Accueil Finance Bruxelles inflige une nouvelle amende de 376 millions d’euros à Intel pour...

Bruxelles inflige une nouvelle amende de 376 millions d’euros à Intel pour abus de position dominante

179
0

Le Commission européenne a annoncé ce vendredi qu’elle a réimposé une taxe sur les produits dérivés. amende de 376,36 millions d’euros a Intel pour un abus de position dominante sur le marché des puces électroniques.

La décision fait suite à la l’annulation partielle par le Tribunal de l’Union européenne (UE), en 2022, d’une amende de 1,06 milliard d’euros. que la Commission a imposée à Intel en 2009 pour avoir tenté de bloquer son concurrent Advanced Micro Devices en accordant des remises aux fabricants d’ordinateurs qui achètent la plupart de leurs puces à Intel.

La Commission a notamment conclu qu’Intel avait abusé de sa position dominante en accordant des des rabais totalement ou partiellement dissimulés aux fabricants d’ordinateurs à condition qu’ils achètent la totalité ou la quasi-totalité de ses processeurs x86 a Intel. En outre, l’entreprise a payé des fabricants d’ordinateurs pour qu’ils arrêtent ou retardent le lancement de produits spécifiques contenant des processeurs x86 de concurrents et pour qu’ils limitent les canaux de vente disponibles pour ces produits (ce que l’on appelle les « restrictions manifestes »). Les restrictions manifestes constituent une infraction grave.

Lire aussi:  Le pétrole augmente en raison des craintes liées à la fermeture d'un oléoduc aux États-Unis

En 2014, le Tribunal a rejeté le recours d’Intel contre la décision de la Commission de 2009 (T-286/09). À la suite d’un recours formé par Intel, la Cour de justice de l’Union européenne a annulé en 2017 l’arrêt du Tribunal de 2014 et a renvoyé l’affaire devant le Tribunal (C-413/14 P). Dans le même temps, la Cour de justice a clarifié les conditions permettant d’établir quand les rabais conditionnels peuvent constituer une infraction aux règles de concurrence de l’UE. La Cour de justice a demandé au Tribunal d’examiner si les rabais conditionnels pouvaient restreindre la concurrence à la lumière de certains éléments de preuve économiques qu’Intel avait invoqués devant le Tribunal en 2014.

Lire aussi:  Le gaz revient à des niveaux jamais vus depuis janvier 2022... et continue de baisser....

Dans sa nouvelle décision, la Commission a déclaré ce qui suit . l’amende est désormais basée sur les paiements effectués par Intel entre 2002 et 2006 à des fabricants d’ordinateurs Hewlett Packard (HP), Acer et Lenovo pour d’arrêter ou de retarder le lancement de produits spécifiques contenant des processeurs x86 concurrents.

L’année dernière, la Cour a confirmé que ces paiements avaient constitué un abus de pouvoir de marché, selon la Commission, mais a réduit le montant total de l’amende parce qu’il n’était pas clair dans quelle mesure la sanction était liée à ces pratiques.

Article précédentAmazon rejoint Netflix et introduit des publicités sur Prime Video
Article suivantJP Morgan qualifie de « décevante » la mise à jour d’Ethereum à Shanghai.