Accueil Finance De combien les importations russes de pétrole brut peuvent-elles être réduites avant...

De combien les importations russes de pétrole brut peuvent-elles être réduites avant une récession mondiale ?

169
0

L’économie mondiale peut-elle continuer à se développer avec la resserrement de l’approvisionnement en pétrole? C’est la question que se posent de nombreux investisseurs, et à laquelle répondent les experts de l’agence de notation. Bank of America (BofA) essayer de répondre dans l’un de leurs derniers rapports. Ils font notamment écho aux sanctions imposées à la Russie à la suite de l’affaire du invasion de l’Ukraine et faire comprendre qu’il existe un point maximum de réduction des importations que le monde pourra supporter avant d’entrer dans l’Union européenne. récession.

« Nos estimations suggèrent que le monde peut résister à une perturbation totale de quelques années seulement. 2 millions de barils par jour de pétrole russe sans risquer un récession mondiale« . C’est l’avertissement lancé par ces analystes, qui rappellent que les importations européennes de pétrole brut en provenance de Russie ont déjà diminué de quelque 700 000 b/j et qu’elles vont encore baisser après que l’Union européenne a accepté d’opposer son veto à l' »or noir ».

Plus précisément, les 27 États membres de l’UE ont décidé, dans le cadre du sixième train de sanctions contre le Kremlin, d’interdire 90 % du pétrole brut russe d’ici la fin de l’année.bien que la mesure touche immédiatement 75 % des importations. La Hongrie, qui a jusqu’à présent freiné la mesure en raison de sa forte dépendance au pétrole russe et de ses bonnes relations avec Vladimir Poutine, est exclue de l’accord.

Maintenant la situation se complique, car le veto sur le pétrole russe pourrait affecter la demande d’énergiequi, selon BofA, est toujours allée de pair avec la croissance du PIB mondial. Ils ont « évolué en parallèle pendant des décennies », de sorte que « chaque variation de 1 % du PIB mondial tendait à se traduire par une variation de 1 % de la demande d’énergie », et l’on ignore si cette tendance va se poursuivre. Le fait est que, disent ces experts, « Il ne sera pas facile d’ajuster à la baisse la demande mondiale d’énergie ou de pétrole.même dans un environnement normal de récession ».

Lire aussi:  Santander lance une offre publique d'achat sur les 3,76 % qu'elle ne contrôle pas dans Santander Mexico.

Comme on dit, « Seuls les grands ralentissements économiques ont provoqué des contractions de la demande de pétrole de plus de 2 millions de barils par jour. »qui est la limite dont parle BofA. Les analystes de la banque rappellent toutefois que les exportations énergétiques russes s’élevaient à 8 millions de b/j avant le début de la guerre, ce qui « souligne la difficulté de verrouiller de grandes quantités de pétrole russe sur le marché mondial à mesure que les stocks s’épuisent et que la capacité de l’OPEP+ est réduite ».

Parce que Les stocks de pétrole sont déjà à un niveau « dangereusement bas ».. « D’ici l’année prochaine, la demande de pétrole pourrait se rapprocher des niveaux d’avant-guerre, mais seulement si la production russe reste proche de 10 millions de b/j et que l’offre de l’OPEP+ augmente », indiquent les stratèges de BofA.

LA RÉCESSION DE L’EUROPE EST INÉVITABLE

En tout état de cause, le coup porté à l’Europe par les dernières mesures prises contre la Russie est inévitable. « L’économie de la zone euro ressentira l’impact de cet embargo tôt ou tard ».Les stratèges de Rabobank disent croire que la zone euro « entrera en récession à la fin de cette année ou au début de 2023 ».

Lire aussi:  L'or court-circuite après avoir touché des sommets records

Et c’est que l’interdiction décidée par l’UE intervient en plein milieu d’un une inflation déjà élevée et une pression intense sur la chaîne d’approvisionnement, ce qui poussera la zone euro irrémédiablement vers la récession. La question à laquelle il faut essayer de répondre maintenant, disent les analystes de la banque néerlandaise, est la suivante . quelle sera sa profondeur. « Il sera de plus en plus difficile pour l’économie de continuer à afficher des chiffres de croissance positifs à mesure que l’élan de la réouverture s’estompe », de sorte que malgré le soutien des gouvernements, la zone euro « ne sera pas en mesure d’éviter une récession ».

« Nous sommes confrontés à une crise induite par un choc d’offre et un choc d’offre ne peut être résolu par une augmentation de la demande », souligne Rabobank en référence au veto sur le pétrole russe. En fait, soulignent ces experts, « un soutien à grande échelle pourrait même avoir l’effet inverse, puisqu’il pourrait soutenir une demande pour laquelle il n’y a pas d’intérêt… ». une offre trop limitée » de pétrole brut.

Ils notent également que si la hausse de l’inflation et les pénuries d’approvisionnement en pétrole  » restent les principaux moteurs du ralentissement économique « , ils estiment probable que le resserrement des conditions financières qui sera effectué par la Banque centrale européenne (BCE) « contribuer à une ‘accélération’ du ralentissement économique ».

Article précédentLa sortie du très attendu jeu spatial Starfield est reportée à l’année prochaine.
Article suivantEA Sports renommera le jeu de football FIFA l’année prochaine