Accueil Jeux GGL prend les rênes de l’unique autorité de régulation des jeux d’argent...

GGL prend les rênes de l’unique autorité de régulation des jeux d’argent en Allemagne

561
0

Le nouveau régulateur allemand a pris le contrôle total des fonctions décrites dans le quatrième traité interétatique sur les jeux de hasard (GlüNeuRStv). Gluecksspiel (GGL) devenant l' »autorité commune pour les jeux d’argent allemands ».

Au début de cette semaine, les représentants des 16 États fédéraux allemands se sont réunis pour la dernière fois afin de dissoudre l’organisme sanctionné par les États, le « Gambling Collegium », qui a servi de substitut temporaire au traité avant que le GGL ne finalise sa préparation.

Mettant fin à une période de transition pour le marché allemand, le GGL peut désormais assumer l’entière responsabilité de la réglementation du pays, en supervisant l’octroi des licences, les accréditations techniques, l’application des sanctions, la fiscalité et les litiges liés au mandat de GlüNeuRStv.

Ce développement voit le pays mettre fin à sa politique d’octroi de licences divisée qui était partagée entre « les États fédéraux transitoires de Saxe-Anhalt (poker en ligne/machines à sous virtuelles), de Hesse (paris sportifs et hippiques), de Rhénanie-Palatinat (loteries publiques), de Hambourg (loteries d’État) et de Basse-Saxe (courtage de jeux commerciaux) ».

Lire aussi:  Le BGC demande à Michelle Donelan de " trouver le bon équilibre " dans la révision des jeux d'argent.

Le GGL travaillera à partir de Hälle, en Saxe-Anhalt, avec la codirection de Ronald Benter et Benjamin Schwanke en tant que co-exécutifs.

« Nous nous réjouissons d’accueillir au début de l’année une vingtaine de collaborateurs très bien formés de l’Office d’administration du Land de Saxe-Anhalt », explique le conseil d’administration de l’organisation.

Le traité interétatique a été créé le 1er juillet 2021, suite à la décision des États fédérés du pays d’introduire un cadre réglementaire pour superviser les lois allemandes sur les jeux d’argent et moduler les services de jeux en ligne.

Le régime GlüNeuRStv comprend 35 licences de paris sportifs, en plus de 15 opérateurs détenant des licences de casino et de machines à sous. Ces opérateurs de casino ont été confrontés à des restrictions assez strictes par rapport à des juridictions similaires, notamment des dépôts mensuels maximums et des tailles de pari limitées.

Lire aussi:  Le suivi dévoué de la mode par Truelab mène à la machine à sous de la semaine

Le DSWV, l’association professionnelle des paris sportifs du pays, a salué la création du GGL, mais a prévenu qu’une révision immédiate du mandat du GlüNeuRStv serait nécessaire pour améliorer les chances de succès du marché contre les opérateurs sans licence.

« Nous sommes prêts à y aller », a commenté M. Schwanke. « Nous avons mis en place les structures et les processus appropriés pour réguler efficacement le marché des jeux en ligne à partir du 1er janvier 2023.

« Ce faisant, nous pouvons nous appuyer sur l’expérience du Gambling College et sur l’expertise des pays, ce dont nous sommes très reconnaissants. »

Article précédentLe Michigan enregistre une chute en novembre alors que MGM reprend la tête du classement
Article suivantCatena va poursuivre sa rationalisation alors que GiG rachète AskGamblers