l’avenir..

MESURES DE SOUTIEN FISCAL POUR PROTÉGER L’ÉCONOMIE

La BCE émet également une série de recommandations. Afin de limiter le risque d’alimenter l’inflation, les mesures de soutien budgétaire visant à protéger l’économie de l’impact des prix élevés de l’énergie devraient, selon lui, inclure les éléments suivants temporaire et ciblée sur les plus vulnérables. « Les autorités devraient fournir des incitations pour réduire la consommation d’énergie et stimuler l’offre d’énergie ».

Dans le même temps, elle indique que les gouvernements « devraient mettre en œuvre des politiques budgétaires qui témoignent de leur engagement en faveur d’une réduction progressive des ratios élevés de la dette publique. Les politiques structurelles devraient être conçues pour accroître le potentiel de croissance et la capacité d’offre de la zone euro et renforcer sa résilience, ce qui contribuerait à réduire les pressions inflationnistes à moyen terme.

Il ajoute que « la mise en œuvre rapide des plans d’investissement et de réforme structurelle dans le cadre du programme L’UE nouvelle génération contribuera de manière significative à la réalisation de ces objectifs.

Lire aussi:  Le Gestamp Automoción met le pied sur l'accélérateur et pense déjà à un changement de tendance

UN FINANCEMENT PLUS CHER ET PLUS DIFFICILE, COMBIEN DE TEMPS DURERONT LES HAUSSES DE TAUX ?

La BCE reconnaît que, en réponse à la hausse des taux d’intérêt, les coûts de financement des banques augmentent et que les normes de prêt se durcissent.

« Le financement des entreprises et des ménages est également est plus cher. Les prêts bancaires aux entreprises restent importants, car elles doivent financer des coûts de production élevés et constituer des stocks. Dans le même temps, la demande de prêts à des fins d’investissement a continué de diminuer. Les prêts aux ménages sont modérés, car les normes de prêt se sont durcies et la demande a diminué. dans un contexte de hausse des taux d’intérêt et de faible confiance des consommateurs ».

Selon la dernière enquête sur la distribution du crédit bancaire dans la zone euro, les critères d’octroi de toutes les catégories de prêts ont été resserrés au troisième trimestre de l’année, les banques s’inquiétant davantage de l’évolution de la situation économique et financière. la détérioration des perspectives économiques et les risques encourus par leurs clients. dans l’environnement actuel. Les banques s’attendent à un nouveau durcissement de leurs conditions de prêt au quatrième trimestre.

La BCE va-t-elle continuer sur sa lancée ? Lors de sa dernière réunion, fin octobre, le Conseil des gouverneurs a décidé de relever les taux d’intérêt de 75 points de base, après des hausses de 75 et 50 points de base en septembre et juillet respectivement. Mais elle prévoit de les augmenter encore « afin d’assurer un retour rapide de l’inflation vers son objectif à moyen terme ».Les futures décisions du Conseil des gouverneurs de la BCE en matière de taux d’intérêt resteront donc dépendantes des données et suivront une approche dans laquelle les décisions seront prises à chaque réunion, disent-ils.

Article précédentJP Morgan prévoit que le bitcoin passera sous la barre des 13 000 $.
Article suivantSoftGamings a franchi une nouvelle étape réglementaire en Roumanie