Accueil Sports Erling Haaland à Manchester City : Comment Pep Guardiola pourrait-il changer sa...

Erling Haaland à Manchester City : Comment Pep Guardiola pourrait-il changer sa tactique pour exploiter son attaquant vedette ?

25
0

Il n’y a aucune certitude dans les transferts de football. En effet, il suffit de parcourir la liste des recrutements les plus chers de l’histoire du football pour arriver à la conclusion que la corrélation entre un prix et le succès sur le terrain est, au mieux, minime.

Il est donc peut-être utile que Erling Haaland n’occupera pas la même stratosphère raréfiée qu’Antoine Griezmann, Philippe Coutinho et Eden Hazard. City paie un peu plus de la moitié du prix auquel ces joueurs de plus de 100 millions de dollars ont été vendus, dans le cadre d’un accord où Haaland et ses conseillers ont veillé à ce que la majeure partie de l’argent payé pour les services du joueur revienne à Haaland et à ses conseillers.

Pour une indemnité de transfert de 63 millions de dollars, une commission d’agent conséquente et un salaire d’environ 450 000 dollars par semaine, City s’est assuré les services d’un attaquant qui, à 22 ans, n’est peut-être plus à son apogée. Voici un diamant qui a encore besoin d’être poli, mais qui pourrait être le joyau de la couronne d’une équipe qui est en passe de remporter un quatrième titre de Premier League. Pep Guardiola s’est très bien débrouillé sans un attaquant classique. Maintenant, il a l’un des meilleurs au monde.

Lire aussi:  Serie A : Jose Mourinho et la Roma peuvent sauver une saison européenne décevante pour l'Italie avec un titre de la Conference League

Ce n’est pas comme si City était à court de buts sans Haaland. Cette saison, ils ont marqué 145 buts en 56 matches et sont en passe de terminer la campagne avec une différence de buts à trois chiffres. Le manque souvent mentionné d’un attaquant central a fait son apparition dans combien de matchs cette saison ? Peut-être lors de la défaite contre Tottenham où une multitude de centres ont fusé à travers Hugo Lloris… dans la zone des six yards ? On pourrait invoquer la défaite en demi-finale de la Ligue des champions contre le Real Madrid, mais ce serait confondre un jour sans et un jour sans… Riyad Mahrez avec un manque de qualité de finition (l’Algérien a dépassé ses prévisions de buts lors de chacune des cinq dernières saisons de Premier League).

Lire aussi:  Nous y voilà : Le PSG et le Real Madrid attendent Mbappé ; Pogba intéresse Man City ; Chiellini rejoint la MLS ?

Haaland les aidera à augmenter le nombre de buts ou du moins à explorer les limites du nombre de buts qu’une équipe peut marquer. Il s’intègre plus facilement dans le système de Guardiola qu’on ne le pense. Pour un jeune homme de 21 ans, il a une compréhension préternaturelle de la façon de manipuler les défenses, il est parfait pour s’infiltrer dans la surface de réparation. Kevin De Bruyne et de Joao Cancelo au niveau de la surface de réparation ou encore de balayer derrière pour ces coupes classiques de City.

Après tout, c’est ce qu’il fait déjà. Son imposant portfolio de Dortmund est rempli de moments où il fait la bonne course au bon moment pour répondre au cutback d’un coéquipier.

Les défenseurs d’Hoffenheim semblent bien placés pour s’occuper de Haaland, alors que Dortmund menace sur sa gauche.

Wyscout/Digisport

Son mouvement est impeccable. Pendant un certain temps dans ce mouvement, Haaland se retrouve en position de hors-jeu, son principal défenseur Benjamin Hubner pourrait même penser qu’il peut le laisser là en toute sécurité. Le jeune Norvégien le sait mieux que quiconque. Il y a plus d’occasions pour que le jeu se dirige vers lui que pour qu’il s’en éloigne. L’attaquant Donyel Malen pourrait dépasser Haaland, mais s’il récupère le ballon dans sa course, Kevin Vogt se sentira obligé de reculer.

C’est ce qu’il fait, et soudain Haaland se retrouve en territoire de but idéal, prêt à marquer un autre but qui semble beaucoup plus facile à exécuter qu’à concevoir.

Vogt recule, joue Haaland en position de hors-jeu et le numéro 9 de Dortmund marque.

Wyscout/Digisport

Haaland est un buteur hors pair au plus haut niveau. Dans le championnat allemand, il affiche une moyenne de plus d’un but toutes les 90 minutes pour 0,85 but attendu (xG). Avant que quelqu’un n’évoque la perspective d’une taxe sur la Bundesliga, on pourrait préférer examiner ses rendements franchement ridicules en Ligue des champions, un but attendu toutes les 86 minutes et un but effectif toutes les 64. Au cours des trois dernières années au niveau de l’élite européenne, Haaland a marqué plus souvent que le FC Séville, l’Inter Milan ou l’Atletico Madrid.

Mais vous saviez déjà tout cela. Ce qui est le plus intriguant avec Haaland, c’est la façon dont il pourrait développer City loin des buts. Depuis son arrivée dans le football anglais, Guardiola a eu tendance à favoriser l’extrême largeur de son équipe et n’a fait que s’appuyer davantage sur cette approche au fil des années. Ses équipes ont construit de plus en plus d’attaques sur les flancs et ont évité l’attaque de type « coup de poing dans les tripes » que Yaya Touré a mené dans les équipes précédentes de City. En 2017-18, son équipe a porté le ballon en moyenne sur 1 028 mètres par match dans le tiers central de la moitié offensive. Cette saison, ce chiffre a chuté d’environ 10 %.

Bien sûr, City n’est pas le seul à construire ses attaques à partir de l’extérieur. Pratiquement toutes les équipes de football le font pour la simple raison que les flancs ont tendance à être moins encombrés que le milieu de terrain. Peut-être que Guardiola peut changer cela. En tout cas, la saison prochaine, il disposera de joueurs capables de faire progresser le ballon au milieu comme peu d’autres. Nous avons déjà vu le meilleur de De Bruyne en tant que présence dynamique au milieu de terrain ces dernières semaines. Les premiers instants du match nul 2-2 en Premier League contre l’équipe de France de football. Liverpool a vu la brosse belge par Fabinho et compagnie comme s’ils n’étaient pas là.

Haaland pourrait être encore plus difficile à arrêter. Les défenses adverses peuvent se sentir en sécurité lorsque le Norvégien s’infiltre au milieu du terrain, dos au but, jusqu’à ce qu’il allume la postcombustion. Sa vitesse et sa puissance sont sans remords. Un joueur avec cette morphologie ne devrait tout simplement pas être capable de se déplacer comme il le fait. C’est un peu comme regarder les premières poussées de Giannis Antetokounmpo ou Kevin Durant. Vous avez mis ces compétences dans ce corps ? Comme ce fut le cas pour le Greek Freak à ses débuts en NBA, on a l’impression qu’il est loin d’être un produit fini.

Il ne faut pas chercher bien loin, cependant, pour trouver des moments où le port de la balle et la pure gravité de Haaland au centre du terrain ouvrent de nouvelles voies à ses coéquipiers. Prenez cette passe décisive ci-dessous – l’une des sept qu’il a fournies en Bundesliga cette saison – pour Axel Witsel. Le numéro 9 de Dortmund s’infiltre dans le couloir central droit et remonte le ballon. Maximilian Arnold, qui revient sur ses pas, sait qu’il a deux joueurs qui courent vers l’extérieur et qu’il doit se concentrer sur ce point.

Les défenseurs de Wolfsburg sont attirés en masse par Haaland, ce qui libère de l’espace pour les coureurs qui se chevauchent.

Wyscout/Sport 3

Mais quand vous avez Haaland – une gazelle dans le corps d’un lion – qui vous charge, comment ne pas se sentir un peu plus concerné par cela que par ce qui se passe derrière votre dos ? Arnold s’avance un moment et c’est tout ce dont Dortmund a besoin. Une simple balle en profondeur et Witsel peut marquer.

C’est peut-être le changement le plus notable que Haaland a fait à Dortmund, un club qui risque de devenir une école de finition pour les meilleurs et les plus brillants d’Europe. Il s’est considérablement amélioré en tant que porteur de balle – en particulier lorsqu’il s’agit de faire avancer le ballon dans la surface de réparation – et en tant que facilitateur, complétant ainsi un jeu qui s’apparentait à celui d’un pur buteur lorsqu’il a quitté le Red Bull Salzbourg. Lors de sa première demi-saison en Allemagne, il a enregistré 0,11 passes décisives par 90 minutes, un chiffre qui a plus que doublé pour atteindre 0,25 en 2021-22, ce qui le place dans le top 30 de la Bundesliga. En effet, il est même plus élevé que le 0,14 enregistré par celui qui occupe la place d’avant-centre de City en première division cette saison.

Dans la plupart des cas, les occasions que Haaland a créées et les passes décisives qu’il a fournies provenaient d’endroits assez semblables à ceux mentionnés ci-dessus. Parfois, il s’oppose aux défenseurs et donne une pichenette dans le coin. Dans d’autres cas, il repère les coureurs qui le dépassent. On peut difficilement le confondre avec De Bruyne ou… Bernardo SilvaMais c’est justement le but : City a déjà les joueurs qui voient les espaces que personne d’autre ne voit. Avec Haaland et De Bruyne dans l’axe, il pourrait y avoir plus de passes ouvertes, les défenseurs étant aspirés vers l’intérieur du terrain.

En fin de compte, il est plus probable que Haaland s’intègre parfaitement dans le système actuel que cela n’apporte un changement significatif dans la façon dont City construit ses attaques. Au moins, l’idée de le voir foncer dans le jeu brisé au milieu du terrain oblige les adversaires à faire quelque chose qu’ils font déjà rarement : Sortir d’un bloc défensif bas duquel ils tentent de s’accrocher pour sauver leur vie.

Néanmoins, si tout ce qu’il offre en termes de construction n’est qu’une autre façon pour City de battre les équipes – en les attaquant au cœur plutôt qu’en les contournant – cela constitue une addition bienvenue à l’arsenal de Guardiola. Ni City ni Haaland n’ont besoin de changer pour exceller, mais cela ne fait jamais de mal d’avoir un autre carquois à son arc.

Article précédentNaturhouse achète à Kiluva une participation de 40% dans Indusen pour 3,6 millions d’euros
Article suivantPourquoi le cours de l’action d’EiDF a-t-il chuté de plus de 30% ?