Accueil Business JP Morgan réduit son conseil sur Colonial et dégrade la valorisation de...

JP Morgan réduit son conseil sur Colonial et dégrade la valorisation de Merlin Properties

571
0

Les experts de JP Morgan ont réduit leurs conseils sur Colonial de « surpoids » à « neutre ». En outre, ils ont déclassé Merlin Properties à 10,50 € par action contre 11,40 € et ont réitéré leur avis  » neutre  » sur le titre.

Merlin Properties est également dans les nouvelles ce vendredi parce que le Tribunal supérieur de justice de Madrid (TSJM). décidera du prochain 15 décembre sur plusieurs recours contre le développement du méga-projet immobilier Madrid Nuevo Nortedans lequel Merlin détient une participation de près de 15 %, et qui pourrait donner le feu vert ou retarder le projet une fois de plus, en fonction de la décision des tribunaux.

Lire aussi:  Les entreprises familiales sont 4 % plus rentables que le marché boursier en général.

Dans ce sens, BBVAl’actionnaire principal du projet appelé Crea Madrid Nuevo Norte (Crea MNN)avec 75,5% du capital, a gagné il y a quelques jours l’arbitrage avec les actionnaires minoritaires, Merlin Properties (14,5%) y SanJosé (10%).

Le prix a entériné la modification des statuts de la Crea MNN, qui permet à la banque de vendre sa participation sans donner un droit de premier refus à ses partenaires..

Pour les experts de Bankinter, il s’agit de « .mauvaises nouvelles« pour Merlin Properties car « cette décision entrave son intention de prendre une participation majoritaire dans le projet.« .

Lire aussi:  L'Asie termine en ordre dispersé le dernier jour de mai, avec les indices PMI chinois en point de mire.

Ces analystes soulignent que Merlin « pourrait prendre une participation de 10% dans SanJosé, ce qui lui donnerait 24,5% du capital social, mais pour prendre la participation de BBVA, elle devra désormais entrer dans une procédure concurrentielle, ce qui devrait la rendre plus coûteuse.« .

Article précédentListe complète des entreprises qui ont distribué le chocolat noir dans le cadre de l’alerte alimentaire
Article suivantaucun plan actuel pour cesser l’exploitation du Mirage