Accueil Jeux ClubsACT veut tester un logiciel de reconnaissance faciale pour protéger les consommateurs

ClubsACT veut tester un logiciel de reconnaissance faciale pour protéger les consommateurs

652
0

La protection des consommateurs dans le secteur des jeux d’argent donne souvent lieu à des dilemmes moraux et à des débats véhéments entre les faucons et les colombes du secteur. Pourtant, l’innovation est appelée à jouer un rôle dans la manière dont l’industrie réglemente et protège ses clients. Aujourd’hui, une proposition ambitieuse de ClubsACT veut voir plusieurs clubs de Canberra tester un système de reconnaissance faciale qui utilisera un logiciel pertinent pour déterminer si les joueurs font partie d’un programme d’auto-exclusion.

Pas de dystopie, juste aider ceux qui en ont besoin

Ce système enverra des alertes au personnel en temps réel et aidera les établissements à détourner les consommateurs vulnérables et à risque des produits de jeu ou à les aider à demander l’aide des spécialistes compétents. Naturellement, cette suggestion a une connotation dystopique. L’État omniscient est souvent mis en avant dans de tels cas et les simulations de type « Big Brother » sont lancées tout en négligeant négligemment la question qui se pose – les gens souffrent à cause d’un système de jeu qui n’est pas encore totalement capable de restreindre les joueurs qui s’excluent eux-mêmes.

L’essai de Canberra pourrait cependant déboucher sur un modèle qui permettrait aux établissements de protéger plus facilement leurs clients. COMS Systems, la société qui développe cette technologie, a fait valoir que son logiciel est déjà déployé dans plus de 170 établissements en Nouvelle-Zélande, par exemple. Des essais pilotes ont également été réalisés avec succès en Australie-Méridionale.

Lire aussi:  L'APOCALYPSE MAINTENANT : LES ANNONCEURS MOBILES S'EXPRIMENT SUR LE MARKETING AXÉ SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

Pendant ce temps, le PDG de ClubsACT Craig Shannon a cherché à apaiser les craintes d’un État autoritaire – ou de sociétés malveillantes – et a affirmé que la technologie n’a rien à voir avec les mauvais acteurs du secteur et qu’elle sera entièrement utilisée pour protéger les consommateurs. S’adressant à ABC, Shannon a expliqué :

Le système est basé sur l’idée qu’un individu qui choisit de s’auto-exclure d’un club, qui fait déjà partie du régime d’auto-exclusion, serait photographié s’il entre dans une zone de jeu uniquement.

PDG de ClubsACT Craig Shannon

Les données biométriques sont en règle (ou presque)

L’os à ronger ici a sans doute à voir avec le droit des entreprises privées de recueillir de grandes quantités de données sur des consommateurs, potentiellement atteints d’un grave problème de jeu. Qui peut dire que ces données ne finiront pas dans les mains de mauvais acteurs – sans parler de l’indignation publique qui s’ensuivra ?

Lire aussi:  ClubsNSW mécontent du passage aux cartes de paiement sans numéraire

Le procureur général Shane Rattenbury soulève de telles préoccupations, mais pour l’instant, l’ACT n’a pas de loi qui empêche l’utilisation des données biométriques. Cela pourrait être un signal d’alarme pour adapter et travailler sur le cadre réglementaire là où il fait clairement défaut et où il peut être utile. Mais la simple expérimentation d’un logiciel de reconnaissance faciale ne suffirait pas en soi.

Il faudrait que les joueurs soient disposés à fréquenter de tels lieux. L’exemple de la manière dont le Royaume-Uni veut obliger les consommateurs à passer des contrôles obligatoires d’accessibilité financière a déjà hérissé les représentants du secteur et, il faut bien l’admettre, certains joueurs.

La question est donc de savoir comment la mise en œuvre de cette technologie dans l’industrie serait possible tout en surmontant les défis et les préoccupations en matière de réglementation et de sécurité et en tenant la promesse de protéger les consommateurs ? La réponse est : de bons modèles. Si l’essai pilote de l’ACT est un succès, cela pourrait donner du mordant à d’autres parties prenantes de l’industrie pour qu’elles agissent de manière préventive et galvanisent le changement réglementaire qui est pour l’instant guidé par l’initiative de l’industrie.

Article précédentAnnonce d’un nouveau jeu dans l’univers du Seigneur des Anneaux, avec l’éditeur de The Outer Worlds
Article suivantSelon Imperva, les attaques DDoS contre les entreprises de jeux d’argent sont en hausse