Accueil Business Chômage, cotisations, protection accrue… Díaz négocie le « statut du boursier ».

Chômage, cotisations, protection accrue… Díaz négocie le « statut du boursier ».

638
0

Le deuxième vice-président et ministre du travail et de l’économie sociale, Yolanda Díaz, a rencontré ce lundi différents représentants des jeunes dans le cadre des négociations pour la rédaction du « statut du boursier », une loi qui réglementera les relations de cette figure de la formation avec les entreprises.

« L’utilisation abusive de cette pratique dans notre pays a pris fin », a déclaré M. Díaz lors de la conférence de presse qui a suivi la rencontre avec la présidente du Conseil espagnol de la jeunesse, Elena Ruiz, et le président de la CREUP, Nicolás Marco Hernández.

Le ministre a indiqué qu’à partir de ce lundi une table ronde bilatérale sera mise en place à la table ronde sur le dialogue social. pour discuter de certains des aspects qui pourraient être les plus intéressants pour les boursiers. M. Díaz a souligné qu’il avait beaucoup appris de la réunion avec les jeunes, au cours de laquelle des points de vue qu’il n’avait pas soulevés jusqu’à présent ont été mis sur la table.

« Ils ne peuvent pas s’adonner à une activité qui implique tout ou partie du travailL’utilisation abusive des boursiers est terminée ; ils ont été utilisés pour occuper des emplois structurels, mais ce sont des personnes qui achèvent leur processus de formation », a-t-il expliqué, soulignant que l’année dernière, 3 000 sanctions ont été prises à l’encontre de personnes qui étaient en situation irrégulière avec leur bourse.

Lire aussi:  Les prix du pétrole augmentent dans l'attente d'une demande plus forte en Chine

C’est pourquoi le ministère du travail et de l’économie sociale a lancé une proposition de loi pour réglementer la situation afin de mettre fin à la précarité et aux abus, comme ils l’ont indiqué. Il sera connu sous le nom de statut du boursier ».qui comprend un certain nombre de droits qui n’étaient pas prévus jusqu’à présent pour ce type de formation.

Comme l’indique le département dirigé par Díaz, l’intention est que les titulaires de subventions peut générer des droits aux fins de la protection du chômagec’est-à-dire qu’ils peuvent se retrouver à percevoir des allocations de chômage s’ils deviennent chômeurs. Cela conduit également à une autre proposition, et c’est qu’ils doivent pouvoir payer des cotisations de sécurité sociale.

Lire aussi:  Amortir son crédit hypothécaire ou avancer sa retraite : comment profiter du gros lot si vous gagnez à la loterie ?

D’autre part, les travaillistes proposent également un la compensation des frais pour les étudiants, le droit à un jour et un horaire de travail et les mêmes services de protection. ainsi que le reste du personnel de l’entreprise où la bourse est réalisée.

« Dans notre pays, on ne peut pas payer pour être boursier et cela se produit », a déclaré le ministre la semaine dernière, ajoutant que les boursiers « doivent avoir une formation adéquate ». Elle a insisté sur l’idée que ces étudiants « ne sont pas des travailleurs, ils bénéficient de bourses pour compléter leur formation professionnelle et nous devons agir contre la honte d’être payé pour une formation ou celle des faux indépendants ».

La proposition de « statut du boursier » prévoit non seulement des droits en termes de rémunération et d’horaires pour les étudiants, mais impose également des limites aux entreprises. Comme le rapportent certains médias, Les syndicats envisagent de plafonner le nombre de stagiaires à un dans les entreprises comptant jusqu’à 10 employés et à 5 % dans celles qui en comptent plus de 60.

Article précédentTelefónica Tech rachète le groupe allemand BE-terna pour 350 millions d’euros
Article suivantListe des joueurs de l’USMNT : La déchirure du talon d’Achille de Miles Robinson pourrait être un coup dur pour les USA et Atlanta United