Accueil Jeux Epic est déçu par l’opportunité manquée des loot boxes.

Epic est déçu par l’opportunité manquée des loot boxes.

608
0

Gestion des risques Epic a exprimé sa profonde déception quant au fait que le Royaume-Uni n’a pas recommandé l’introduction d’une législation régissant la vente de loot boxes aux mineurs.

Ces commentaires font suite à une enquête de deux ans Département du numérique, de la culture, des médias et des sports qui s’est prononcé contre l’adoption de mesures législatives, après l’ouverture d’un appel à contribution en 2020.

Au lieu de cela, le gouvernement suggère que l’achat de boîtes à butin ne soit pas accessible aux enfants et aux jeunes, à moins qu’ils ne soient approuvés par un parent ou un tuteur.

En outre, un groupe de travail sera également convoqué pour réunir les sociétés de jeux, les plateformes et les organismes de réglementation afin de développer des protocoles dirigés par l’industrie pour protéger les joueurs et réduire le risque de préjudice. Il s’agira notamment de mesures telles que le contrôle parental et la mise à disposition d’informations transparentes et accessibles à tous les joueurs.

En publiant la réponse officielle du gouvernement, le secrétaire d’Etat au numérique, à la culture, aux médias et au sport, Nadine Dorriesa déclaré que « l’intervention directe du gouvernement peut avoir des conséquences inattendues » et qu' »il serait prématuré de prendre des mesures législatives sans d’abord mettre en place des mesures renforcées par l’industrie ».

En plus d’exprimer des plans pour éduquer sur les objets virtuels, le groupe de minimisation des dommages liés aux jeux d’argent a noté que « contrairement à la position du gouvernement, nous considérons les loot boxes comme des jeux d’argent et comme pour tout autre produit de jeu, la vente de loot boxes aux moins de 18 ans ne devrait pas être légale ».

Lire aussi:  Le remake de Prince of Persia : The Sands of Time dresse la liste de ses réalisations, aurons-nous de nouvelles informations ?

Jonathan Peniketconsultant d’Epic Risk Management spécialisé dans les jeux et les sports électroniques, a perdu 3 000 £ pendant son adolescence grâce à des « packs de joueurs » achetés sur FIFA.

« Si je suis heureux de voir enfin la réponse tant retardée du DCMS, je suis déçu, sans surprise, par les conclusions formulées », a-t-il commenté. « Dans l’ensemble, il s’agit d’une énorme opportunité manquée pour un changement fort et significatif.

« L’accent mis sur l’absence de ‘relation de cause à effet’ trouvée à ce stade entre l’engagement dans l’achat de boîtes à butin et le jeu problématique en général reflète un manque de compréhension du fait que les boîtes à butin sont directement nuisibles en tant qu’entité unique, indépendamment des liens assez clairs avec les dépendances futures au jeu.

« Bien que j’accueille favorablement l’idée de la réponse du gouvernement selon laquelle les achats de loot boxes ne devraient être possibles qu’une fois débloqués par un parent ou un tuteur comme un pas dans la bonne direction, je comparerais cette notion au fait d’autoriser les enfants de 12 ans à entrer dans les magasins de paris à condition qu’ils obtiennent l’approbation de leurs parents.

Lire aussi:  La nouvelle machine à sous innovante du fournisseur de logiciel populaire permet aux joueurs de réaliser de gros scores grâce à des tours gratuits, des gains en cascade et un arsenal de bonus de bonbons.

« Je dirais que placer ici davantage de responsabilités sur les épaules des parents – sans travailler à éduquer de manière proactive les parents sur les réalités des loot boxes et leurs dangers potentiels – symbolise un changement presque sans signification. »

En outre, Epic a indiqué qu’elle utiliserait cette décision comme un catalyseur pour étendre ses activités éducatives dans les écoles du pays, soulignant que « le moment est venu pour des organisations comme la nôtre d’aller encore plus loin et d’étendre la portée de nos messages clés sur le sujet ».

Peniket a ajouté : « Epic Risk Management travaille avec environ 200 lycées et collèges chaque année pour offrir des ateliers gratuits et indépendants de minimisation des dommages liés aux jeux d’argent, alors que nous offrons nos dernières sessions de l’année académique 2021/22 cette semaine, la publication de la réponse à l’approche des vacances d’été nous offre un moment idéal pour formuler un programme pour la nouvelle année académique qui met encore plus l’accent sur le risque caché des loot boxes dans les jeux vidéo.

« Le jeu vidéo reste de loin le moyen de jeu le plus accessible aux moins de 18 ans dans notre pays. Nous ferons donc tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer qu’ils – et les personnes responsables de leur éducation – sont aussi informés et protégés que possible en ce qui concerne la question des loot boxes. »

Article précédentKindred étudie la possibilité d’une vente.
Article suivantÉvolution : financièrement, le deuxième trimestre est considéré comme bon mais pas excellent.