Accueil Sports Espagne – Allemagne : les hommes de Hansi Flick arrachent le match...

Espagne – Allemagne : les hommes de Hansi Flick arrachent le match nul et gardent l’espoir de se qualifier pour la Coupe du monde.

577
0

Niclas Fullkrug a redonné vie à la campagne de Coupe du Monde de l’Allemagne, qui a fait match nul 1-1 avec l’Espagne dimanche. L’Allemagne a peut-être été la seule équipe à trouver le chemin des filets au cours d’une première mi-temps captivante – la tête d’Antonio Rudiger sur un coup franc a été rejetée à juste titre par le VAR parce que le défenseur du Real Madrid était hors-jeu – mais c’est l’Espagne qui a dominé le jeu, enregistrant près de 70 % de possession de balle et se créant une série d’ouvertures et de demi-occasions. Lorsque ses coéquipiers n’étaient pas en position de hors-jeu, Ferran Torres n’arrivait pas à se défaire de la défense de David Raum. Manuel Neuer a été mis à l’épreuve dès le début du match, mais il a réagi de manière spectaculaire en repoussant sur sa barre transversale la frappe de Dani Olmo.

S’il y avait une légère critique à formuler à l’encontre de l’excellente prestation de l’Espagne, elle concernerait Unai Simon, dont l’arrogance dans la possession du ballon pouvait parfois s’avérer cavalière. Faire confiance à ses coéquipiers sous la pression est une chose, mais à l’occasion, il a imposé des contraintes supplémentaires à ses défenseurs ; en première période, Serge Gnabry a tiré à côté et en seconde période, Joshua Kimmich a bien pressé et a testé le gardien espagnol d’une frappe latérale.

CBS Sports propose un tout nouveau podcast quotidien sur le football, couvrant tout ce que vous devez savoir sur le beau jeu. Assurez-vous de suivre House of Champions pour suivre les plus grands matchs, les histoires, les transferts avec Fabrizio Romano, et tout ce qui se passe dans le sport le plus populaire du monde.

Mais l’élégance du football espagnol l’emportait sur tout cela, l’apogée étant atteint lorsqu’une délicate pichenette de la botte droite d’Alvaro Morata détournait un centre de Jordi Alba devant Manuel Neuer. Neuf minutes après le début de la deuxième mi-temps, l’équipe en rouge a commencé à perdre le rythme, ce qui explique pourquoi Luis Enrique est peut-être le meilleur entraîneur du tournoi. Immédiatement, Morata est entré en jeu, peu après que l’équipe ait pris l’avantage.

Luis Enrique n’était bien sûr pas le seul entraîneur vainqueur de la Ligue des champions dans ce choc de haut niveau et Hansi Flick a reproduit le tour de son homologue en introduisant Leroy Sane et Fullkrug. Avec Jamal Musiala, exceptionnel une fois de plus, qui relie les deux, ils ont combiné pour le but qui permet à l’Allemagne de rester en vie dans ce tournoi, même si son destin n’est pas entre ses mains.

Lire aussi:  Nouvelles de transfert de Liverpool : Darwin Nunez accepte des conditions personnelles pour rejoindre l'équipe de Jurgen Klopp, selon un rapport.

Si l’Espagne bat le Japon, l’Allemagne est qualifiée grâce à une victoire sur le Costa Rica, mais un match nul dans l’autre match la laisse dépendante d’une différence de buts. L’Espagne ne peut pas non plus se permettre de perdre ce match, tandis que le Costa Rica a une petite chance après sa victoire surprise sur les Samouraïs Bleus. Avec un match en moins, rien n’est résolu dans le Groupe E.

L’Espagne est la référence du tournoi

L’Espagne n’a peut-être pas terminé sur un score aussi glorieux que celui de son match d’ouverture, mais son statut parmi l’élite du tournoi n’a fait que croître grâce à la façon dont elle a contrôlé ce match. Elle a terminé la rencontre avec 76 passes réussies dans le dernier tiers, contre 44 pour l’Allemagne, qui n’a vraiment bénéficié de longues périodes de pression qu’après l’ouverture du score par Morata. Les tirs n’ont pas été aussi fréquents que Luis Enrique l’aurait souhaité, mais la menace émanait de l’Allemagne. La Furia Roja.

Au-delà de cela, ce qui ressortait de cette équipe, c’était la confiance qu’elle montrait les uns envers les autres. Cela n’était nulle part plus évident que sur un ballon maladroit flottant à la limite de la surface de réparation de Simon au début de la première mi-temps. Aymeric Laporte ne voyait pas de raison de paniquer lorsque Musiala lui mettait la pression, et envoyait habilement le ballon en l’air, convaincu que son gardien viendrait l’attraper.

Dans cette équipe, il y avait des joueurs qui se connaissaient bien : une paire de défenseurs centraux de Manchester City, Rodri et Laporte, un flanc droit du Real Madrid, Dani Carvajal et Marco Asensio, et bien sûr le jeune duo Pedri et Gavi au cœur de l’action. La perte de certains de ces automatismes lors de l’entrée de Koke et Nico Williams a plutôt coûté à l’Espagne la possibilité de tuer ce match, mais la façon dont elle a abordé cette rencontre dès le début a envoyé un message à ceux qui se disputent la gloire au Qatar.

Lire aussi:  Classement de la Coupe du monde 2022 : le Brésil s'impose, l'Espagne, l'Angleterre et l'USMNT progressent et l'Allemagne s'effondre.

Fullkrug est-il la réponse de l’Allemagne ?

Les quadruples champions du monde sont au bord d’un précipice, dont on peut penser qu’ils peuvent se sortir, mais où ils auront besoin d’un coup de pouce. Et ce, après une journée qui s’est plutôt bien déroulée pour l’équipe de Flick, rappelant à quel point les marges peuvent être étroites lors des phases de groupe de ce tournoi. Dans des circonstances normales, l’Espagne aurait battu le Japon et l’Allemagne se serait débarrassée du Costa Rica. Les problèmes pourraient survenir si l’équipe de Hajime Moriyasu parvenait à prendre un point lors de la dernière journée. Dans ce cas, l’Allemagne devrait commencer à faire pencher la différence de buts en sa faveur.

Pour cela, ils ont besoin d’un joueur capable de mettre le ballon au fond des filets de manière convaincante. Malgré tous ses succès passés dans ce tournoi, Thomas Müller n’a pas ressemblé à cet homme aujourd’hui. Pas plus que Kai Havertz mercredi. En effet, aucun des deux attaquants centraux titulaires de l’Allemagne n’a cadré le moindre tir lors des deux premiers matches de groupe. Ils ont tous deux le profil de joueurs plus à l’aise dans un rôle de numéro 9 classique, mais le grand défaut de l’Allemagne, même pendant sa période de domination, est le peu d’attaquants orthodoxes qu’elle produit pour compléter sa cavalcade de créatifs.

Fullkrug n’est pas le plus célèbre des noms et n’aurait peut-être même pas fait partie de l’équipe s’il n’avait pas été blessé ailleurs. Mais il attaque les centres d’une manière que les joueurs qui lui ont été préférés n’avaient pas. Et si le ballon est libre dans la surface de réparation, il le frappe fort vers le but. Malgré toute la sophistication de cette équipe d’Allemagne, ce braconnier peut parfois faire toute la différence. Ils auraient besoin de lui dès le début du match contre le Costa Rica.

Article précédentScénarios de la Coupe du Monde de la FIFA 2022, classements, départage des équipes : Comment chaque équipe peut-elle se qualifier pour les huitièmes de finale ?
Article suivantScore final Belgique vs Maroc, Coupe du monde FIFA 2022 : Les surprises se poursuivent et la CAF prend la tête du Groupe F