Accueil Santé & Bien-être « Je me suis également retrouvée chez le psychologue et sous traitement ».

« Je me suis également retrouvée chez le psychologue et sous traitement ».

154
0

Pilar (ce n’est pas son vrai nom) est mère d’une jeune fille de 14 ans qui, à l’âge de 12 ans, est tombé dans le l’anorexie. Le mineur a donné se balançant d’un côté à l’autre afin d’être assisté par des spécialistes de la santé mentale. Dans le les centres de santé mentale pour enfants et adolescents (CSMIJ), tous effondrés par l’alarmante augmentation des troubles mentaux (surtout chez les enfants et les adolescents) et parce que les investissements publics sont encore insuffisants, ce n’était pas possible, puisque c’était une fois toutes les cinq semaines. Une attention clairement insuffisante. Pilar n’avait pas d’autre choix que de le faire, après un an errant dans le système de santé publique, pour aller dans un clinique privée, qu’elle paie avec l’aide de sa famille et où elle reçoit une visite par semaine.

Le site Le trouble de sa fille a fini par la rendre malade : « J’ai dû moi-même consulter un psychologue. Y me soigner pour faire face. J’étais une mère, une psychologue et un policier », se souvient-elle aujourd’hui. C’est l’histoire d’un voisine de Gérone qui, dans le cadre d’une stricte l’anonymat, raconte à EL PERIÓDICO son odyssée personnelle pour obtenir de l’aide pour sa fille.

« Tout a commencé il y a deux ans, quand la fille avait 12 ans. Cela a commencé par un anorexie restrictive. Il y a beaucoup de facteurs qui font que les gens tombent malades avec quelque chose comme ça, dans son cas, c’était le… « intimidation ». explique la mère. Jusque-là, sa fille était une « fille super normale », « studieuse », « bonne ». « Mais elle a commencé la première année d’ESO et a commencé à souffrir aux mains de plusieurs filles. harcèlement et abus psychologique avec pour sujet le corps ». C’est alors que la fille a commencé à « tomber dans le puits ». « Le lycée n’était pas ce qu’elle pensait, ses amis se moquaient d’elle ».

Petit à petit, elle a commencé à « se replier sur elle-même », d’être « très calme », « très triste », de passer « de nombreuses heures dans la chambre ». Jusqu’à ce qu’elle ait aussi Elle a commencé à arrêter de manger. C’était en mai 2020. « J’ai heureusement J’ai tout de suite compris. Le site enseignants Ils ont également été prompts à m’alerter. Ils m’ont dit que le caractère de la fille avait changé », dit Pilar.

Lire aussi:  Cervera défend l'investissement dans des lits pour isoler les personnes âgées au plus fort de la pandémie

La mère a commencé à faire des recherches sur Google. « Y tout cela m’a conduit à un trouble du comportement alimentaire (TCA). Ma fille commence maintenant, deux ans plus tard, à prendre conscience de ce qui s’est passé. Jusqu’à récemment, selon elle, elle traversait une mauvaise passe, elle n’était pas consciente de la gravité de cette maladie », dit la femme.

Sans aucune aide sur laquelle se rabattre

L’anorexie dont souffre sa fille n’était pas l’une des « plus drastiques ». C’était une anorexie restrictive, où la nourriture est très limitée. « Elle n’a pas vomi, elle ne s’est pas automutilée. Mais Il a caché de la nourriture. Il a supprimé les desserts et les snacks. Elle a continué à manger aussi peu que possible. En quelques mois, l’enfant a perdu 18 kilos. De 58 (il fait 1,60), il est passé à 49. Il est maintenant à 46 kilos. « C’est difficile de reprendre du poids, même s’il mange très bien maintenant. Parce qu’elle était si petite, son développement a été retardé. Et nous y voilà. Le premier été avec la maladie, en 2020, elle ne voulait pas aller à la plage ou, si elle y allait, elle y allait avec un sweat-shirt.

Pour Pilar, ce processus a été particulièrement difficile en raison de la thérapie. Elle dit qu’on ne les a aidés « nulle part » et qu’ils ont passé « un très mauvais moment ». « J’ai d’abord cherché un psychologue privé, mais elle m’a dit que c’était une dépression et qu’elle ne voulait pas la soigner, juste une thérapie. C’était cinq mois et Chaque jour, la jeune fille était de plus en plus déprimée, dit Pilar. Elle est donc allée chez le médecin de famille.

Au centre de santé, elle a été visitée, pesée et examinée, et ils ont confirmé que « tout indiquait l’anorexie ». Mais comme la fille ne s’est pas automutilée et n’a jamais cessé de manger complètement, elle n’a pas été admise dans un hôpital de jour. « Elle a été orientée vers un CSMIJ. Là-bas, elle avait un psychologue spécialisé dans les TDA, mais pas un nutritionniste. Pour ces choses, vous avez besoin d’un équipe pluridisciplinaire », assure la mère.

Lire aussi:  Dans quels cas n'est-il pas possible de donner son sang ?

Visites de 40 minutes toutes les 5 semaines

Le problème est que le CSMIJ a rendu visite à l’enfant toutes les cinq semaines. « 40 minutes toutes les cinq semaines… La fille était de pire en pire, elle a continué à perdre du poids, elle était très renfermée, ne parlait à personne et… elle ne voulait pas aller à l’école. J’ai parlé au pédiatre plusieurs fois pour obtenir plus de visites, mais rien », dit Pilar.

Ce même Le pédiatre du CAP a fini par recommander qu’ils aillent dans le privé. Et Pilar s’est retrouvée avec sa fille dans une clinique qui avait une unité spécialisée dans les troubles du comportement alimentaire. C’était en avril 2021, un an s’est déjà écoulé depuis que l’anorexie de la fille a commencé. « Ma fille n’a jamais été admise. Mais dans cette clinique, elle suit une thérapie chaque semaine et elle a un nutritionniste. Parce que nous devons suivre directives diététiques. Ces directives consistent, par exemple, à recouvrir les miroirs de la maison ou à ne pas manger au restaurant. Pilar doit cuisiner des aliments très spécifiques.

La fille est sous traitement pour un psychiatre, qui lui a également diagnostiqué la phobie sociale et la dépression. « À l’école, elle se débrouille bien. Elle est très bien rétablie, mais par exemple, elle a toujours beaucoup d’obsession pour la taille des vêtements. Y la phobie des bonbons. C’est un travail très lent », dit la mère.

Afin de payer pour la clinique privée Pilar avait besoin l’aide aux familles. Et aussi aller en réduisant ses propres dépenses. « J’ai pris une assurance mutuelle ». Le caractère de la jeune fille a changé, dit-elle : « Maintenant, elle est très exigeante, très perfectionniste….. Elle a peur d’être jugée. Elle est tombée dans ce piège à cause de la la pression sociale ; d’autres enfants, par le biais des réseaux sociaux », conclut cette mère.

Article précédentL’Ibex se rapproche, pas à pas, du point de résistance 8 540
Article suivantS&P relève la note de Bankinter à « A- » avec des perspectives stables.